Accueil > C comme "conneries" > N- dossier Frithjof Schuon, une curieuse enquête de police...

N- dossier Frithjof Schuon, une curieuse enquête de police...

mercredi 29 août 2012

Très bon lien V- "initiés" et mystiques... , attachez vos ceintures... Plus vachard I- Scolastique, cap 666... , plus fouillé O- de Bernanos à Schuon ou la colère et la Peur......

En se baladant sur "retour à Guénon" alias B-Iskqukqumadevu * 21 avril 2012,
alias cret.blogspirit.com/b, bref, dossierschuon.jimdo.com

on tombe sur une curieuse enquête de police
(dans les 276 pages !! tout en ragot, demi-confidences, cafards et aspics),

d’où il ressort que l’auteur de tant de livres plus ou moins brillants,
assurément utiles...(1), souffrait depuis sa tendre enfance, de graves problèmes, comment dite-vous déjà ?? sexuels... s’aggravant avec l’âge,

sur fond de mégalomanie des plus préjudiciable aux... adhérents d’une Thariqah, quelque peu douteuse en ce qui concerne la transmission de la Baraka - pardon, de l’influence spirituelle conférant " l’initiation virtuelle", pour parler Vieux Chat...

Avec en prime un Dossier Confidentiel Inédit de Clavelle, qui jette un jour curieux
sur la façon dont le grand René Guénon entendait se passer de disciples...

&&&&&&&&

Dans la foulée, le brillant enquêteur
mandé par la D.T.T sur cette Affaire, fait d’une pierre trois coups...

En effet s’il n’est pas douteux que Schuon ai usurpé la fonction de shéikh,
il va de soi que les disciples, plus encore les shuiukh par le Maître adoubés,
n’ont aucune légitimité initiatique...

Parmi les disciples Titus Burckhardt, d’ascendance non prolétarienne...,
auquel nous devons pourtant, entres autres travaux, une remarquable traduction
des "chatons de la Sagesse"...

Parmi les shuiukh, Valsân, qui s’est donné le mal de traduire et commenter Qâshâni...

Enfin Gilis, qui dans son essai de momification du Vieux Chat
(introduction à la fonction et au mystère de René Guénon)...)
a quand même souligné que le christianisme n’était nullement l’œuvre
du Jésus terrestre, mais du Christ ressuscité, et donc du Saint Esprit...

la vision de saint Paul, tue et mange ! ! !, pour ceux capables de s’élever à ces mystères, suffit à rendre justice de bien des choses, notamment des délires de la Renaissance, de l’occultisme, du New Age à l’abominable bouillie des grades se réclamant du Grand Architecte de l’Univers, G.A.D.L.U..., pour les intimes

&&&&&&&&&&&

Bingo pour l’Eglise catholique, plus encore pour les tenants
(comme Patrick Geay) du caractère initiatique de la maçonnerie,
nonobstant les travaux de Kervella, Dachez et plus récemment Bauer it-self...

Qui du coup (bien qu’à leur corps défendant), vont dans le sens de Schuon,
voyant dans les prétentions de la maçonnerie relookée Guénon, une grotesque prétention à dépasser le christianisme...

Schuon précisera à l’un de ses correspondants :

Comment ne voit-on pas la gravité d’une opinion
qui revient à placer la Franc-Maçonnerie au-dessus de l’Eglise catholique
ou du Christianisme tout court ? Car si l’initiation c’est le sommet,
et si les sacrements ont perdu leur caractère initiatique,
les chercheurs qui se croient « qualifiés » pour l’initiation
n’ont plus rien à attendre de l’Eglise ;
ils trouveront le sommet des trésors spirituels dans la Maçonnerie,
même si celle-ci n’a rien à leur offrir au point de vue proprement méthodique ; 
mais ce manque, précisément, ne gêne pas les guénoniens.

Il est vrai qu’on parlait, en milieu guénonien,
d’une sorte de "réalisation collective" au moyen des rites maçonniques ;
ce qu’il m’est impossible de prendre au sérieux,
surtout quand je pense à la situation concrète, c’est-à-dire aux individus
et à l’encadrement spirituel
(lettre à J.B. 15 mars 1985).

