Accueil > As – Les Douze Soleils > I- du Diable et de ses "anges"

I- du Diable et de ses "anges"

vendredi 26 juin 2009

Pour peu que l’on franchisse les bornes délimitant les trois monothéismes, il vient une grande difference entre les Démons (1) et les diables... entre la rivière qui déborde et le mortel qui délibérément ouvre les écluses ou dynamite la digue... ou se prend de passion pour une Idée...

*************

Ceci posé, la calcification affectant depuis le moyen âge la théologie (immédiatement chrétienne), la surcompensation mystique...,

l’avènement du bourgeois (au sens de Pierre Thuillier) prélude à des manips, des charniers proprement Apocalyptiques, via les systèmes d’influences appropriés...

rend de plus en plus illisible la question du Diable - du moins pour un européen et autres tondus...

Assimilables, en termes drôlatiques..., à des rats sans moustaches, des souris chauves, des crabes à cinq pattes...

Qui ayant de plus en plus de besoins..., donc d’interêts, donc de prétentions..., ne s’arrêteront pas avant d’avoir désintégré la Planète....

****************

Précisons toutefois le sens des termes symboliques, Synthétiques..., seuls aptes à réellement surplomber ces gouffres...

Les poils, les Cheveux, le peigne d’Or de la Sirène..., renvoie à la dimension subtile de tout ce qui est..., de tout ce qui, vit...(2)

Il en va de même du symbolisme de l’Eau, donc des courants d’ordre subtil... des plus fins aux plus grossiers... Dont l’étude persuade le (moderne) physicien de dominer « les lois de la matière » -

De même que les « initiés », c’est à dire les diables... se persuadent de victoires en « détentes » de plus en plus pyrrhiques..., de maîtriser la délicate et somme toute fondamentale donnée de « la psyché collective ».....

*************

Il y donc au départ une question d’époque, nous voulons dire de capacité à situer sa propre culture ou civilisation - la Renaissance, déjà pour l’essentiel- païenne..., et les jésuites (de la grande époque) des croque-morts, fanatiques (du crucifix) et charmants ...

Il faut donc remonter avant le XIV siècle, donc avant les évenements et les fléaux qui ont achevé de détruire le Haut Moyen-Age, si l’on veut avoir quelque chance de comprendre quelque chose à « la mystique »

Et ce faisant force est de constater, avec Muchenbled, que plus on remonte vers ces temps reculés et sauvages, plus la Femme est libre, et plus petit le démon, ou dans un autre registre, le diable...

*************

C’est que les " grands saints ", si possible celtiques, avant le grignotage grégorien de la Matière de Bretagne... étaient en prise directe avec " le monde subtil ", ce que traduit muettement l’étrangeté Romane...

En d’autres termes et dans un tout autre contexte culturel, une tout autre phase du Temps... les dits " saints " reproduisaient la geste (des pères) du Désert, dont nous allons de ce pas faire connaissance...

Nous voulons dire en nous souciant comme d’une guigne des travaux consacrés à cette époque, qui ne sont qu’encre vide et plume sans encrier ...

********

Mais si nous commencions par les vers de terre, par exemple ce grand faquin de Lanza (del Vasto...) en bon fils d’une famile réputé pour sa ladrerie (au fait Berlusconi...???) remuant ciel et terre pour réaliser la pauvreté...

En effet nous trouvons dans les mémoires de ce néant, s’essayant à la Solitude..., une tentative yoguique de vaincre la concupiscence... visualisation, quasiment digne d’un saint Antoine, de telle créature à faire (!!!) défaillir un saint...

Au fait d’où procède cette hallucination cognitive ??? De la Mémoire... De notre apprenti anachorète ???, bientôt innéfable guru....??

*****************

Comme Aurore le faisait remarquer à son élève, 18 ans, tu n’es pour l’instant qu’à 8 pour cents de toi même - tout le reste, que tu appeles à ta rescousse, lorque tu dit JE, n’est encore que matière, combustible ...

Venu de tes parents pour l’interne, du milieu pour l’externe, précise le Perroquet, descendu de son perchoir...

La mémoire du père Lanza est donc celle d’un « noble », en bon bourgeois grand amateur de bordels, ou d’hétaïres plus faisandées (pardon !!!) parfumées, divines, exquises... les unes que les autres -

ce qui explique soit dit en passant, les noeuds vipérins générés par cette virilité de pacotille... lorsque la société de l’époque les forçait à faire une fin...(pour les Nuls, un mariage).

