Accueil > Mira Ceti > U- des perfections Illusoires...

U- des perfections Illusoires...

{shéikh el açrhar...}(1)

mardi 5 juin 2012

20-01-11, bons liens, spécial barbus,H- ou From Square to Crash... et V- "initiés" et mystiques... ..., sinon U- Benoit XVI et les quarante menteurs...

précédent about F.Schuon ; X- janvier, février, mars, Avril 2010 paragraphe 16-01-10. et N- dossier Frithjof Schuon, une curieuse enquête de police....

Aurore (qui s’amuse de découvrir chez Schuon une remarque sur l’infériorité de la langue allemande),avait demandé à son Ami s’il n’y allait pas un peut fort, en affirmant que ce maitre n’avait jamais en fait, et quelles que soient ses envolées métaphysiques, dépassé la perspective proprement religieuse...(2)

Clèbs avait souri et entrepris de dessiner à main levée un Labyrinthe,
puis à côté un cercle, qu’il épaissit, mais sans aucune rupture de continuité...,
ce qui donna bientôt un anneau - Il précise : un anneau de bagnard ou de Forçat...

Il reprend : en effet le propre d’un labyrinthe - comme système des lignes concentriques - est de présenter pour chacune au moins une rupture ou solution de continuité...permettant le passage d’un niveau à un autre...

A contrario c’est précisément la trop parfaite continuité, la logique systématique,
la réponse automatique à toutes les questions..., qui signe la présence du « second ennemi »/ 23-01-10

Pause, demi-pause : avec Schuon c’est toujours le même disque,
le "Tonal" de béton du parfait grand maître, les parfaits petits disciples... -
l’idée même de vaincre « la Clarté » ne lui est donc jamais venue
- quand à "la Peur"...).

Chien-huskie, toujours aussi gothic - C’est qu’il y a la Peur...

Aurore- Mais, et Guénon...???

Clèbs- difficile de traiter à la fois de "la Peur" et de « la Clarté... »

Aurore- restons sur "la Clarté"...(3).

Clèbs - disons que René Guénon a au moins l’Intuition
à défaut de la capacité..., à s’affranchir des limites du mental...

Jurubi- Lequel en effet ne sert pas à grand chose,
quand tu es confronté au Monde subtil...

Oeil-de-Faucon- "car il y sur la mer un Roi [Dragon]
qui s’empare de toute embarcation par violence", Surate XVIII,78.

Grand sourire...Un Silence...Un Ange passe, chargé de Rouleaux Irisés...

**************

Aurore - Mais comment faire ce peut ???

Clèbs- Voyons Aurore ! ! ! ne nous avais-tu pas soutenu que
la sagesse c’est Oublier ?? comment veux-tu que ces maîtres
oublient un seul instant tout ce qu’ils savent ??? ou plutôt tout ce qu’ils théorisent...

Autrement dit par quelle faille "la petite souris de l’Invisible..."
pourrait bien surprendre ces "avares", surveillant nuit et jours leurs silos à grains..
la pensée précise, le désir contenu, jamais plus loin que le corsage de la voisine...,
le doute raisonnable, juste de quoi répondre, noircir...444 pages... -

Il réfléchit, reprend : ne jamais douter, donc ne jamais souffrir...
surtout croire, en Dieu, si possible..., bref la parfaite petite "Bulle",
bubulle "de perception", la cuirasse infaillible..., par mille mètres de Fond...(4)

Aurore, ravie, à Chien-huskie - Il est lancé...chuttt ! ! ne dis Rien...

Clèbs- Allant jusqu’à affirmer (Schuon), mais où donc est ce passage ???
que "le délivré vivant" voit assurément le même Soleil, les mêmes arbres, les mêmes plantes- mais en y voyant beaucoup plus, c’est à dire ses propres constructions....

Vit-on on jamais plus désastreux manque d’Imagination..., de fantaisie,
de lâcher-prise...totale absence de Fantastique...(5)

Et décrivant le Paradis, toujours dans ton n° spécial...à l’intention d’un disciple..(6)
avec une platitude de curé trop repu de blandices, pour que jamais la Faim,
la Soif le reprenne de...réellement reprendre la Route...

*************

Gonde, qui jusqu’ici s’est tue - pourquoi effacer « Quitte tout et suis moi » ? ? ? (7)

Ptah, féroce et taoïque...- parce que tôt ou tard celui qui prétend
« imiter » Jésus-Christ ou tel Prophète que tu voudras (ils ont à peu près le même age) s’égare...et égare, quand il ne plonge pas ceux qui ont cru en Enfer...

Oeil-de-Faucon - traduisant de l’arabe : « Ton Seigneur » pas celui d’un autre...

Jurubi - sous prétexte d’Amour, dévorer « les plantations de L’Invisible »..(8)

Gonde - comment, comment ??

Clèbs - Voyons Gonde, vous voyez bien que c’est un Nègre...

Aurore gentiment- Jurubi veut parler des ces maîtres
qui ne font jamais que reproduire le père, la mère ou l’amante Abusive...

Cyber-souris agressive - et les mecs alors ??

Aurore taquine - on ne va quand même pas t’appeller soeur Françoise ..

Tout le monde rit .... celui d’Aurore est particulièrement désarmant...

Cyber-souris voudrait bien faire sa Féroce, mais le moyen de se fâcher
en si gentille compagnie, Perroquets, Serpents et Ouistitis...

06-02-10.Les appréciations ici portées s’appliquent à fortiori
aux innombrables maîtres dont les turuq * sont avant tout
une sorte de compensation mi-sociologique, mi-religieuse,

comme leur visée spirituelle ces « formes supérieures de salut »
ne concevant rien au delà de la sainteté - partant vouées à
s’éloigner sans cesse davantage du çufisme au sens gnostique du terme...

