Accueil > René Guénon et la Nef des Fous ... > "Tradition primitive", monothéismes et Hindouisme, ou les degrés de la (...)

"Tradition primitive", monothéismes et Hindouisme, ou les degrés de la Montagne...

samedi 14 septembre 2019

https://youtu.be/r-4E1wFoFY0

Dans la précédente Vidéo, Influence * , gourous, "lamas" et langue de bois https://youtu.be/fQJ47CKjzio

nous soulignions, au passage, que nonobstant son inévitable dégénérescence, le monde Hindou, comparé aux monothéismes, fait figure d’un Géant mis au défit par des nains... Comparé de façon purement abstraite, et sur ses grandes lignes, car dans le détail et la réalité historique, c’est tout autre chose...
.
Au fait ces grandes lignes ?? En gros le triple ou quadruple domaine la Cosmogonie, cosmologie, théorie de la connaissance, enfin de l’eschatologie... Qui dans le judaïsme rabbinique ne refont vraiment surface qu’au XIII siècle avec le fameux livre du Zohar...

La Cosmogonie, dynamique par définition, théorisée dans l’hindouisme via les Cycles cosmiques, rend d’entrée de jeu douteuse la création en Six jours, et franchement risible les datations tirées de "la Bible", entendre "l’Ancien" testament...Par contre intelligible, sinon parfaitement rationnelle, la Chute, dans le monothéisme réduite à un mythe pour le moins bâtard...,

La cosmologie, plus statique, basée sur l’état actuel sinon Visible, des êtres et des choses, génère en creux une théorie de la connaissance..., en deux mots le microcosme comme ana-logue (m/m logique inversée) du macrocosme..., mais dont la philosophie devient vite comme un résidu... A preuve son incapacité à raisonner à partir des symboles....

Par exemple, en termes graphiques, la caverne dans la Montagne, où le petit triangle du cœur pointe en bas, dans le grand triangle pointe en haut, de la Montagne où Dieu gît enseveli... Avec en sus la proportion de 1 sur 3, ou encore cet Un, le cœur, comme Quatrième terme au centre du Cosmos.

Un autre symbole vite complexe, est ce fameux nombre Sept... quoique avec une notable différence entre son application au macrocosme et ses dérivations microcosmiques ...

En effet dans la Création en 6 jours, Dieu se reposant le 7 ème, le modèle est purement géométrique, puisque de toute évidence les êtres vivants sont structurés selon les six directions de l’espace orthonormé... Tête et cul, gauche et droite, ventre et Dos...

Toujours par analogie, nous aurons les 7 ouvertures de la Tête, avec la Bouche comme lieu du Verbe Créateur, qui en hébreu à la fois conçoit et distingue, à commencer par Les Deux Moitiés de l’Œuf du Monde, d’où MMRah, cette dernière étant la plus lourde ―R-i-sh― de toutes les lettres soit 200+10+300 = 510 ... avec déjà 17, ergo Noé et le Déluge... le 17ème jour du 7 mois

Où tout se complique c’est avec la théorie des 7 Lotus devenus 10 et 13 dans les versions kabbalistiques dédoublant certains Sceaux et dont la traduction graphique la plus parfaite n’est autre que la Croix latine à triple traverse, pointant de ce fait les lieux de ces trois dédoublements...Au détail près du gouffre qui sépare le commentaire exotérique du mystère ainsi représenté...

En effet si quelque chose de la théorie des Sept Lotus, Roues donc Kamalas, (dont la racine se retrouve en arabe avec le sens de perfection), se laisse encore deviner dans le système séphirotique, il faut des yeux de lynx pour en suivre la trace chez les grands docteurs médiévaux...

Qui en quelque sorte noient le Poisson de la primitive Eglise dans la grande lessive de la scolastique...Le Poisson, donc l’ésotérisme, qui surnage péniblement avec l’Apocalypse de Jean, où le nombre Sept, déjà développé à 10 dans la parabole des 10 fiancées, monte à 13...Planche Sus à LA Gnose - à propos des Clefs de la science....

Preuve s’il en est de l’antériorité de cet ésotérisme, dans le christianisme, sur les versions dites séphirotiques ; classiquement le Zohar, XIII siècle... Plus difficile à établir, au IV siècle, dans un judaïsme devenu la chose des rabbins... A preuve la laborieuse construction du "nombre" 613, (611 + 2...) qui à elle seule réfute toute "transmission orale", depuis Moïse, chez nos barbus...

Mais la différence la plus importante se trouve dans l’eschatologie, en mode monothéiste d’autant plus anthropomorphe que chrétienne, avec un Jugement calqué sur les tribunaux humains... et de ce fait déjà inférieur à la Psychostasie des égyptiens, où les Dieux, du fait même du symbolisme animal, traduisent une Angélologie supérieure...

Mais revenons à l’Hindouisme, décrivant le mort, d’entrée de jeu, propulsé sur l’une des deux voies dites permanentes, traversant le monde manifesté ― Voie des ancêtres, Pitri Yâna ― Voie des dieux, Dèva Yâna ― aiguillage... que l’on retrouvera dans le bouddhisme...

