Accueil > Celtique > D-serpent tête de Boeuf

D-serpent tête de Boeuf

à propos d ’un symbole dit celtique (reprise*)

vendredi 6 juillet 2012

06-07-12 Désolé pour l’abcence de référence au départ de cet article : Il s’agit de la vision du Monstre in "le Voyage à Ixtlan"- "se rendra accessible au pouvoir § 19 Août 1961".

Mais au fait, ce serpent ou Dragon... formant la tige de notre Crosse ou Fougère (si Frédégonde y tient, verge d’Aaron)....

Une émission d’archéologie celtique (Arte) nous donne l’occasion de répondre aux interrogations de ces messieurs ... Nous voulons parler de L’ Esprit de la Terre représenté, du Brésil jusqu’en Chine, par un Serpent à tête de Bœuf...(donc en Afrique par une vipère à Cornes).

La signification du « Serpent » est le pouvoir même de donner la vie - pouvoir résidant tout entier dans l’ordre subtil- et c’est pourquoi en hébreu la Terre à même racine que le serpent (1)- ou encore, dans un autre registre, le Buddah ayant de sa main droite touché la Terre et de sa main gauche le Ciel, se trouve protégé par le Roi des Nâgas...

**Idéographiquement cet accord entre la Terre et le Ciel sera rendu en arabe par le Lam céleste et le Mîm hissant de dessoubs terre - en chinois archaïque par le caractère Fang formé de deux équerres, façon R.P. Wieger**

En composant le Serpent avec la tête d’une Bête à Cornes, donc passage de l‘animal sauvage (nuisible) à l’animal domestique (utile...)- les druides ont donc signifié le passage de la Vie sous forme subtile à la vie sous forme corporelle, animale ou humaine, faite de chair et de sang-

dans un monde qui en réalité ne fait que reflèter "le Royaume" - dont les Jardins, les égouts, les ateliers t’attendent...- pour changer un peu des Palais et caveaux....

*************

Mais revenons à L’Esprit de la Terre, devenu féroce en proportion de la descente Cyclique (2) opacifiant le Désir comme notre avidité, cécité au mystère de la Nature...- descente se manifestant in fine par une monstrueuse indifférence à ce qui afflige, les pauvres, les malades, les "humiliés et offensé" ...

*************

Sous forme Naturelle cet Esprit est dans les cours d’Eau, d’Air, ce météore nommé Nuage, tout spécialement étiré, effilé, formant comme du yaourt ou des écailles, de serpent ou de Poisson...

Sous forme "artificielle" sa manifestation est comme conditionnée par les conceptions remontant au cycle Atlante, dont la puissance d’abstraction se manifeste tant par des motifs géométriques que par tout un Bestiaire fabuleux-dont un certain Moyen Age eut encore l’entendement...(3)- conditionnement qui explique l’aspect du monstre qui tant effraya le disciple du sorcier Yaqui...

*************

Soit maintenant sa version Celtique - le "serpent" est formé de grains de Chapelet et le "boeuf" réduit à son Crâne...(4) pour signifier l’axe cérébro-spinal-

les Grains sont ici la synthèse rythmique de l’activité vitale - le Crâne de la "bête à cornes" - ces Cornes elles mêmes, exprimant la finitude, comme l’activité discriminante de l’être humain ("la lettre B", la polarisation inhérente à toute existence, partant à l’ensemble des processus cosmogoniques, etc).

Donc, et de ce fait, la finitude de l’intelligence conditionnée par le Visible ou "le Tonal" (individuel et collectif) de l’époque- pour dire autrement avec la cessation du souffle, la mise à mort des uns, l’accès à la Vie des autres ....

*****************

En effet pour celui qui, fermé à tout poésie, Silence, mystère, n’est jamais sorti, si ce n‘est en mode illusoire (5), des limites de la raison, la "Claire Lumière" (qui va de pair avec la dissolution de sa précieuse cervelle...), se manifestera cela va s’en dire tout autrement..., que pour l’adorateur de la Nature (donc des bêtes) de la femme, de la musique, donc du Vin (6)...

******************

Il existe donc pour conclure ce bref regard sur les conceptions archaïques (6), une catégorie symbolique mixte résultant de l’interférence d’une réalité cachée avec sa figuration humaine- Mais alors quid de la différence entre naturel et humain, partant humain et Angélique...???