Pour filer une autre métaphore, un Pont qui s’arrêtes à mi-chemin, soit parce que le maître d’oeuvre ne sait pas construire, soit parce que les ouvriers trouvent impie de franchir le Fleuve..., n’est plus un pont, et la Pluie venant, menace ruine...

[chapitre XIII « la voie soufie », Faouzi Skali dit "presque" la même chose, au dépouillement près..., gros de toutes les erreurs des ascétiques...- à croire que ce shéikh, contrairement à Frithjof Schuon..., ignore tout des Attributs...].

19 Mai 2010 L’article est évidemment en direction des disciples de Schuon,
lesquels au demeurant feraient bien de revenir sur celles, particulièrement bien vues...*, que notre Alsacien fait du shéikh el-Akbar, dont Penot vient de nous traduire les « illuminations » (mecquoises...), V- Frithjof Schuon, Ibn Arabi, contradictions, vertiges, Reptiles*...

On serait tenté de dire que de plâtre..., mais c’est du niveau Gnou...
Alors on dira avec le Sorcier..., que tout cela n’a jamais dépassé « la Clarté »...

Mais encore rétorquera l’amoureux transi et choqué des « études akbariennes »...

Nous consultons le Serpent... planquez vos ossements boiteux....**

* « le soufisme, voile et quintessence » F.Schuon - au niveau des contemporains
c’est plus un Voile, mais un linceul de béton vibré...

** Jararàca... sur avis Anacondas Dansants :
T- « La pesanteur et la grâce » bien suffisant, si capables suivre Piste...


(1)- 26-02-12-Oeil-de-Faucon, de retour dans ces parages, sourit et propose,
pour « l’éther-dans-le-coeur » esh-shéikh el-Aqçar, qui du coup rime
avec la Mosquée Lointaine...

sinon (RG symboles fondamentaux ) -
quand le point sous le Bà (Rabi-ka/i) devient le point dans le Nûn etc.

(2)- en termes Vieux Chat, F.Schuon n’a pas la plus petite idée des « états multiples de l’être »...- en plus "chataigne", scuzzi C.C... "des états de réalité non-ordinaire".

(et ce nonobstant la remarque de Schuon itself, quand à la relativité de
« l’héroïcité des vertus », déployée par ceux qui se trouvent placés au-dessus d’un gouffre, placé là par le Dieu Bon et Ami des hommes...)

(3)- « le premier ennemi » d’un homme aspirant à devenir
"un homme de Connaissance" selon le Sorcier...(l’herbe du diable...C.C)

la 1° couche, sorte de pellicule, assez facile à déchirer..., s’appelle l’angoisse,
sur fond de frustration intense donc de souffrance (actuelle, sinon consciente...) -
la 2°couche, sorte de Laque, c’est la mémoire individuelle- la 3° strate, tout à fait géologique..., la mémoire ancestrale...

Par quoi l’on touche aux Fleuves Infernaux...
comme aux "esprits alliés", "le démon" chez les pères du désert...

Matière sensible comme disent « les grands maîtres », qui ayant fait sauter
toutes les digues, verdissent de Peur devant la montée des Eaux...

(4)-"Tonal" individuel, collectif ; "bulle de perception", in "tales of Power" C.Castanéda...

(5)- Schuon évoque avec beaucoup de justesse l’aspect moqueur de Maya, mais s’arrange pour jamais, au grand jamais, rencontrer un Ange pire, un Esprit...

18-02-2011- Le passage en question, in "regards sur les mondes anciens",
chapitre "l’homme dans l’univers" est tout à fait révélateur de l’infinie distance
qui sépare la théorie de la réalisation... Il est en effet à chaque instant question
d’autres dimensions, de matière subtile, protéique, mais haro sur toute personne (déséquilibrée par définition) qui percevrait autre chose...

De sorte qu’en abordant la question de la façon dont un "délivré" ou jnâni "voit" le monde, on retombe dans des sommets du genre - il voit la même chose, mais en y « voyant ».... c’est à dire plaquant... tout les idiotismes de la théologie (pardon...de la « métaphysique »)- exemple du mirage, quand on sait que c’est un mirage...-

Comme dirait Rûmi, comment sais-tu, chien ! ! ! ! que c’est un mirage ?!?!?!

(6)- Le N° spécial consacré à F.Schuon in connaissance des religions 1999 -
quelque chose cloche dans cette fureur de "zhikr", comme un étrange mélange
de Peur, de Vertu et, en ce qui concerne ce mantra lui même, d’ignorance...
//R.G 1937, "kundalînî yoga"...

(7)- le Divin maître..."celui qui ne quitte pas son père sa mère/.../" etc, mais jamais l’épouse...- du coup saint Paul en rajoute une louche, en attendant les Papes...

(8)- "les plantations" donc le psychisme (Dante, "la Forêt obscure"),
de celui qui est inhibé, exploité en proportion de sa faiblesse...

"Sagesse" Africaine, quelque peu déchue..., pour peu que l’on considère
la crainte extraordinaire, exprimée avec insistance par l’initiateur,
que l’initié (en l’occurrence un prêtre), ne retourne contre lui ce « pouvoir »,
pour le tuer ou rendre fou...[« les yeux de ma Chèvre »].

Ne pas confondre avec « VOIR » au sens du Sorcier yaqui...
dont les dits "yeux" représentent tout au plus les 3 premières marches...

Chien-huskie - encore ! ! ! Aurore, très maître des novices -
d’abord les patates, et on est Dix ! ! ! !

(9)- « la voie soufie », Faouzi Skali spiritualités vivantes,
albin michel, 1985-93 poche,(portrait du "fhaélèb" sur Google...9-8-10).