Bingo pour les juifs, garde rapprochée du mondialisme...

Bingo pour Natacha et ses gentils soufis de Samarkande..., ses gentils requins du Scamandre..., pour qui les écrits de Schuon sur l’Islam constitue une véritable mine
psychologique ....

Enfin Bingo pour les adversaires de René Guénon, le dossier Clavelle apportant la preuve irrécusable de la duplicité du Vieux Chat, pièce maîtresse

A- du dispositif destiné à islamiser l’Europe (à ce propos,
V- Frithjof Schuon, Ibn Arabi, contradictions, vertiges, Reptiles*, have à nice turkey...).

B- de la machination ordonnée à la renaissance de « la Gnose »,
puisque pouffant de colère à la thèse avancées en tapinois par Schuon,
à savoir la nature initiatique des sacrements chrétiens...(là on sourit un peu...).

&&&&&&&&&&&&

Ceci dit sur le fond de cette enquête..., démarrée sur les dénonciations
d’un certain Koslow (dont on reconnait justement le détraquement)

et de photos à peu près inexistantes, si ce n’est un Schuon portant une coiffe Indienne- plus quelques détails, qui prouverait surtout que la C.I.A sait se servir de photo-shop...

A- le Maître bande ??? se tape des femelles ??? terrorise ses dupes ???
Pourquoi pas ?? mais on s’en fout, ou plutôt ça ne regarde que les disciples.

B- Pourquoi se priver de lire et tirer profit, surtout si on est curé,
de Logique et Transcendance, que notre enquêteur (qui n’écrit pas si bien que çà...) trouve le moyen d’éborgner au passage ― çà change un peu de la philosophie allemande ou judéo-teutonique...

hors dossier mais on peut en rajouter...

C- sur les connaissances de Schuon en matière de zhikr, on sourit ―
surtout si on a en mémoire la belle histoire, remontant à l’an mil,
du disciple mandé par son maître chez un vieil Ami, de l’autre côté du Nil,
à condition de lui apporter sans l’ouvrir certaine boite,
condition sine qua non pour obtenir le Nom Suprême...

ceci dit sur les limites du Maître...U- des perfections Illusoires...

D- sur René Guénon, grand théoricien de la Voie..., mais qui ne découvre vraiment
la réalité du chemin qu’une fois débarqué en Egypte, où il fait connaissance avec
la Peur comme dirait le Sorcier de Castanéda...

Tout en abandonnant petit à petit ses illusions hindoues sur l’Identité Suprême, traduction pour ne pas changer toute en faux sens pour ne pas dire contre sens...E- D’un sanglier chargé du mont Suméru.

&&&&&&&&&&

Bon on va encore se faire des amis..., pas grave envoyez vos dons ― et si vous avez de l’argent à ne savoir qu’en faire, contactez-nous...z.clebs@laposte.net

Il est parfaitement possible de faire des choses utiles et intelligentes...(2),
sans pour autant faire dans l’élevage des scolopendres...

Aurore, Clèbs, Gonde, et Fennec- à qui revient le mot de la fin, avec son accent de prolo vietnamien : "tout ça c’est beau comme un cu(l) un jour de chiasse" -

&&&&&&&&&&

17 septembre 2012 - rien de plus éclairant que ces extraits pour comprendre à qui profite la fameuse enquête diligenté par on ne sais quels nabots de l’Ombre...

Il n’y a certes pas lieu d’admirer une science qui dénombre les insectes et les atomes et qui ignore Dieu ; qui fait profession de l’ignorer tout en revendiquant une omniscience de principe. A noter que le scientiste, comme tout autre rationaliste, ne se fonde pas sur la raison en soi : il appelle « raison » son manque d’imagination et de science et ses ignorances sont pour lui des « données » de la raison.

"Le soufisme, voile et quintessence" p. 107 Note 12.

La science moderne a eu pour effet, entre autres, de blesser mortellement la religion, en posant concrètement des problèmes que seul l’ésotérisme peut résoudre, et que rien ne résout en fait puisque l’ésotérisme n’est pas écouté, et ne l’est moins que jamais.

