Accueil > Bouddhique /// Celtique > F- Comme les tuiles d’un temple noyé dans le brouillard...*

F- Comme les tuiles d’un temple noyé dans le brouillard...*

lundi 7 septembre 2009

07-01-11-liens "culturels" X- Lézards martiaux...,M-A propos d’un Ko-ann méta-physique *,I-résurrection, réincarnation, ou Délivrance ... aussi, très sympa...

* reprise de N- Comme les tuiles d’un temple noyé dans le brouillard... in Le coin du Serpent....(Jararàca).

Le Zenn, comme les tuiles d’un temple noyé dans le brouillard...

Mais le toit est éventré et les démons font grand festin, d’intellectuels et de crétins-

Démons jeunes, venus du marxisme...

« démon du Bien », si l’on songe que le zenn, le yoga, la kabbale, bref aucun ésotérisme n’a pour vocation de compenser les tares d’une société malade (1)...

Encore moins de servir de psychothérapie à une jeunesse déboussolée - si tant est que ce soit le but poursuivi...

*****

Même remarque, toutes proportions gardées avec, des Arts martiaux à la calligraphie, toute une « résurrection » de métiers totalement vidés de leur Esprit, au cours de l’ère « méï-dji »...

Mot à mot " surnaturel-homme "," centaure ", immédiatement Ueshiba, Musachi... Mais surtout, tout nimbés de Brumes..., les saints plus ou moins magiciens, thaumaturges, d’ici et d’ailleurs.

Par exemple, pour le Thibet, Padma-Sambhava... Dont la légende offre plus d’un rapport avec les saints dompteurs de « dragons » de notre Moyen Age « celtique » (2).

Bref « le Nagual » (pour faire simple...) remplacé par la machine à vapeur, le bureau, l’usine, et l’électricité... vous avez dit « lumières » ???? (3).

**************

Car il y a lieu d’envisager un Démon chargé de toutes les ambiguïtés d’une puissance vaincue... Se réclamant ad infinitum des guerriers engagés dans la voie du sabre, doigt de fer négligeant la Lune...

Bref, de ce " nouveau Japon " de l’ère « meï-dji » lequel, et du fait même de cette usurpation Parodique, aboutira à un zenn cadavérique- assez bien perçu par les religieux chrétiens, s’aventurant au pays du Soleil qui ne reviendra plus...(4).

*************

Commençons par le plus facile, le zenn comme leurre de verre, soigneusement effilé, rompu..., au bout d’un hameçon dont le fil remonte aux « conceptuels » de Moscou ou de Pékin (5).

Dans cette version, on insiste à tout propos sur le caractère « populaire », partant « non intellectuel » de cette Ascèse, encore que le mot soit systématiquement évité ...

La suggestion immédiate est bien entendu de ne rien lire, ne rien apprendre, ne jamais réfléchir, tout expérimenter...

Par exemple un simple asâna (la posture dite en zazenn) sans le moindre rapport avec les méthodes mantriques ou yantriques, sans lesquelles la dite posture se réduit à un cheval de bois...(6).

Dans ce genre de « zenn » le maître idéal tient de l’errant, du poète exquis, voire névrosé, le personnage réel de la brute épaisse, rugissante,

maniant un semblant de ko-ann, si possible ordurier,dans une ignorance ne disons même pas des énigmes du symbolisme, mais de la culture ésotérique la plus élémentaire...,

quand il ne prêche pas une méthode hallucinante de pseudo réalisation, directement venue de son expérience concentrationnaire...(7).

****************

Avec en bruit de fond une permanente, constante charge..., contre toute espèce de développement, de raffinement, de culture intellectuelle - présentées systématiquement comme l’effet de la dégénérescence des castes supérieures..,

alternant avec une non moins permanente dénégation, dérision..., de tout ce qui fait la substance même de toute vie monastique-

car tout y passe ; de la doctrine aux rites, des rêves inspirés aux miracles, des bienheureux aux Anges, tout doit disparaître....

***********
Certes en relisant Susuki il vient que le Zenn, à une certaine époque, apparaît comme l’effet d’un renouvellement de l’ésotérisme bouddhique, mais en direction des castes immédiatement inférieures...-

En somme l’équivalent de la mutation sociologique qui, dans notre Moyen Age, et sans doute sous l’impulsion des grands papes du grégorien, vit l’Abbalat échapper peu à peu à la noblesse, pour tomber entre des mains plus humbles- et donc d’autant plus soumises à Rome...

