Accueil > René Guénon et la Nef des Fous ... > B, centres spirituels, grand fantasme d’une kabbalah ininterrompue depuis (...)

B, centres spirituels, grand fantasme d’une kabbalah ininterrompue depuis Moïse...

vendredi 20 décembre 2019

Évoquant supra * Melkitsedek, ― rapportant à cette Mystérieuse Salèm... la fameuse date de 3761 avant Jésus Christ, usurpée par le judaïsme...― nous ne pouvons maintenant que rappeler le rôle central de son évocation dans l’Epitre aux Hébreux, partant la signification immédiate du Nouveau testament....

L’avènement de Jésus-Christ, le témoignage des Evangiles,
― que ce soit le fameux passage ou ce Messie évoque les Clefs de la science,
ou encore dialogue avec Nicodème...― réfutant, dans sa lettre même,
toute transmission orale ininterrompue depuis Moïse...

(question d’Ædjam comme dirait Ibn Ærabi...).

Transmission parfaitement fantasmée, devenue entre temps le grand cheval de bataille des kabbalistes. N’acquérant droit de cité, dans un judaïsme devenu la chose des talmudistes (entendre les rabbins), qu’au XIII siècle ― les docteurs de la loi s’avérant incapables de faire face à l’offensive rationaliste.

Bref Moïse de Léon, "le Zohar" versus Maïmonide, "le Guide.."

Il y aurait lieu ici de dégonfler le fameux "Livre d’Hénoch", (1) qui tout en brodant sur
le monde subtil, par définition sous le signe de Tèjas, (en sanskrit, du Feu)...,
se ramène à l’obsessionnel déni de la réalité historique et par la même spirituelle,
qui signe le judaïsme...

Comme d’égratigner (avec Jean Soler et quelques autres (2) sinon l’origine juive de...
l’ ésotérisme juif... du moins de ses méthodes... Guématrie, Isopséphie, Notarikon
― soit L’Idée, le calcul et la sténo..., mots grecs pour des méthodes d’usages courant dans le monde grec donc latin...

De sorte que ne subsiste qu’un seul mot sémitique, "Témurah", pour qualifier
des opérations philologiques, avant que d’être kabbalistiques, stricto senso...

Encore que l’essentiel passe au dessus de la tête de nos savants comme des juifs eux-mêmes. cramponnés au "Sepher Yétsirah"...

Petit opuscule du III ou IV siècle sur lequel il y aurait beaucoup à dire, ne fusse que parce que faussant d’entrée de jeu la Structure du trop fameux alphabet.......

Démontrant une fois de plus, du moins pour qui se donne la peine de réfléchir et surtout de calculer les lettres rapportées au Zodiaque... (3), l’indigence de son (ou de ses auteurs) en matière de "principes"...

Ce qui par contre coup jette le doute sur la façon René Guénon entendait" la science des nombres" (ici rapportée aux Lettres) et de façon générale diminue beaucoup l’impact de ses a priori sur la kabbale...(note 4), ce 18 Décembre 2019).

Qui, pour conserver (avec beaucoup de botuline...), l’Idée d’ésotérisme, (devenue indésirable aux théologiens, pour dire le moins), fausse cette Idée de fond en comble...

L’histoire de cette Idée du Bien... , et tout spécialement depuis Moïse de Léon... n’étant jamais que celle de ses successives altérations...(5)

De sorte que ce savoir, (où si l’on veut, ce formalisme), finit par rejoindre,
dans le rôle des utilités... le vaste fourre-tout de l’Occultisme...

À savoir le rôle de Paravent..., pour une politique dite Israélienne (donc anglo-américaine) qui devrait interpeller les guénoniens... Ne fut-ce qu’en raison du chap II et surtout du ch VI, des trop fameux « Aperçus sur l’ésotérisme chrétien »...

Que sionistes, (comme antisionistes...), feraient bien de visiter...
(extrait et commentaire in -Y- Israël, entre sionisme et "terre promise"....

