Accueil > Bb comme bibliographie, Porte et Babel.... > X- De quelques naufrages....

X- De quelques naufrages....

samedi 15 décembre 2012

planche de salut (trouée pour la tortue*), T- Gog et Magog * ou des 7 démons plus méchants que les précédents....

Préambule. Dans les Thuruq prenant appui sur un Art lui même enté sur les nombres, l’X, notre inconnue, s’écrit Shaï, comme Shîn, Însân, (anthropos), Nisâ,(les femmes, 50+60+1 = 111)...

Bien entendu l’inconnue n’est autre que l’âme humaine, comme ses élévations, dans les différentes équations à saveur métaphysique, ce qu’il advient de cette âme dans sa quête éperdue de solutions...(1)(2).

Texte. Il arrive en amont du Site, que quelque lecteur intéressé, voire piqué au vif, amorce un début de correspondance. Le temps d’échanger cinq ou six mails, genre parties par correspondance à l’ancienne [e4-e5], plus rarement [ç4-d5]..., et puis tout s’arrête, quitte à reprendre deux ou trois années plus tard...

Ce que d’une part le Site, étant engagé, n’a rien qui puisse conforter le lecteur dans ses illusions, d’autant plus subjectives, que pour suivre il faut quand même être familier de quelques auteurs, ce qui va de Castaneda à René Guénon, autant dire le grand écart - sans parler des horreurs et monstruosités relevant d’une culture toute Autre, et rien moins que spirituelle...

Le correspondant le plus solide est bien entendu celui qui s’est donné la peine de commander lire étudier (sérieusement), les ouvrages produits au compte goutte par "les éditions", Okopsà...

&&&&&&&&&&&&&&&&

Pour tel éminent musicien, voire musicologue c’est l’Enfer !!!! On essaie de comprendre pourquoi, et on réalise, par delà la difficulté à sortie des sentiers battus, une curieuse incapacité à séparer les clartés, ou en plus imagé les « couleurs »...

En effet, dans un ouvrage, (en trois tomes...) tel que Nombres et musique des 7 notes aux 7 sceaux, le substrat mathématique (qui envoie par le fond ce cher Réghini, et par ricochet le satisfecit de René Guénon), est une chose, le phénomène harmonique une autre chose, l’application modale encore une autre chose, enfin la sensibilité (donc la culture musicale), une quatrième...

Et ne mentionnons que pour mémoire, la remise en ordre de la bouillie ésotérique, voire théologique, qui fait l’ordinaire des "initiés", spécialité occidentale...

En fait et pour quelqu’un qui cherche une voie, donc Ascèse, le grand danger est de croire qu’une chose, ou "couleur", peut remplacer une autre, ou encore se suffise à elle même...

Rien ne remplace rien...

Aucune méditation, un coup de poing donné au bon moment et / ou le portable du chef consciencieusement explosé...

Et surtout pas, pour nos contemporains, de plus en plus frustrés et esclaves, une femme capable de vous aimer, ce qui ne veut pas dire vous suivre dans tout les méandres de votre raison boiteuse, fut-elle "addict" (votre raison...) aux grands Auteurs....

&&&&&&&&&&&&&&&&

Ce qui nous amène aux rares personnes, choquées en proportion, ayant la curiosité d’acquérir le Livre du Sukûn... (sorte de Zéro propre à l’écriture arabe)...

Ce qui va de tel jeune femme charmante, flanquée de sa duègne, reçue par les auteurs, qui après avoir manifesté un enthousiasme quelque peu étrange... pour quelqu’un qui est censé découvrir le livre, ou plutôt l’ouvrage, (au sens de clef ouvrant les portes des temps ou des Ages...), disparaît, à peine relevé, par mail, le fallacieux des excuses du genre pas l’temps, pas l’temps...

A tel mystique bleu-blanc-vert, qui comme par hasard pouvait se réclamer du Vieux Chat comme de Castaneda, en passant par l’incontournable Ibn Arabi... Mails de deux, trois, huit pages, mais toujours cette impression que l’ouvrage n’est jamais arrivé à destination...

Enfin, et Aurore faisant patte douce..., délivrant des conseils qui, ayant éveillé la curiosité de Fennec, ont abouti à des mises au point "constructives" comme dit Gérard de Villiers...(3).

&&&&&&&&&&&&&&&&&&

C’est que l’époque n’est plus du tout celle d’Aguéli, Titus, Corbin, voire Massignon...

En d’autres termes, nos Oiseaux, dont les Plumes trempent ici dans le Safran, là dans l’Encre..., ont trop souvent l’impression d’avoir à faire à des créatures mandées tout exprès par tel ou tel maître des squelettes....

Il est vrai que par moments on donne dans l’Encre Verte..., mais justement sans verser dans les illusions de rigueur chez la gent Nécrozonesque... Toujours un peu grotesque... Comme dirait le Sorcier,

"je ne suis pas comme ton ami qui n’a fait que vieillir...".

&&&&&&&&&&&&&&&&&

Mais voici oh miracle, un lecteur à priori sincère..., qui nous fait part de son parcours, comme de juste, cul par dessus tête...

Après un certain nombre de feintes, plutôt amusantes, ("si vous écriviez sur initiation ascendante et descendante", Kitab el-Sukûn commandé au nom de l’épouse, bien française,) voici le texte...