A cela près que des Templiers (ou plutôt de ce qu’ils représentent) aux ordres mendiants, la perte de tout ésotérisme est patente...-

Alors que dans la mutation Zenn, c’est au contraire le Sel même qui, pour quelques siècles encore, se trouve à priori préservé... Et dans cette hypothèse..., transmuté en Miel, pour les moines réellement qualifiés pour suivre cette Voie..., donc au minimum capables de s’astreindre à une vie religieuse...

*********
Car il devrait aller de soi que le Bouddhisme, surtout monastique, est d’abord une religion avec tout ce que cela implique sur le plan éthique liturgique, enfin Eschatologique ; des Paradis aux Enfers, en passant par les hiérarchies Angéliques, de beaucoup plus développées que chez un Denis l’Aréopagite....(8)

Aussi remettrons nous à plus tard de brefs commentaires sur des méthodes on ne peut plus ésotériques mais qui, présentées telles quelles, ne peuvent que déséquilibrer gravement non seulement le naïf, mais le « gourou »..., de nos jours et le plus souvent, simple rouage d’une chaîne tout sauf initiatique...-

De toutes façons méthodes très difficile à situer, et peut-être plus souvent qu’on ne le pense, tributaires de démons plus Ridés, déjà attestés à l’ère Edo, relevant d’une sorte de régression au « petit véhicule », où d’aucuns voudraient voir le Bouddhisme originel....

**********
Car il ne suffit pas de dire avec Susuki que « le zenn n’est ni une psychologie ni une philosophie » mieux, de préciser les énigmes (propres à toute tradition digne de ce nom) comme expression d’un état intérieur-

En laissant dans le Flou le plus artistique la différence, quasiment de nature..., entre ésotérisme et exotérisme, plus quelques détail comme la situation réelle du milieu où l’on prétend exporter une doctrine qui, dans son milieu d’origine lui même, a subi les plus graves distorsions ....

***************

26-01-09 Précisons, ne fut-ce que pour remercier les souris et les Corneilles.... de diffuser sur Google..., que « le petit véhicule » correspond à la Voie telle que perçue ou plutôt « poursuivie » dans les limites de l’individuation - alors que le « Grand Véhicule » renvoie à quelque chose qui est précisément au delà de ce que peut souhaiter, ou se représenter... le « héros » ou le « guerrier »-

d’où, dans les contes du Vénérable Chat * le thème du Rat surnaturel..., dont ni technique ni pouvoirs * ne peuvent venir à bout ...

**************

eventuellement retour sur G - Montagne sacrée, rites Archaïques et Dalaï Lama...(1).


(1) Tout au plus de permettre une réadaptation du point de vue religieux - exercice toujours difficile en climat monothéiste, comme le montre une kabbale devenant progressivement la chose des rabbins, de moins en moins « intellectuels », et de plus en plus « illuminés »... Zohar, Luria, Hassidisme...

Historiques...les moutures modernes, fabriquant les fanatiques nécessaires au maintien du très artificiel état d’Israël, n’illusionnent que le siècle...

(2) Ces « dragons », représentant alors des initiés aux petits mystères mais ne voyant rien au delà - comme dans le Sorcier la différence entre « le pouvoir » et la Connaissance proprement dite - ou dans le SI-Yéou-Ki le défi opposant l’esprit singe au Bouddha....L - ascètes et Dragons....

(3) " Le Nagual * " c’est à proprement parler le monde subtil ** - lieu du voyage eschatologique, des Paradis et des Enfers, des limbes du Purgatoire...(la sphère de la Lune dans " l’homme et son devenir selon le Védanta " ch XXI sinon à partir de XVII- R.G)

(Frédégonde absente) nous ne savons plus quel saint rabbin de quelque époque révolue y plongeant ses disciples les gourmandait ; ne dites pas stupidement « la Mer,la Mer » - (Akiba //rat bleuté...)

Mais le moyen pour des modernes, ne voyant rien au delà de l’atome...J- atomisme, une secte dure.

* "Nagual"R- vrais et faux toltèques... (You said Castaneda ???), sinon ** le Monde subtil.

(4) H.M.Lassale « le Zenn ». A contrario l’opinion selon laquelle seul le christianisme est surnaturel, d’autant plus partisane que s’appuyant sur la « doctrine » fort peu métaphysique d’un Jean de la Croix - très fâché avec toute espèce de qualité sensible, et tant qu’à faire avec l’Incarnation..., ce qui n’est pas sans rapport avec les dégénérescences propres au « petit véhicule » ou Hinayana... Patrick Geay « Hermès trahi » ch VI....

