Accueil > René Guénon et la Nef des Fous ... > Centres spirituels - Avant et après les Cités État

Centres spirituels - Avant et après les Cités État

dimanche 3 novembre 2019

Mages, yogis ,"hébreux", prophètes
versus Gilgamesh, travaux d’Hercule, Moïse(s...).
https://youtu.be/okOAyz5vlSQ

Bien plus que les Arts et sciences, les centres spirituels résultent de la transmission
de certains principes, historiquement, et en ce qui concerne l’Europe, d’Orient vers l’Occident...Donnée qui en sémitique joue sur la permutation de certaine racine, Æ―R―B ; , lettre Æïn, qui est tout sauf un H..., lettre R, lettre B.

Vient alors, pour Æ―R―B les idées de traversée, ou encore propagation des éléments... Çà peut-être l’Eau, çà peut-être le Vent, donc c’est déjà l’Esprit, et en permutant le R et le B, donc Æ―B―R nous aurons soit l’Occident, soit ceux qui venant du Levant se dirigent vers l’Occident, entendons nos fameux hébreux mais qui en sémitique s’écrit sans H donc avec Æïn.

En plus Guénon, citant Dante, "ces fils d’Héber", qui loin de renvoyer à un peuple déterminé, renvoie aux initiés en charge de l’adaptation des dits principes aux divers peuples rencontrés au cours de leur périple... Mettons entre l’Indus et "la Terre entre le Tigre et l’Euphrate, ou encore plus loin, la Syrie voire le Bosphore...

Peuples ou mouvements de peuples..., générées par les grandes perturbations climatiques voire géologiques... la mer de Marmara, le Bosphore creusés par les Eaux de la Méditerranée se déversant dans le grand Lac appelé depuis Mer Noire... Lac estimé à moins 200 m sous le niveau de la Mer, cataclysme située vers 5 ou 6 mille avant Jésus-Christ...La civilisation se réfugiant dans les Montagnes du Caucase, ou des Balkans ce qui amènera d’autres hypothèses...que la très classique translation d’Orient en Occident...

Jusqu’ici nous sommes en terrain stable...Transmission des principes, savoirs,
législation... Toutes choses présupposant bien établis le principe matériel, sur lequel repose toute société, de la plus humble à la plus glorieuse... Principe substantiel, mieux, biologique quelque peu zappé par Guénon, toujours stratosphérique...

Nous avons nommé cette phase très particulière de l’histoire humaine caractérisée par la culture des céréales sans lesquelles il ne saurait être question des Cités-État, et pour nous limiter à notre propos, Cités-État de la Mésopotamie historique...

En effet et comme le souligne non sans malice le très savant auteur d’ Homo Domesticus, "l’histoire n’a pas enregistré l’existence d’Etats du manioc, du sagou, de l’igname, du taro, du plantain, /.../de la patate douce...".

Par la raison que leur récolte se fait en toute saison... Contrairement au riz, blé, orge, maïs, sorgho, millet...Diaboliques céréales, titre la Préface... Puisque qui dit semailles dit paysans, prisonniers de guerres, esclaves..., qui dit récoltés dit impôts, qui dit registres dit écriture... Nous vous laissons donc découvrir...

Entres autres un monde ― pour les paléo-éthnologues un Temps, celui des chasseurs-cueilleurs, particulièrement fluide ― avec des hommes beaucoup plus grands, très peu sujets aux maladies, vu la très grande diversité alimentaire, l’absence d’épidémies liées à la concentration humaine ou animale (la domestication, n’est-ce pas...).

Et surtout un monde où la femme non seulement avait la pleine liberté de son corps donc de ses grossesses, mais se trouvait, de ce fait même, en possession de tout un ensemble de savoirs conditionnant non seulement la condition féminine, mais l’avenir de toute la société... Nous voulons parler de la qualité de ce produit nommé "enfants"....
Non sans rapport avec le thème des Déesses. De toute fonctions et de tous attributs... Toutes données impliquant la très longue permanence de l’initiation féminine...