Avec l’Idée est que l’âme vivante à la fois récolte ce qu’elle a semé tout en expérimentant des modes de plus en plus éloignés de ceux inhérents au monde sensible..., car même au Paradis et à suivre L’Islam, il y des soirs et des matins... Ce que le christianisme résume un peu trop vite par Vie éternelle, via la thématique du corps de gloire ou encore d’une résurrection de "la chair", entre guillemets, bientôt et dans une grossièreté toute latine, tombée au rang de la viande....

On peut bien sûr se demander si cet Aiguillage (et non ce Jugement) se produit à l’issu ou du fait même du déroulement des bandelettes.... Donc de l’Aiguille de la conscience parcourant le Disque Dur de la mémoire totale... Où la bande Son, doit s’entendre comme la bande Sens... Sens des actes accomplis, la plupart du temps en toute inconscience de cause....

Car bien des complications funéraires encore que réservées à des personnages dits supérieurs inclinent dans le sens "du fait même" (du déroulement des bandelettes.... Ce qui va des neuf cercueils (fort peu écologiques) des mandarins chinois, aux rites du genre papou que l’on retrouve en quelque sorte chez les moines du Mont Athos...

Qui voient déterrés leur les Os, soigneusement examinés, des fois qu’il demeure çà et là quelques tendons (signe que le mort se cramponne toujours à l’existence terrestre...), d’où le rite, propre à ces moines, consistant à faire bouillir dans du vin, les dits Os, (on aurait pu penser dans de l’Eau bénite...).Google, "L’été grec" Jacques Lacarrière.

D’où retour à l’Idée archaïque distinguant chez le mort l’élément psychique, facilement maléfique donc à neutraliser, de l’élément spirituel, qui lui doit être honoré....

Toutes données de prime abord, pour le moins étrangères à un musulman,
pour qui seul Dieu est "le Roi du Jour du Jugement",

mais si on faisait une Pause ???

― Questions - et les momies ???
Disons que c’est la même Idée que le culte des reliques, défendues par René Guénon au chapitre IV de "L’erreur Spirite..." On veut maintenir un pont entre l’élément psychique, donc terrestre, chez le Pharaon ou chez les saints, supposé parfait ― et l’élément spirituel, donc céleste - qui a rejoint le monde des Anges ou des Dieux...

Ces Sept Lotus, que l’Apocalypse nomme les Sept sceaux...
Un rapport avec les 7 péchés, les 7 sacrements , les 7 donc du Saint Esprit ???

Evidemment, le Modèle, pour employer un qualificatif à la mode mais fallacieux est séphirotique... Bien sur nous préférons la Croix Longue dite des Papes....

― En possession des Clefs » de la science...
Là on sourit, puisque le savon que Jésus passe à ses contradicteurs est plus que jamais d’actualité... ― Répète voir...
Maudits soyez, docteurs car vous aviez les Clefs de la science etc
On change docteurs par théologiens ...

― Des Clefs... ... ... abstraites ???
Pas exactement, comme dirait Rûmi le discours est comme le fait de faire bouger quelque chose que l’on ne remarquait pas... C’est à dire des possibilités d’action relevant de cette forme subtile qui est cachée dans le corps comme L’épée dans l’enclume du conte celtique...

― Ou L’Alif dans le Bâ...
Le T inversé déjà glosé par le Vieux Chat...

― Ou Sainte Marguerite debout sur son Dragon...
Oui parce qu’une fois transpercé par L’Alif, le Bâ ne va pas rester immobile...
Mais bon, il y a déjà pas mal de vidéos sur ce thème...

― AU fait dans l’Islam, ce "Roi du Jour du Jugement" ??
Soit 241 comme l’Ordre (A-m-r = 1+40+200), entendre l’Ordre des choses, condensé dans une Basmallah qui d’entrée de jeu rappelle l’existence toute entière comme contenue entre la rentrée et la sortie de la Caverne Cosmique..

La rentrée dans l’existence,
signifiée plus spécifiquement par l’Alif suspendu d’er-Raqhm(â)n,
la sortie de l’existence, signifiée par le Yâ , d’er-Raqhîm...

La rentrée et la sortie en mode vital car il y lieu de considérer le rapport des Djinns avec l’au delà ou si on veut le monde non plus des morts mais de ceux qui, passés de l’Autre côté du Miroir...ont suivi la Voie des Ancêtres ou Pîtri -Yâna, évoquée plus haut...

En effet et dans cette tradition, les Djinns, dont la racine évoque Jardin et Paradis,
sont dits à la fois sexués et "pesants", ou denses, ce qui est un peu étrange...,
et surtout classés en fidèles et infidèles à Allah, catégories qu’il est difficile d’appliquer
à un animal ou une plante....

Mais qui s’éclaire d’une part par le proverbe comme quoi
l’homme fut serpent autrefois, d’autre part et de ce fait même, que les djinns furent, pour citer Ibn Arabi, crées 60 000 ans avant Adam....

― A propos d’Art des lettres, aux éditions Okopsa, Nous vous rappelons que 2 ouvrages sur 3 concernent l’alphabet arabe...

Un peu plus trapu que ceux de Valsan et Gilis édités par el-Bouraq, (qui en l’occurrence n’arrive pas à la cheville du petit cheval bossu des contes russes...).