Accueil > le Monde subtil > ZB- radeau de bois, radeau de porphyre...

ZB- radeau de bois, radeau de porphyre...

lundi 29 décembre 2014

bon lien, chaîné amont... L- comme EL, ou quand Guénon ne voit pas ......

Texte du 24-12-2014- modifié ce 29...

Il est curieux de penser que Guénon, nonobstant son rattachement
au çufisme (1911) et surtout son départ au Caire (1936) demeura toute sa vie,
si l’on en croit J. P. Laurant, " profondément maçon " -

Donc imperméable au caractère contrefait et parodique d’une institution
allant au rebours de toutes les valeurs dont notre Vieux Chat se voulait le champion...
(cf R. Dachez, A. Kervella, voire "la Maçonnerie sous les Lys" ou
le "chevalier" de Ramsay en prend pour son grade...).

Il est vrai qu’on imagine mal notre paladin blanchissant sous le harnais de « tenues » qui, quand bien même eussent-elles abondé dans son sens, auraient laissé sur sa faim un érudit suffisamment « oriental » pour mesurer tout ce qui sépare une théorie d’une « réalisation »...

Voici donc, quelque peu démuni, René Guénon au Caire, faisant une fin
avec la fille de son hôte... Difficile pour un initié de cette envergure
de laver son linge, de faire tout seul ses courses, sa cuisine...

A peine rétabli, établi..., le démon le reprend, de la correspondance...

Des correspondances... entre divers ésotérismes, (l’islamique se réduisant
de plus en plus à un mince filet d’Eau...), et le vaste système de canaux,
d’égouts, de la parodie maçonnique...

Dont dépendait assurément, avec ses publications, son rôle de « pontifex »...(1)

Curieusement, après quelques belles sorties sur « les lettres », plus métaphysiques qu’autre chose...(2), à peu près rien sur le Coran lui même...

A vrai dire toujours allusif, donc en-deçà de « la Science » , dont la racine Aïn, 70, Lam, 30, Mîm, 40, comme Nimlah... aurait pu interpeller notre chercheur de trésors...

Passant à côté de la Géométrie profonde..., à côté du symbolisme de la Croix, à côté de l’Apocalypse, donc de ce nombre de la Bête déjà fort malmené par Dante...(3)

Prêt à dire pis que pendre du Bouddhisme, mais longtemps crédule vis à vis d’Aurobindo et surtout du trop célèbre Ramana Maharshi..., tête d’affiche d’une entreprise familiale soigneusement éreintée par un Alain Daniélou...

Autrement mieux placé que notre sage, pour estimer à sa juste valeur un canasson juste bon pour l’équarrissage, pour dire en termes de « Firassah », l’impression que procure la photo du Ramana...(4).

Mais au fait, voie initiatique ou voie mystique ??? Schuon autrement plus impliqué que Guénon dans l’Islam réel, historique..., achèvera (à son corps défendant...) de nous libérer de cette illusion...

Rien de plus mystique que le çufisme, dont les constructions les plus vantées
ne sont qu’un placage théologique usant et abusant des thèmes comme des
méthodes grecques...(5). V- Frithjof Schuon, Ibn Arabi, contradictions, vertiges, Reptiles*...

En effet question « réalisation », les maîtres de cette voie, d’une prudence infinie
en ce qui concerne les mirages du monde subtil, davantage encore sur sa réalité..., finissent trop souvent par se replier sur une sagesse à la Qhodjà...

Bref, après Don Quichotte, Sancho Pansa..., ou le Tanéda de Kobayashi...(6)

En plus Evolien, tout cela est désespérément Lunaire..

Non pas qu’Evola ne se fourvoie totalement dans ses projections « héroïques », caricature presque soviétique des Très Ailés olympiens...,

Mais parce qu’il n’est pas donné aux monothéistes plus que le nécessaire
pour éviter l’Enfer, pour parvenir au Paradis...

Encore une fois Deutéronôme, XXX 11,14,

Qui ayant décrit les Trois mondes, et surtout l’inutilité pour le croyant de rechercher une gnose qui lui est refusée (thème reprit dans le Coran, « ne recherches pas ce dont tu n’as pas la connaissance, n’adore pas des êtres don tu ne sais rien... »), conclut... :

ce commandement est là près de ton cœur, tu peux l’observer....E- Initiation de métier ?? - ce que parler veut dire ....

&&&&&&&, &&&&&&&

Il a sans doute de cela dans le çufisme ne disons pas pur et sans mélange...
mais des origines ...