Encore qu’en passant de l’Elam à Sumer... les déesses soient presque toutes absorbées par Ishtar, Déesse de Amour mais tout aussi bien de la Guerre, ce qui à bien réfléchir est un peu étrange... En attendant les Akkadiens, qui en bon sémites, vont marquer une nette régression juridique de la femme ....

Mais surtout, dans la foulée du grignotage puis de la contestation du sacerdoce au féminin...(déjà bien amorcée avec Gilgamesh...), ce qu’un RG aurait pu nommer la révolte des guerriers contre les Mages... Thème développé dans Pouvoir temporel et Autorité spirituelle, ou encore xxiv le Sanglier et L’Ours ... Victoire donc des guerriers, absorbant et centralisant toutes les formes d’initiation antérieures, pour traduire en langue naturelle les trop fameux "travaux d’Hercule"...

Avec un symbolisme à rebours des Dieux égyptiens, dont le chef zoomorphe signifiait autant de fonctions donc de Pouvoirs angéliques... Alors que les travaux d’Héraklès dans leur littéralité fallacieuse, sont autant de victoires de l’Homme sur les Animaux...Comprendre autant de totems ou drapeaux... correspondant aux Thuruq ou encore aux Do de l’époque...

Bref mainmise totale sur les écoles de mystères, pour traduire en bon français le Lion, l’Hydre, le Sanglier, la Biche, les Oiseaux, le Taureau, les Juments et les Boeufs, en attendant le Chien nommé Cerbère..., ajouté à la liste pour bien marquer le nouvel ordre des choses...

En termes de culture, on passe de la Crète au Péloponnèse, de Knossos à Mycènes cité de la guerre par excellence —1650 —1250, initiant le déclin, les siècles dit obscurs, jusqu’à Hésiode — 800, chantant les Dieux "toujours vivants", dans une une mémoire qui... entre temps.... à complètement oublié l’ancien syllabaire dit Linéaire B, pour un nouvel alphabet dit grec...

Mais revenons en arrière, avant la culture des céréales permettant l’émergence des Cités État de la Mésopotamie historique... Période précédant l’invention de l’écriture, partant précédant le scribe, ergo le Législateur, dont l’autorité repose sur le Droit....

Scrutons d’un peu plus près ces Dieux ou Déesses..., qui sont en somme l’analogue des yogis, mieux des Rishis de la légende hindoue... Au nombre de 7 comme les Sept sages de la Grèce... Rishis dont la... racine se retrouve en sémitique, soit Rass avec le sens de Caput et surtout de secret, Sirr, comme Assur...

Pour de tels Rishis, en hébreu Roèkh, si l"écriture renvoie à l’idéographie, celle-ci n’est que la trace, l’ombre, mieux la forme démagnétisée de ce qu’un hindou nomme yantra... Comme la parole n’est que la forme, tout aussi privée de puissance propre, du mantra... Car il s’agit ici de toute autre chose que de de la simple autorité, d’un adulte sur un enfant, d’un Roi voire d’une Reine, sur ces sujets....

Au fait qu’en est-il de ces Roèkh (m/m, voyant, ce qui est un peu plus intéressant que "prophète"). Ou plutôt, révisons voir la célèbre histoire du Veau d’Or, dont la pleine signification ne survit que via certaine légende, qui n’est pas dans le texte ... Preuve pour ne pas changer, de l’incompétence des scribes, rédigeant la trop fameuse Torah...
STOP

QUESTIONS* 1°historiquement, et en ce qui concerne l’Europe, d’Orient vers l’Occident... Pour L’Asie on suppose en sens inverse ??

— Disons que pour les Chinois, ou plutôt "les têtes noires", qualificatif qu’ils partagent avec les Sumériens, (article RG), il se passe à peu près la même chose, avec refoulement progressif des Miao, dont les lieux saints sont toujours en zone humide, et dont les mages (qui ont pour emblème le Sanglier), seront combattus par les Hans, beaucoup moins fluides, représentés par L’Ours, en somme l’équivalent des Akkadiens... cf Jacques Lionnet, TaoTe KIng.