&&& & &&&


* Cycles cosmique et centres spirituels. A- judaïsme historique

(1)―Nous avons beaucoup mieux, dans le vrai classique du Vide Parfait, de Lieu Tseu, "Le Roi Mou de Tchéou". Au temps de ce Roi un Magicien vint de très loin vers L’Ouest (comprendre des Indes), la traduction est assez pénible mais le sens y est...

La conclusion ressemble au retour du Prophète de son Voyage Nocturne, (la coupe renversée qui n’a pas encore touché terre), et l’explication du Magicien se retrouve dans celle du Sorcier à Castanéda, à l’issue de la "bataille de Pouvoir" entre le Brouillard et le Tonnerre... ch XII "le Voyage à Ixtlan", à savoir que tout cet Invisible est bien là, et qu’il ne dépend que du Pouvoir, pour que ce dont le Roi fut témoin soit de nouveau visible, et ajouterions-nous, tangible...

(2)― Jean Soler, l’invention du monothéisme, d’autant plus indispensable que se heurtant à un tir de barrage de la part des agents israéliens... mettant la pression sur les éditeurs français..., qui se défilent l’un a près l’autre...Entretien avec Jean Soler : De quoi Dieu est-il le nom ? |, blogs.mediapart.fr/daniel-salvatore-schiffer/...

(3)―de façon à retrouver Æ-L-I-V-N = [70+30+10+6+50] = 166, alors égal au total des Douze avancées par ce Sépher. Le calcul qui suit est pour le moins tordu ...

En effet si les entiers associés à Hé, Vav, Zaïn, Qhèt, Thèt relèvent des unités,
Iod, Lamèd, Nûn, Samèkh ?, Aïn, Tzadé, relèvent des dizaines..., le tout complété par Qoph, unique représentant des centaines... Mais comment diable arriver à 166 ?? Tout simplement comme ceci...

[(5+6+7+8+9) + (1+3+5+ 6 ? +7+9) +100]...

le Samèkh tombe comme un cheveu sur la soupe et le Qoph non réduit sort du lot... Que dire alors des correspondances astrologiques...

A contrario l’Ordre parfait présidant à la structure des ternaires, cachée dans l’épisode de la Pêche Miraculeuse, pg 60 à 70 de "Croix Longue et Croix de lettres /.../ " , éditions Oko-Pçà 2016. (Zodiacales de l’arabe, en sus pg 65...°.

On pourrait en rajouter à propos du groupe de 7 autres lettres choisies sur des critères de vocalisation, tout aussi controuvés...

(4)― On note avec un ??!!! le discours de RG sur Métatron, d’abord en raison d’un "méta" on ne peut plus grec, ensuite en raison du calcul, d’autant plus étranger à la tradition kabbalistique que redoublant le (th,9) *, de façon à aboutir à 314 ― qui fera saliver un Denys Roman, en bon "maçon" soutenant, cette fois sur la base de Shaddaï, la grotesque forgerie du manuscrit le Cooke *  : Comme quoi les égyptiens apprirent la géométrie ergo l’architecture d’Euclide, lequel tenait sa science d’Abraham, texte hallucinant zappant Salomon, d’après le texte même de l’A.T faisant appel au Roi de Tyr pour édifier son temple...

* (Vers 1410 dialecte anglais ??, lignes 438 à 468, trad A . Crépin, (lequel aurait démontré l’inclusion tardive dudit Temple dans un texte par ailleurs on ne peut plus romain, comme quoi les kabbalistes...).

Mé-tha-th-r-o-n = (40+9+9+200+6+50), horrible mixtum judéo-grec...

Sha-Da-I = (300 + 4 +10), (respectant le non redoublement du D dans le calcul)

(5)―Un des plus significatifs est le transfert de la notion d’"écorces" ou de qlipotim, sur les Nations.... Un peu comme si un moine chrétien, confronté aux 7 péchés capitaux, décidait que c’était la faute aux mahométans, et que pour se défaire de l’Orgueil de l’Envie et de la Luxure, qui le tenaillent, il fallait commencer par aller raser la Mecque...