Accueil > Le coin du Serpent....(Jararàca) > U-Evola, Ebola * ...

U-Evola, Ebola * ...

samedi 7 janvier 2012

Texte 7Janvier 2012- liens utiles, C- entre Ténèbres et Lumière... ou doctrine et dérives, K- en Chiens de Faïence......

Les analyses de Evola, assez bonnes, parfois plus pénétrantes que Guénon
en matière de reptiles (maçonniques, ecclésiastiques, anthropo-sophesques...),
ne valent pas grand chose en matière de Dragons...L - ascètes et Dragons....

En effet c’est peu dire, avec le Vieux Chat, que "la théorie de la shakti est
tout autre chose qu’un volontarisme
", mais voyons cela de plus près...

Par exemple lorsque dans "masques et visages...", chapitre X *, notre Aigle boiteux, prenant appui sur des auteurs aussi illusionnés que Gurdjieff, Meyrinck, Kremmerz,
et Eliphas Lévi, croit pouvoir s’élever au rang des Olympiens...

A défaut d’une sagesse gréco-romaine introuvable, toujours teintés de ce bouddhisme de chauve-souris dont l’ultra-son de ralliement est le Pic-du-Vautour...C- Bouddhisme et Tupisme ... (1).

Métaphysiquement, nos héros (à rebours) au prétexte que tout est "illusion"
[joli faux-sens, contre-sens sur la signification de Maya...], confondent, au motif de leur visibilité, la suie... (en termes de blason "les couleurs", dans leur état dégradé ou "tanné" ) ― avec les couleurs pures mieux, vivantes ― les feuilles mortes avec les feuilles tendres....

En plus sociologique mettent sur le compte du Jardin...,
toutes les désastres générés par l’ignorance partant l’inconséquence du jardinier...

Ou plutôt des* jardiniers..., prétendant rectifier les erreurs, ou venir en aide au Vigneron romain, et de fil en aiguille infestant d’O.G.M, les coteaux de la ville "éternelle"... (*Avril 2014 - protestants, franc-maçons et autres vers de terre...)

Mais regardons de plus près, ou plutôt allons jusqu’au bout de la logique de nos « mages ».

Passons sur l’affligeant décalque d’une " Identité suprême" dont on oublie vite
la formulation hindoue : une goutte (notre "mage"...), un ruisseau, une rivière...
arrivée enfin à son embouchure, se déversant donc "s’identifiant" avec la Mer...**

La première chose qui frappe est que nos apprentis sorciers zappent complètement le fait de la Mort, donc de la perte définitive de ce qui sur terre correspond à notre Quille...

La deuxième, plus technique, la complète ignorance quand au processus permettant la volonté, laquelle, comme comme n’importe quelle faculté..., est fonction du véhicule...

Ici humain, contenant naturellement le nécessaire au Grand Voyage,
car il est l’Analogue du cosmos - lequel au demeurant est parfaitement ordonné...
(surâte de la lumière XXIV, 35).

Ce qui nous amène, tertio, à se demander ce qu’on bien pu faire les héros
qui les ont précédé..., d’une "immortalité" si chèrement acquise, à coup de mépris,
voire de haine et d’inhumanité envers les proches, de la petite amie que l’on jette,
à l’épouse que l’on délaisses pour aller "je ne sais où chercher je ne sais quoi"
comme dit le conte...russe...(1).

En plus logique, si depuis que le monde est monde certains (parmi lesquels il faut quand même compter quelques femmes...), ont réalisé un état transcendant ce corps fait de chair et de sang..., ils se sont forcément regroupé en... Pléïades..., formant ce que les taoïstes appelleraient des Iles, et des constellations...(en plus délayé l’Astral...).

De sorte que l’on retombe sur ces Dieux et Déesses que le monothéisme regroupe sous le nom d’Anges..., mais qu’Evola et ses émules, définissent d’entrée de jeu comme de simples "forces" à disposition de notre "magicien"...

Revenons maintenant sur la métaphysique bouddhiste ou plutôt sur sa version ultra-light, toute plombée de logique....

Si rien - chose, être, monde, par définition conditionnés, n’existe en Soi, les Mondes (inférieurs ou supérieurs, des Dèvas ou des Prêtas, Enfers et Paradis) entretiennent, par définition de "l’interdépendance"..., plus d’un rapport avec le nôtre...