(5) Langue étonnante que le russe.... Où le miroir (Zerkalo) rime avec la graine (Zerno), dormir (çpat6) avec mûrir (çpet6), l’œil (glaz) avec l’omelette (glazounia...) enfin le gourdin (DuBina) avec le gogol... (BaouDà ; uchy dlinnyié, oçlinnyié ...).

Mais le moyen, devant les ravages de « la linguistique », de chanter le mystère des langues (néo)carminées ...

(6) Le « mantra » est d’abord et avant tout un Chapelet ou rosaire..., le « yantra » une méthode de visualisation sur un thème symbolique, dans une civilisation ou l’Art tout entier procède de la tradition ...

Nous sommes loin de l’ado surgavé, de la jeune personne anorexique, contemplant à la loupe de la psychanalyse ses bobos - véhiculant une aversion de la religion que rien ne justifie, sinon une excessive perméabilité à toutes les propagandes, sur fond d’inculture tout à fait phénoménale...

(7)- Ptah résumant Clèbs et Aurore qui ont l’occasion d’examiner de près un certain Deshimaru...(10-03-2009)

(8)- A.K Coomaraswamy « textes fondamentaux », notamment sur l’analogie de la doctrine de l’Eveillé avec « le Grand Océan » où les Archanges (non sans rapport avec ceux rencontrés par le Prophète) ont établi leurs demeures...- Beaux textes également dans F.Schuon- et même Lafcadio Hearn....

Mais le mieux arrivés ici n’est-il pas de renvoyer notre visiteur aux pages étonnamment pénétrantes, paradoxalement consacrées par Guénon au Bouddhisme, dans la dernière partie de « Initiation et réalisation spirituelle » -

ailleurs à la réfutation énergique d’un « taoïsme » définitivement retranché de toute Transcendance pire, réduit à ce matérialisme étendu très au delà de la vie ordinaire,

dont il est question à propos de certaines sociétés secrètes allemandes, et dont « La science » se fait fort de montrer, ou plutôt d’imposer le bien fondé ...

Note 25 mars, confirmant ce qui précède...

* « Braphupâda » ayant interrogé maître « Piano » (M° Noro...), sur le pourquoi de l’étonnante diaspora des maîtres d’armes, confrontés à l’écrasante défaite du militarisme nippon, se voit répondre- " mission de vengeance " Vous avez dit Shaolin ou, Shô-linne ??? (" petites armes anciennes "...)

De telles « missions » ne sont pas rares dans l’histoire - nous pensons aux marranes suscités par la Reconquista, aux protestants français, toujours prêts à éventrer la mère patrie, aux « séminaires de haine » dont fut témoin Albancelli lorsque il infiltra (dès avant 14...) la Haute maçonnerie, et dont la technique devait et demeure toujours promise à un grand avenir ...

Nous nous attarderons cependant pas à décortiquer les réelles motivations du célèbre D. T. Susuki, venu assez tard au Zenn proprement dit..., comme nous le précise (avec la date 1930,34 pour la toute première traduction anglaise des trop célèbres « Essais ») son éditeur, français J.Herbert...

En effet seule l’Eau céleste peut éteindre ce Feu, d’autant plus passionné qu’Infernal... - encore faut-il que cette Grâce trouve un support approprié, notamment dans l’ordre des formulations doctrinales -

Formulation supposant à son tour un milieu humain à peu près normal... Nous voulons dire épargné par cette haine de toute religion (au sens Surnaturel du terme...), qui imbibe anarchistes et libertaires, tout spécialement à la française...

Cobayes très recherchés par les spécialistes..., sortant de leurs gonds à la seule mention du terme d’ « âme » (comme dans " perdre son âme "), interprété comme une insupportable marque de « fascisme », pour parler le langage des marionnettes...

26-01-09 * le vénérable Chat à la technique Merveilleuse (néko-No Myo-djutsu) //* pouvoirs psychiques, préciserait certains, de façon réflexe...- ce qui est exact mais notoirement insuffisant - en effet « je » vois, avec minuscule (le moi), n’est pas « Je » vois- ou « Je » dribble (le Soi...) - sans compter que les Rois disent toujours Nous...juillet 2009

// dialogues zenn " à bâtons rompus " (expression Tchann, s’il en fût...) Plouff...