Accueil > OPT comme Occultisme Politique et Tératogénie > N...- La métamorphose

N...- La métamorphose

ou quand Th "voit" C....

lundi 18 octobre 2010

précédent immédiatM- quand Dark Vador en trouve Quatre (1).,
sinonB- Guenons - de la prolifération au recrutement.

7 Mars 2017 : les protagonistes n’étant plus de ce monde
on rétablit les noms et Lieux...

Thamar rêve de C... mais c’est peut être quelqu’un d’autre...
On a eu un mal de chien à retrouver l’original, car sur le grand cahier rose
manquait notamment cette vision ; La vision, doit être de 1971 ...72 ;

Depuis « notre mouvement » a du faire de grands progrès..

.Texte. de 2010

Cher Carol.., j’ai la nostalgie du Luxembourg..., j’ai de la peine de ne plus voir ni Médou... ni Georges... ni vous et ceci malgré mes multiples occupations, mes soucis et tout le travail que j’ai devant moi.

Ayant ce soir un moment de répit j’ai envie de vous écrire.
J’ai pensé que cela vous amuserait d’avoir la notation (rature, narration, récit),
du rêve que j’ai fait vous concernant. Je le copie donc du livre où j’inscris mes rêves, car j’en fait d’étonnants en général, et je vous l’envoie, Voici :

Nous nous trouvons M,G,C et moi dans une assemblée étrange, très mêlée, pleine de confusion et de contradiction. Une impression pénible se dégage de la foule qui nous entoure, quelque chose de faux, de truqué, malgré l’amabilité qu’elle nous témoigne.

Nous nous mouvons tous quatre dans cette foule et puis soudain C disparaît.
Je le cherche, il n’est plus là ; je m’adresse à M et à G, « mais où est C ? » .

&&&&&&&&&&

Un homme sort de la foule, s’approche affairé et me dit :
« il s’est retiré pour méditer et atteindre la perfection, la transformation de son être,
et à la métamorphose de lui-même »

Comment cela ? De quelle façon ? Où est-il ?

Il ne faut pas le déranger, il s’est retiré du monde, il veut se transformer
me répond l’homme affairé. 

J’insiste, « comment ? »

" Il veut arriver à avoir un foie de métal, des reins de bois
et un cœur de pierre " me répond l’homme, comme ceci, regardez-

et il me montre une sorte de sculpture abstraite en métal qui est censée
représenter le foie, une autre sculpture abstraite en bois représentant les reins,
et un cœur sculpté dans de la pierre, beaucoup plus petit que les deux autres sculptures avec des petites anses comme ceci...

Et puis l’homme continue à m’expliquer avec volubilité la façon
dont la sang arrivera dans le réceptacle du cœur de pierre.

Je suis envahie d’une grande angoisse et je dis « mais cela est impossible,
Carol va mourir il ne peut pas, il ne pourra pas vivre avec ce foie de métal,
ces reins de bois, et ce cœur de pierre. Il va mourir, il faut l’empêcher
de faire cette folie. Il va se tuer pour rien ! Où est-il ? ».

&&&&&&&&&&&&&&

C nous apparaît comme une vision. Il est seul quelque part. Il a les yeux fermés,
on voit visiblement qu’il est plongé dans une profonde méditation et qu’il fait
de grands efforts pour réaliser son désir mais il paraît souffrir beaucoup, intensément.

Puis la vision de C disparaît. Je m’affole-

mais, G, il faut faire quelque chose, l’arrêter, c’est de la folie, c’est criminel et fou !.

L’homme très volubile m’interromp- mais non, il faut le laisser faire, car s’il réussit nous pourrons en tirer quelque chose d’inouï, un grand profit pour notre mouvement.

Et je comprend que tous ces gens attendent la transmutation de C
pour en tirer un profit bas, vulgaire, et qu’il joue le rôle d’un
Don Quichotte éperdu qui cherche réellement quelque chose,
mais qui sans s’en douter servira ces aigrefins.
Mon angoisse et ma peine sont infinies.

« il faut le sauver, lui dire, faire quelque chose ! Mais où est-il ? Il va mourir ! ».

&&&&&&&&&&&&&&&

Alors nouvelle vision de C...

Il a toujours les yeux fermés comme à la première vision, son beau visage est tendu,
il a toujours le même kakémono (sic !)(1), assez long comme on les porte en Chine.
Il a l’air de souffrir encore plus qu’à sa première apparition.

Et soudain je m’aperçois qu’il crie. Il crie d’une manière insoutenable,
il hurle de douleur mais sans un son. Il hurle en silence.

Et puis je vois qu’il pleure. Il pleure, il pleure, des torrents de larmes qui coulent non seulement de ses yeux, et qui se répandent sur son visage, mais tout son corps pleure, mais sans une seul larme, comme son cri sans cri.

Mon angoisse et ma peine deviennent intolérables
devant cette souffrance et je me réveille...

Je n’ai toujours pas la clef de ce rêve mais vous l’avez certainement.
Je retourne au Luxembourg, pour quelques jours, fin septembre début octobre,
à très bientôt (Cher C, raturé) donc recevez, cher C
mes plus amicales pensées .......

autre vision (plus céleste...) W-Le Bouclier d’Or .

retour sur D- d’Ivoire et saphirs... .


(1) Th veut dire Kimono, bien sur... ; la Chine c’est
comme le japonais du songe de Miller, c’est quelque chose qui se passe
à côté de chez vous, mais dont vous ne soupçonnez même pas l’existence....

Pour la petite anecdote le vrai Carol.... sera, bien des années plus tard
envoyé en poste en Afrique, et tout les pays qu’il traversera, baigneront,
sitôt quittés, dans un bain de sang ...