De sorte que, épreuves et grâces, obstacles et Illuminations peuvent très bien
être tout Autre chose qu’une réponse purement passive,
d’un milieu totalement privé de volonté propre...
...

Mais bien plutôt des événements procédant d’un Espace totalement extérieur
à la fameuse volonté
, dont la définition comme les exploits ont de quoi inquiéter,
ne fut-ce que les simples mystiques...(2)

Que dire alors des véritables Mages, Sorciers, Siddhis...

Comme chacun sait habitant sur "une Autre terre", dans des eschatologies
infiniment plus développées que la chrétienne...

Mais impliquant de fortes chances pour que, parti sur de telles données, notre apprenti-yogi se trouve transformé en "scolopendre immortel", "rhinocéros transcendant", et autres "cornes-de-cerf", peuplant le Si-Yéou-Ki...

Comme ce "fantôme-de-renard" qui dans l’apologue Zenn, vient à résipiscence
aux pieds du maître..., pour avoir nié, se croyant délivré à trop bon compte,
la si peu entendue Loi de causalité...

Autant dire ce Dharma qui Unifie toutes choses..., du Chtonien à l’Ouranien,
les états multiples de l’être..., en plus coranique, cette Terre et les Sept Cieux...(3)

&&&&&&&

En conclusion Evola, excellent lorsqu’il démasque.., retombe exactement
dans les mêmes illusions, mirages, virus... déterminant l’action des contre-initiés...
, tout aussi élitistes, mais via une stratégie tout autre..., que celle préconisée par notre Aigle aux ailes de fonte...

Persistant, dans sa surdité..., à confondre le véritable "délivré",
en plus occidental "dé-lié" et le surhomme...

Par quoi nous retombons, sinon dans l’Arianisme, du moins la négation de la Chute, donc des Cycles, donc des conditions propres à l’age de Fer...

D’où cette autre tradition, venue des pères du désert, qui nonobstant la très énigmatique figure de saint Antoine, définit l’Adversaire comme "Satan, grand ascète...". A la volonté, donc l’égo, comme de juste surdimensionné...

24-07-10.

En conclusion les Ours, ou plutôt les prédateurs en cage..., qui persisteraient
à faire du miel de ces fourmis volantes, sauterelles et autres crickets..., risquent fort,
sur cette terre..., de perdre peu à peu tout leurs poils Symbolisme Zoomorphe ; langage et parodie ......

Et dans l’Autre monde de devenir la proie de quelque Entité..., qui les accommodera
à quelque sauce d’outre tombe... Mettons une sauce à l’Ail...

Juste retour de "l’interdépendance" (façon goulash...)4)(5)(6).


*1971,1991 pour Pardès,"masques et visages du spiritualisme contemporain",
chapitre X "sur quelques courants initiatiques et sur la haute magie",
et article in "le Choc du Mois", n°38 de juillet 2010.

(1)- nous pensons ici à tout ces saddhus de pacotille, fumés aux herbes et sodomites..., qui font si grand effet aux gentils idiots venus de l’occident...

** dans la foulée et pour répondre à Chien-huskie s’interrogeant sur Ramana Maharshi dit le grand (maha) rischi (portrait par Daniélou, in "les chemins du Labyrinthe") : une goutte de ripolin tombée dans un pot de Ripolin...

(2)- a contrario, "la volonté" au sens du Sorcier dans "Voir", chapitre VI...C.C.

(3)- Du Bien au Mal, de l’attention au mépris..., de la justice élémentaire à l’exploitation éhontée du "moindre de ces petits", comme le prononce (c’est un Mystère...) de façon si poignante (fais-je partie à mon insu, des possédants, partant des possédés...), le Divin maître...

(4)- russisme- "luk" l’ail renvoyant à "Lukavyï"-["le Malin" dans Notre Père (Notre Oeil pour Natacha...)]. Bunkaï : « look » (pour le yankee), et « cool » (pour le goddon...).

(5)-l’Ail comme exorcisme, car la viande des damnés ne saurait incommoder les élus - si l’on tient aux distinctions subtiles, leur "shakti", en plus San-Tsang, leur "monture "...

(6)- goulash, délicieux plat hongrois, très facile, même pour les sous-louloutes..., à la sauce au paprikash...