Ce qui nous amène au "pays Imaginaire" tel que théorisé dans le çufisme arabo-persan...- Pays dont notre "réalité" tout entière n’est qu’une Projection, une Description, un Reflet (7)- enfin comme une seule "Ombre" noyant le contour d’une pluralité d’objets, reliefs, provinces ...

Mais développer implique toute une cosmogonie dite du "Grand Véhicule" - dont les paradoxes, pour emprunter parfois aux catégories de la logique, procèdent de l’expérience (vécue, assimilée, stabilisée) de ce qu’un Castanéda appellerait "états de réalités non ordinaire"

Et un Guénon "l’autre côté de l’Obscurité"-

************repassé ce 31-12-212.


(1) Eretz la terre (1+200+90) shèretz le serpent (300+200+90) enfin Aeretz avec un aïn (soit 70+200+90) pour Frédégonde-

(Arcane 29, 73, 137 alors 70, 300 quand le serpent soit 1 ou I ... se transforme en Roseau d‘Or... par exemple lorsque saint « Louis » fonde son fameux hospice )

Enfin Péretz (en russe) pour le doigt, mais « plus puissant que le doigt d’un roi » rétorque le serpent au petit prince ... (Perestroïka ad usum moldunum ...)

** ex Rubrique ApocalypseS devenue les Douze soleils article F ce 1er Mai 2009 - Cartouche in fine...

(2) La « descente » allant de pair avec la disparition de certaines capacités (comme celle d’entendre réellement et dans toutes ses finesse le langage des animaux) - ce processus cyclique comporte plusieurs composantes, allant de la race, la caste, au développement, enfin le choc en retour, généré par tout un asservissement du milieu naturel ou humain

Sur ce dernier point de vue les « classiques » taoïstes par le révérend père Wieger ... (souvent de beaucoup plus exact que les traductions récentes...). Sur la formation comme la prise de pouvoir par cet alchimiste à rebours, le bourgeois..., Thuillier « la grande Implosion » (chez Fayard).

(3) Celtique, se prolongeant jusque chez les bénédictins, accusés par une « saint » Bernard d’affectionner les chimères, en gros les représentations en forme de Sirènes, dragons, tarasques et autres vouivres ... Bref d’être amoureux de cette Beauté qui éclaires les uns, mais égare... tout ceux qui comme ces furieux ascètes « de pauvre sens, et de pauvre mémoire », prétendent parler au nom du " Roi de Gloire ", comme dirait à peu près Ruteboeuf....

(4) En termes de corps pythagoriciens, le crâne est un Tétraèdre, le corps un Cube- le cou (si développé chez les félins) un Octaèdre conjuguant précisément le carré et le triangle donc la matière et la forme le féminin et le masculin ...- enfin pour les deux corps restant ; les pôles ou Lotus extrêmes du corps comme du temps, donc de la lumière intelligible pour le Dodécaèdre, et de la vie pour l’Icosaèdre... comme dirait le Loup Gris (des contes russes)

(5) Il va de soi que les innombrables sectes remplaçant la religion chez le bourgeois (maçonnique, alchimique, anthroposophique etc) sont comme autant de conduites artificielles débouchant, directement sur cette « Cloaca Maxima » dont quelques mystiques semblent-ils, eurent la vision ...

La religion comme théorie et mise en oeuvre d’une vision eschatologique (plus ou moins appliquée à tout le corps social), cela va s’en dire ...

(5) Précisons pour « petit clown » (qui découvre nos textes comme une musaraigne un pot de confiture) que le Vin, la Musique, la Femme, sont à la fois des évidences et des Arcanes pour « l’âne charge de sel », mais cela va s’en dire des tentations et des obstacles pour « l’âne chargé d’éponges »....(ceci pour Batucajè ...)

(6) Nous voulons dire qui commence là ou s’arrête tout ce que peut espérer la science- au sens occidental du terme, (donc " la seconde Bête " au sens de saint Jean.... )

(7) « Projection » des Noms divins dans le monothéisme- « Description » dans le sorcier Yaqui, que ce monde des objets et des solides ...Enfin « Reflet » dans le zennisme où la vision, dans un objet synthétique, résumant le devenir, s’obtient en réponse à tel ou telle étape de la Voie .

* Mira Ceti - article F de 16 mars 2007 monté à 775 visites (29-09-2009)