Bien, entendu nous n’avons rien contre une "culture métisse", içi "beur", baratté Guénon... A condition que le tissage tienne la route...

Or il n’en est rien, et d’entrée de jeu tout cela manque singulièrement... d’Adab (proportion, convenances, courtoisie, civilité ... ).

Quand on prétend rédiger son "parcours spirituel" et qu’on ne se donne même pas la peine d’apprendre à se servir d’un traitement de texte, on prouve d’entrée de jeu, beaucoup de choses...

Passons sur le parcours, les heurts de notre "héros" avec une bourgeoisie minuscule, attaquée bille en tête à coup de références totalement inconnues de ces milieux..., la dissociation progressive entre un christianisme tout saut intellectuel, et un Islam dit "français", proposant en prime une "initiation" essentiellement confrérique, donc politique...

En effet, ce qui fait tique,r ce sont les citations, pas toujours exactes, surabondantes et toujours disproportionnées, si possible choisies parmi les plus ronflantes...

On trouvera rarement le genre taoïste ; "que celui qui veut contempler commence par regarder attentivement une botte de foin...".

A se demander si, de façon générale, nos désastreux routards entendent ne fut-ce que le b-à-ba de la vie spirituelle, à commencer par un souci de l’autre qui soit autre chose que le collage avec un petit vampire qui cherche l’amour...

Le mieux, si le Moâ du "héros" excède le volume, déjà imposant..., des simples quidams se contentant, dans leur simplicité..., de consulter les médecins..., n’est-il pas de s’engager aux service des autres, qui précisément n’ont jamais entendu parler de René Guénon...

Par exemple dans un "resto du cœur", ou chez "les pèlerins d’Emmaus", bref faire un peu le frère portier, voire éplucher les patates dans une ferme...

Dont on se gardera d’escagasser les habitants avec des références, qui sont avant toute chose le masque de sa complaisance envers son petit moâ-moâ, tenu pour la chose la plus importante de la terre...

Bref, le chien dans « Mask »...

Sans compter que les déboires d’un fils de famille, qui peut se payer le luxe de jouer les théatreux en compagnie d’autres tristes sires, sous-doués, drogués, partouzards et parasites..., de cette fonction, cathartique en Orient traditionnel, mais plus que jamais retournée,

ne signifient rien d’autre : Au mieux, qu’un idéalisme dévoyé,

Au pire, un de ces jeunes gens vers la quarantaine toujours aussi immatures, et dont les expériences se dérouleront toujours dans les méphitiques vapeurs des vases clos...

Pour employer l’adjectif hermétique, qui tant fascine les avares et les avaricieux...

&&& &&& &&& &&& &&&

17-12-12- la suite de l’épisode est assez drôle - en effet de visite chez N, Ptah ne peut s’empêcher de lui remettre le « manuscrit » (46 pages). Le vieux psychiatre ajuste ses lunettes, et Clébs et Aurore retiennent leur souffle...

Le grand père est très sérieux, mais à un moment donné un léger sourire, puis pronto subito, une énorme "gargalhada*"...

Il reprend son souffle, nettoie se lunettes, et avec un grand sourire : "Tu sais bien, Ptah, que je ne comprends rien à la spiritualité"...

Que faire ??? Clèbs se dévoue, il sort sa clef USB, "je peux" ???. N, maestoso, "tu es chez toi". On re-expédiera le dit texte, revu et corrigé (58 pages...), après les vacances, à son auteur...

Puisse-t-il en faire son profit, spirituellement...

*gargalhada - éclat de rire, de même racine que "gargamelle" ou peut-être bien "cogumélo", champignon en lusitain...

18-12-12- Amusant chassé-croisé entre notre infortuné correspondant et les rédacteurs du Site... Les noms d’oiseaux (« danseuse », « morve de pou »), sont au rendez-vous, mais puisque nous sommes « une ménagerie »...


*bouddhisme : sur les chances d’accéder à, ou conserver, une naissance humaine, comparé à celle, pour une tortue marine, de passer sa tête à travers une planche trouée ballotée par les flots ...

(1)- différenciées en arabe (< > hébreu), sîn 60 et shîn 300, affectent cependant la même forme, soient trois cupules que "la science" décomposera en deux autres lettres..

(2)- Au Marhèb, le carré est Mîm, comme l’Eau, Mâ- le cube, Kaf, comme la mutation - la quatrième, double Mîm (les Deux Mers)- la cinquième ?? , ou sixième ??? Kaf, Mîm, de toute façons, "la redescente", pour préciser ce qui évidemment n’est pas dans : "L’Algèbre Arabe", page 92, Ahmed Djebbar,Vuibert, Adapt, 2005.

(3)- Dans un S.A.S « Aflicain », Malko, amené au camp des zoulous, assiste à une danse dont les guerrier s’engagent à rapporter à leur Roi le foie et le cœur de Mandela - suit explication de rencontre « constructive »...

Dans le cas présent, le correspondant d’Aurore, mêlant très subtilement blandices et conseils parfaitement contradictoires, renvoyait à deux sortes de "shéikh", s (shuiukh) -

L’un, vieux teuton décavé, shooté à l’opium de la « musique soufie » - l’autre, parfait Agent d’influence dont le lecteur, curieux de ces « échanges », trouvera le portrait in plan C, 9 octobre 2012, H- ou From Square to Crash... ...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.