***********

Autrement dit par mille et un canaux, la mémoire individuelle se branche sur la mémoire, le subconscient, la Cloaca Maxima du collectif...

Cloaque ou plutôt champ de forces des plus suaves aux plus... "électriques" pour dire en termes actuels la racine de notre hallucination..

Qui peut, suivant la "puissance" mais surtout la nature de l’un des multiples courants en lesquels se décomposent les Fleuves d’ordre subtils ... aller du diablotin encore subjectif...(sorte de double hideux ou séduisant) au cauchemard les plus objectivement constatable...

****************

Il se peut toutefois que les pères du Désert allassent plus loin... nous voulons parler de la Transmutation des énergies conditionnant le sublunaire...

Ce qui explique l’efficace de leur prière, comme de leur action chimique voire Catalytique, sur la psyché collective de l’époque...

*************

Un autre aspect des choses sera, sur le plan dit de l’individuation *, le "démon", dont il convient sans plus de neutraliser le "diable ", fait d’égoïsme, de passion brûlante et glacée, allant du cul à L’Idée...

Fanatisme revêtu des oripeaux de la logique...

En effet une chose est la Vitalité, autre chose les poisons qui d’aventure la pervertissent - sous pretexte religieux ou mondain... ...

disciplines de plus en plus extérieures partant contraignantes du monastère, du gynécée ou harem pour les nobles - en passant par une condition paysanne ou artisanale de plus en plus servile..., en attendant le bureau et l’usine...

« Culture » des moyens au détriments des fins -moyens perfectionnés au delà du raisonnable - nous voulons dire épuisant le corps, en plus « Chevaleresque » détruisant la monture...

****************

Puisque pour en arriver à notre l’époque, sa ravageuse culture d’une " efficacité " on jurerait portée par Sciento..., il vient sur le plan morbide... qu’un loukoum n’a plus du tout les mêmes "désirs" qu’un être humain normal... que dire alors de l’hypo-loukoum culturel - ou de l’hyper-loukoum engagé...

Hyper, hypo... "civilisé", qui à force de sinécures pour parasites..., en vient à clamer le niveau de vie « non négociable » de l’Américain...

Ou du Commissaire, ou de l’Emir...

De proche en proche « le niveau de vie » non négociable du riche, du burjuï... comme diraient les prolos...-

****************

"Riches" à première vue tablant sur « l’immonde avidité des classes dites moyennes" (2) et pourtant, aussi haut placés soient-ils, définitivement carencés sur l’Essentiel, devenu incompréensible (3)...

D’où niveau de vie pour les uns, niveau de mort pour les autres... Fil à plomb du fric, et compas de la finance... Compas, ciseaux ou guillotine...

Réflechissez, « initiés », refléchissez vite...

****à peu près stabilisé ce 10 août -


(1) Comme Dévas et Asuras, les Anges et les Démons renvoient à bien des mystères comme les courants encore sublunaires, générés par les âmes des morts...-

partant le rapport du supra-sensible ou encore de l’Eschatologique avec le Visible, l’humain, le bonheur ou le malheur des peuples - les Fléaux et autres cataclysmes, comme chacun sait inévitables ou encore dus au hazard... (khazar...)

Pour Chien huskie et Fennec décidément inséparables..., ce seront les extraterrestres et les Ovnis (beaucoup plus faciles à observer que ne laissent penser les revues spécialisées, ne jurant que par des formes géométriques particulièrement primaires..., quand elles ne sont pas tout simplement inventées...)

(2) comme le souligne Cyber-souris chez son dernier béguin (Sylvain) Tesson...

(3) 30-07- permis de comprendre... Mais peut-être avez vous manqué quelque chose ???? côté Tarquin...

En effet la religion, « station d’épuration » du sub-conscient collectif... constituait comme les fondements, voir les « pilotis subtils » de toute tradition digne de ce nom...

D’où l’extrême stabilité des civilisations conservant ce paradigme « lacustre », partant capables de produire de tels « scaphandres »,
du temps des vrais ascètes possédant la science des Dragons...

et à contrario l’instabilité croissante de celles tendant vers le « Bestial », aus sens scripturaire...

Stade où toute solitude, toute contemplation, toute ascèse ordonnée au Ciel (et non à une surhumanité parfaitement illusoire...) doit disparaître...

Well, nous sentons que nous somme bons pour rentrer dans le vif des diables....toujours plus White...(Wasp / Worse) toujours plus Blancs...

**********