Accueil > Trois Cônes ou les trois Révélations... > C- Vous avez dit langues sacrées ?? Bueno

C- Vous avez dit langues sacrées ?? Bueno

vendredi 24 mars 2006

26-01-2011- sur ces thèmes le visiteur dispose en fait de deux rubriques, Le regard des Cigognes.... et Art des lettres, science des "nombres" ..., c’est un peu fouilli, mais nous préparons quelque chose d’assez lisible sur l’arabe, (avec un petit gué vers l’hébreu...), qui sera édité par OKOPSA... Ceci dit tachez un peu de réfléchir par vous même...

&&&&&

Le milieu naturel comme théophanie ou " langage" préalable à tout langage proprement humain génère, avec la combinatoire primitive, les toutes premières Racines dignes de ce nom...

Par exemple en russe TPR pour la hache, donc la foudre, PRT pour la branche ainsi rompue, ou fendue (1)- en hébreu le développement " ètz ", " èrètz ", " shèrètz ", à savoir l’Arbre, la Terre, et le Serpent, ou plus exactement le Dragon (2).

L’Arbre par définition relie le Ciel et la Terre, dont le jaune et le bleu forment le Vert du végétal, lequel dans sa jeunesse pourproie et dans sa vieillesse blanchoie, pour dire " le Livre du Monde ", qui n‘à que faire des délires des prétendus rose-croix (3)

En quittant maintenant le Langage proprement divin pour les élaborations sacerdotales il vient, dans le texte trop fameux..., dit de " la tentation ",(se situant par conséquent à un niveau infiniment inférieur à celui où l‘on voit l’entité adamique nommer les animaux), tout un aménagement dérangeant la graphie droite...

Car maintenant le Aïn (notre è) qui avec le Tzadé permettait de relier l’Arbre la Terre et le Serpent, se trouve, pour " èretz " la Terre, remplacé par un Alèph, comme disparaît le Serpent- " shèretz ", remplacé par " Nakhash ", qui est en somme le désir inhérent au processus d’individuation, à vrai dire simple combinaison particulière de la substance ancestrale, recomposée à chaque génération...

*****************

La première conséquence de cette ortho-graphe et par la même orthodoxie, est que la Terre « promise » ne peut être établie que par une tradition en pleine possession de ces principes, dont l’élite est de ce fait capable de planter l’Arbre (gardé par le Dragon), dont il convient d’entendre la langage, avant même de songer à le réveiller (4)

La conséquence négative est bien entendu la perte de la terre..., où encore l’esclavage parmi les barbares... ou encore les peuples qui ont conservé cette connaissance, dont une « écriture » n’est jamais que le support. Ce qui explique des traditions telles le Bouddhisme ou le Christianisme " primitif "- ou plus archaïque, plus mystérieuse, le Druidisme-

Puisque ce qui compte c’est la Lune et non le doigt...(5)

D’où ressort bien évidemment, avec la signification rien moins que positive de la dispersion imposée aux juifs par les Romains..., le caractère parfaitement parodique tant de l’invasion « chrétienne » des Amériques, que du trop célèbre état d’Israël, dont la mise en place contrevient aux règles les plus élémentaires d’un droit devenu, Bête et Roux Dragon aidant, « droit international »...

Car il va de soi que si le dragon tortueux est par définition Roux ou tanné , le Vrai Dragon ou dragon capable de suivre la Voie droite, est Vert. (6)

Vert comme des yeux de chat,

Vert comme les plantes, l’épinard, le réséda

Vert comme les Eaux courantes....

Vert comme une feuille au printemps,

Vert comme une Ile dans l’Océan (7)


(1) " Topor " la hache (donc la foudre)- " porot6 " pour rompre- " prut" pour branche- enfin en français, dès potron-minet qui est l’Aube, le bourgeon, le printemps du matin...

(2) Le Dragon est donc plus que le cheval, comme le Cheval Dragon (du SiEou-Ki) est lui-même un peu l‘équivalent du Centaure,(Méï-dji à Cipango, rine à voir avec vos bioniques...26-01-11).

Pour donner un exemple facile à comprendre, tel maître moderne se réclamant des « arts martiaux » ne chevauche encore qu’un cheval, par contre maître Ueshiba ou tel Maître-Chat de légende...

(3) Nous parlons du célèbre mouvement lancé au XVII siècle, et par conséquent acquis à cette parodie de la science des rythmes comme des nombres à laquelle se ramène « le monde écrit en langage mathématique ».

(4) En termes quelque peu religieux, le Silence donne accès la contemplation- théoriquement un vrai métier d‘autrefois devrait permettre l‘arrêt progressif du " dialogue intérieur " pour entrer les concepts du sorcier de Castanéda R- vrais et faux toltèques... (You said Castaneda ???).

Mais quand on voir l’état de résidu où en sont les dits métiers dans le Japon moderne (pourtant féru de « trésors nationaux vivants »)- où en Europe un compagnonnage ne voyant rien au delà de la virtuosité au service de la Bête Universelle- on se dit que les moines ont bien raison de ne pas vouloir se mesurer avec cet Egout ...

(5) Zennisme- le « doigt » est ici le texte sacré -normalement la calligraphie associée construit mieux, tisses le Silence - mais ce « normal » suppose que la servante (l‘exoterisme et ses barbus, trop souvent maqués par le politique) ne commande pas à la maîtresse (la Sagesse, en soi parfaitement indépendante du fait social donc du fait religieux).

(6) en russe vert " zylionnyï ", ZLN assones avec " zerno ", soit ZRN la graine- (en hébreu, nazir...en arabe BaZRah (comme Bréizh...).

(7) Les chatons barboullieurs- Flammarion années 50...

A propos d’Ile le breton dit " ènez " comme le grec " ènessos ")- l’arabe " djezira " comme Djoser, le bâtisseur ou Djemilah, en ce jardin... Ce Dj toutefois de loin plus archaïque que le J arabe, déjà fade -

En effet en georgien ce Dj affecte la forme d’un svastika assymétrique, comme la fleur du mouron (bleu) 3 + 1 qui tires la langue- structure par ailleurs typique du livre des proverbes (bibliques).

En japonais Dju, en grec Déjanire, en français, "déjà" comme Nadèje, fleur des neiges ... En russe décomposé en j et d par ailleurs percutés en Jdu, jdioch (attendre)- enfin Djonn en basque, d’où le prénom goddon si répandu ...

Enfin dans notre arabe français, donc kabyle ; Djinn, Djebel et Djurdjura, pour résumer les signatures atlantes...