2° Des Mages capables de voler ?? comprendre de sortir de leurs corps fait de terre
un autre corps fait de verre....— Oui et dans les deux cas, la figuration populaire avec des plumes sera doublée d’un symbole plus abstrait, pour l’Occident ; L’Anneau des Zoroastres héritiers de l’Elam, plus tard en Grèce la forme sphérique des Dieux devenus les Anges ― Pour la Chine les Soleils, issu du Mûrier Creux, habités par des Corbeaux, et parcourant le Ciel...

A une époque ultérieur, abattus par des Archers qui comme Hercule, ou Gilgamesh, représentent une phase cyclique beaucoup plus solide comme dirait RG...

A preuve la différence entre les sceaux cylindriques à peine plus grands que le doigt, taillés en pierre dure, dès —3500, et la matérialité progressive de la statuaire ultérieure culminant avec un Gilgamesh qui n’a plus rien de magique ou de divin...

3°Au fait ce "Veau d’Or" ?? — D’après le texte Moïse est en haut, avec Dieu, Aaron est en bas, avec le peuple... Dans le texte le peuple s’impatiente il voudrait un Dieu qui le conduise à la victoire, Aaron demande les bijoux de tous à commencer par ceux des femmes, il fait fondre une statuette que le peuple adore, on se demande bien pourquoi ?? Bref coupure, il manque l’essentiel...

4° Et cette légende ??? qui n’est pas dans le texte....
— Oui et de ce point de vue Aaron, est bien supérieur au Moïse du Sinaï, qui de son dialogue avec Dieu, ne fait jamais que ramener un minuscule résumé, baptisé Décalogue, décalqué du code d’Hammurabi (superbe stèle sur Google, a contrario, 0 + 0 / 0 pour les attestations archéologiques des dites "tables la Loi"...).°

5° Tu nous fait souffrir..., alors cette légende ??— Aaron, ayant vu l’Ange passer, ramassa un peu de sable pour vivifier le "Veau d’Or".

6° Vivifier ??? on est en pleine science-fiction ??
— Aaron ramassé un peu du sable effleuré par l’Ange, il le projette sur la statuette (du genre cire perdue qui vient d’être fondue ) et celle-ci se met à Mugir...

7°Avec une statuette qui mugit, on aurait pris nos jambes à notre cou...
— Comme Castaneda devant la vision de certain Monstre (relire ce passage et surtout l’explication du Sorcier, qui du reste apparaît ici comme supérieur à Aaron...)... Le "Veau d’Or" au sens basique, c’est pour beaucoup plus tard..

8° Donc rien à voir avec l’Or ?? — Rien à voir... Le peuple adore le "Veau" non par ce qu’il est en "Or" ( bronze etc), mais parce que du fait du sable effleuré par l’Ange, ramassé et projeté sur la statuette, celle-ci Mugissant ... prouve quelle est un être vivant... Donc un Dieu supérieur aux autres Dieux, entendre statues des Dieux, aperçues dans d’autres sanctuaires, adorées par d’autres peuples....

9°- Aaron donc, et légende aidant, est donc bien supérieur au Moïse du Sinaï...
Mais n’y avait il pas un Autre Moïse, au moins l’équivalent d’Aaron ?? ??

— Disons qu’il y en a au moins Trois..., le Moïse qui affronte les magiciens de Pharaon, c’est niveau yogi donc Pouvoir ― le Moïse qui redescend du Sinaï, c’est le niveau juridique, tu ne tueras pas ― enfin avec celui qui ordonne aux lévites le massacre des adorateurs du Veau, donc de leurs frères et parents, 3000 morts, c’est dans le texte, nous aurons la brute fanatique qui précisément n’a plus aucune idée du Droit...

10° Juste un détail, dans le passage où Castaneda croie comprendre ce qu’est ce Monstre, tu viens de dire que le Sorcier, d’après ce texte, est supérieur à Aaron..
— Aaron voit un Ange, le Sorcier voit le Pouvoir, "qui insufflait la Vie à cette branche morte".

11° La différence ??? — Voir un Ange dont les pieds effleurent le sable, c’est être encore prisonnier d’une "description".... anthropomorphe... "Voir" le Pouvoir est bien entendu supérieur...

STOP Oko-Pçà, 3 Novembre 2019