En face de ces problèmes nouveaux, la religion est désarmée, et elle emprunte maladroitement et en tâtonnant les arguments de l’adversaire, ce qui l’oblige à fausser insensiblement sa propre perspective et à se renier de plus en plus ;

sa doctrine n’est pas atteinte, certes, mais les fausses opinions empruntées à ses négateurs la rongent sournoisement « de l’intérieur », témoin l’exégèse moderne, l’aplatissement démagogique de la liturgie, le darwinisme teillhardien, les « prêtres ouvriers », et l’« art sacré » d’obédience surréaliste et « abstraite ».

Les découvertes scientifiques ne prouvent rien contre les positions traditionnelles de la religion, bien entendu, mais personne n’est là pour le montrer ;

trop de croyants estiment au contraire que c’est à la religion de « secouer la poussière des siècles », c’est à dire de se « libérer » de tout ce qui fait - ou manifeste - son essence ;

l’absence de connaissances métaphysiques ou ésotériques d’une part et la force suggestive émanant des découvertes scientifiques et aussi des psychoses collectives d’autre part, font de la religion une victime presque sans défense, une victime refusant même dans une large mesure d’utiliser les arguments dont elle dispose.

Il serait pourtant facile, au lieu de glisser dans les erreurs d’autrui, de démontrer que le monde fabriqué par le scientisme tend partout à faire du moyen une fin et de la fin un moyen, et qu’il aboutit, soit à une mystique d’envie, d’amertume et de haine, soit à un matérialisme béat et niveleur ;

que la science, bien que neutre en elle-même - car les faits sont les faits -, est pourtant une semence de corruption et d’anéantissement dans les mains de l’homme qui en moyenne n’a pas une connaissance suffisante de la nature profonde de l’Existence pour pouvoir intégrer - et par là neutraliser - les faits scientifiques dans une vue totale du monde ;

que les conséquences philosophiques de la science impliquent des contradictions foncières ; que l’homme n’a jamais été aussi mal connu et aussi mesinterprété qu’à partir du moment où on le passa aux « rayons X » d’une psychologie fondée sur des postulats radicalement faux et contraires a sa nature.

"Regards sur les mondes anciens", p.46-47.

&&&&&&&&&&&&

19-11-12- En parcourant en ce moment "la philosophie de st Bonaventure (3),
on comprends mieux l’urgence pour des catholiques bon teint,
pour ne pas dire Opusistes... de se débarrasser au plus vite de l’auteur de
"de l’Unité transcendante des religions".......

En effet autant les travaux du "saint" sont bons pour pour les rats, autant les livres de Schuon sont actuels ― pire, mettent à la portée des esprits religieux la formidable relativité de toute une apologétique, qui ne tenait que par l’autisme Romain...

Exotérisme massif, dont ne reste plus que des décombres...
Car c’est aussi cela, l’Apocalypse...

En effet lire Guénon, se pénétrer du Souffle qui parcoure cette Œuvre,
était une tout autre paire de manches
, alors qu’avec notre shéikh,
cela passait comme une tarte à la framboise...

Jusqu’au moment ou Schuon commence à ne plus supporter du tout,
un autre exotérisme... Celui de l’Islam..., dont il nous rend palpable,
au grand dam des sergents recruteurs, le tissu historique -
d’aucuns diraient, le linceul...


* dit "le monstre zoulou femelle", qui à force de vomir sur tout ce qui dépasses,
risque fort à sont tour de trépasser..., enquête sur Yahoo, en date du 28 Aout 2012.

(1)- difficile de faire mieux que l’inculpé en matière de dialogues des religions, et singulièrement avec l’Islam...

(2)- en restituant les principes de la science des nombres et en les appliquant par exemple à l’enseignement de la musique, dont la théorie est à la fois algébrique et géométrique (+ Start-up si affinités...) - principes qui vont singulièrement plus loin que les vagues indications de René Guénon, ou encore du désastreux Réghini...

(3)- "la philosophie de st Bonaventure", Etienne Gilson, Vrin, 1943...