Et n’était-ce ce goût de la mort et des supplices auxquels tend invinciblement toute la mystique dite latine, (et plus que jamais après le forcing du très lamentable, très détestable Loyola...), on retrouverait cette même saveur dans la mystique chrétienne

Plus exactement dans une mystique chrétienne laïque......

Nous voulons dire définitivement purifiée des outrances misogynes d’un sexe, en l’occurrence, particulièrement faible..., vu son envers subconscient et infernal...

Masochisme d’êtres tout petits, pas très aidés par la nature, exploités à plaisir, surcompensant par une dévotion touchante, voire un amour du prochain particulièrement morbide (Mère Thérésa ?? the Love Machine...),

le maigre giron d’une Eglise, côté Rome,
plus que jamais soumise au Prince de ce monde...

Et pourtant... La..."sagesse" chrétienne est toute simple pour celui qui comprend...

Et il en allait de même, en des temps déjà fort lointains..., pour l’ascète assez équilibré pour "comprendre", entendons réaliser (à défaut de développer...) le principe de toute une catégorie de « pouvoirs » donc de prodiges...

Qui sont comme des reflets de la Belle aux Cheveux d’Or...

Ou les servantes de la Princesse, dont le portrait (entendons la doctrine...)
à ravi le chevalier...

Toujours prêtes à faire l’offrande de leur cuisse, pour rentrer un jeu de mots très … mérovingien...(7)

Comme dirait le Roi ou plutôt le Fou... de tout les hérétiques

« raiatù Rabbi bi Aïn Qalbi,

fa Qaltù ... » (8)


(1)- et pourtant vers la fin de sa vie, cet étrange aveu... :"nous ne nous connaissons pas de frères en initiation en occident "...Nous voilà bien loin des Supérieurs Inconnus...

(2)– Notons encore, à l’encontre de tout une série de" fils" sur l’Archéomètre attribué à d’Alveydre mais dont l’essentiel serait du à T, alias le Liseur, alias Palingénisus, alias le Sphinx... une même incapacité du Maître comme des ses prestigieux disciples...(Valsân, Gilis...) à pénétrer les Arcanes des structures alphabétiques de l’hébreu comme de l’arabe... cf blog « science des lettres, entre formalisme manips et tradition"

(3)- En effet si l’on excepte son étude (presque parfaite...) sur le calcul infinitésimal, les brillants développements sur le symbolisme des fameuse directions de l’espace..., servent surtout à dissimuler la parfaite ignorance des principes proprement géométriques..., dont l’exposé chez Guénon, comme chez Reghini, demeure au niveau le plus profane qui soit... Sur les autres thèmes A comme Apocalypse de Jean etc...

(4)- la physiognonomie - racine SFR / FRS le voyage, le cheval, qui dans les contes ...

(5)- Schuon allant jusqu’à dégommer gentiment Ibn Arabi dont les ouvrages, entre exaltation et abstraction, font la part beaucoup trop belle aux ulémas,(lesquels comme les rabbins, donc les prêtres..., sont là pour pétrifier une fois pour toutes des mystères dont ils n’ont pas l’entendement..). A croire que l’Ange Gabriel n’avait pas une vision très claire du Futur...

(6)- allusion au charmant "conte du Chat maître zenn", d’Henri Brunel, qui connaît sont saint Augustin sur le bout des doigts...

(7)- On couche beaucoup dans les contes dits celtiques... C’est à dire qu’on met le doigt dans le fourneau - en plus Castaneda on affronte, avec « la Peur » les égouts et les gouffres, les déserts et les glaciers, nous séparant des Autres terres –

Nous voilà en réalité très loin de la vision quelque peu idyllique d’un Guénon croyant épuiser les possibilités inférieures au cours d’une « descente aux Enfers » à la mesure d’un occultiste du XIX siècle... Ou d’un brahmane séraphique, pour qui la voie des Ancêtres se résume à quelques préliminaires, qui aussitôt achevés lui permettront d’aborder directement la voie des Dieux...

(8)- Man antà ?? Qalà : Antà ! ! ! Qhalâdj... A ce niveau la servante ne se distingue pas plus de la Princesse, que les couleurs de la Lumièrel, le Nirvana du Samsara...

Comme dirait don Juan, à Castaneda : "tu es entouré d’éternité, et tu peux te servir de cette éternité si tu le désires". "Tales of Power"...

(6)-Le contraste entre ces deux personnage offrant une application très opérative
du sceau de Salomon comme du bouclier de David...