Accueil > Science moderne, seconde Bête : la composante idéologique. > C- les deux larrons (1)

C- les deux larrons (1)

les raisins sont trop mûrs.....

mardi 20 juin 2006

précédent B- A propos de rationalisme ésotérique. 23-03-2011//./

Suposons donc un catholique croyant " ma non tropo " égaré dans quelques Galère à prétention initiatique..., remontant non sans déplaisir, sous l’oeil goguenard du juif...,

le modèle séphirotique sous tendant la Croix à triple traverse, dite des papes...

Première manche

Car avec un peu de chances notre soit-disant kabbaliste (2) à son tour s’avise, pour peu que la Galère soit assez bien pourvue en rapines ...,

du caractère simpliste, peut être bien dégénéré dudit modèle, comparé au système hindou-

Deuxième manche -

Intermède, interrogations, intervention de la grande Sâr-dine, Péroraison du genre Grande Loge Blanche ou Grand Architecte..., qui bien entendu laisse sur leur faim nos sicaires de la truffe (3)...

Car il va s’en dire que la compréhension véritable de ces sceaux, Lotus, roues, pour ne pas dire Chérubins au Glaive Tournoyant...(4), compréhension rendant parfaitement « logiques » certaines possibilités (dont l’occidental, par atrophie conceptuelle, ne soupçonne même pas l’existence), demande toute autre chose que le raisonnement de surface...

Raisonnement ou " spéculation " par défintion en deçà de ces « pouvoirs » dont la réalisation (où maîtrise) constituera à son tour comme une autre Phase, une autre dimension, une autre tentation ....

If ....

Car à supposer nos deux larrons

A- encore assez couilleux pour fausser une fois pour toute compagnie à la Chiourme infiniment psycologique, visqueuse, voire vicieuse...(5) faisant ramer les infortunés " adeptes ",

B- assez chanceux pour se retrouver libres, sinon tout à fait de bonnes moeurs...(6) reste ;

C- à entreprendre par soi même un Tour du monde en rien redevable aux relais, ports, Emporiums où se ravitaille les galères de l’Empire... ou plutôt (on n’est plus très jeunes et le Doute est là ...)

D- ce " voyage autour de ma chambre ", par quoi tout aurait du commencer, nous voulons dire la lecture, entreprise aux temps naïfs et passionnés (sinon tout à fait heureux) de l’adolescence, des contes, légendes, si possibles préhistoriques ...(7)

Où nos infortunés érudits découvritront peut-être un thème, on jurerait " moral ", capable de mettre un peu de beaume sur leur vanité de " civilisés ", saint Jean dirait d’esclaves, plus que jamais (vu leur précédent engagement...), marqués au front et à la main ...

&&&&&&&&&&&&&&

Voici en effet, Lot de consolation... le thème, ( le Sorcier dirait " l’histoire de pouvoir "), non plus d’un ascète mais bien d’un Thaumaturge...,dont le maître ou le Dieu à grondé la démesure...(8).

le " Grand saint ", s’avisant de l’intérêt à mettre une sourdine à ses effrayantes capacités, se prend à contempler les insectes, les chats, les fleurs, les nuages...

Peut être mêmes les rides du Vent, sur la mare gonflée par l’orage, ou viennent patauger les enfants...

Mais voici que par la grâce de la Foudre, il réalise, de façon on ne peut plus Abrupte, subite...., l’Omniprésence, cette fois en mode Universel.... des pouvoirs (9) dont l’obtention ont failli lui couter la raison, le sens,la virilité (10) et la vie...

De fil en aiguille, de silences en Etonnements, l’immanence du Grand Esprit (9) dans la moindre page, caractère du Livre du Monde, se fait Jour..

Et dans cette prise de conscience
(du caractère ennemi de "la Puissance", toujours au sens du sorcier Yaqui ...),

la Charité ou Compassion, l’Espérance et l’Aumône, la Fantaisie et l’Imaginaire...,

apparaissent enfin comme l’expression même des " grands mystères ", qui commencent là où s’arrête le cheval, fut-il « Cheval Dragon ... », (en plus occidental les " prodiges ")(11).

&&&&&&&&&&&&&

Car il ya un rapport à la fois évident et subtil..., entre l’avarice, le rationalisme, l’exploitation sans vergogne de la Nature comme du cheptel humain,

et la perte des grands mystères...,

perte mal compensée par un déluge d’abstractions jurant avec le langage désastreusement poétique des légendes, rishis, prophètes, siddhis d’autrefois et, cela va s’en dire, des " écritures "

Un vrai déluge de Lunes, perles, jade et cornalines, génies et Dragons, armes et talismans... Sans parler de la cité Céleste, toute ruisselante de pierreries...

Sémantique qui, pour revenir en Occident..., blouze complètement, le moine encore trop volontaire, donc trop charnel dans sa mystique...peut être bien dans sa théologie...(12)

&&&&&&&&&&&&&

Supposons toutefois notre moine, (théologien, ou herméneute...), enfin capable de Nuit, de jeûne, de chasteté, de silence (13).

Vient alors, en couronnement de ses efforts, (pour Ne pas...)(14), un rêve, un Songe..

Voire, à la porte du couvent, un petit pâtre mieux, une jolie payse... Venue offrir ses œufs, ses légumes, ses salades, voire ses enfants..., à la bénédiction du saint personnage...

Qui remercie en pestant, de voir rompre ce Silence, qui pourtant vient de lui parler... ...(14).

Mais ceci est une autre histoire, toute en Interférences, ou plutôt toutes en pierres comme par magie plongées dans la lumière de l’Eau...

Nous aborderons plus en détail ces " petits riens " in le Monde subtil tout en continuant ici les développements " droits " ou " tortueux " (15), générés par l’Idée de raison...


(1) Symboliquement la droite et la gauche, le conscient et le subconscient, la Nuit et le Jour, le Soleil et la Lune etc .

(2) Il va de soit qu’une compréhension véritable, fut-elle purement théorique de « l’art des Lettres », rendrait parfaitement inutile un tel détour ...

Le regard des Cigognes.... et Art des lettres, science des "nombres" ....

(3) seekers of the truth ... Quand Barboiseau s’essaye à l’Europe....

(4) Une lecture attentive du trop peu connu « Kundalîni Yoga » de Guénon, montre en effet que la théorie (on jurerait kabbalistique), des différends Mondes, gardiens, et autre déités, trouve son modèle dans un Orient qui commence là où finit Jérusalem comme dirait Ptah...W- Salèm ou Jérusalem ou l’ancien testament revisité....

(5) Le coup de l’androgyne ... Comme s’il suffisait de ... pour séparer les Deux Serpents ...(Dante, dans sa Divine Comédie, tout en allusions sur ces moyens trop habiles... ch IX Inferno 88...).

(6) Fraction dominante de la classe dominée (comme dirait Sédir...) le policier, le financier, l’honorable correspondant...., impriment en effet à nos Bâtiments un style à faire frémir Cunégonde ...

(7) immédiatement les contes russes, qui ont l’immense avantage de laisser intacts l’essentiel...Q -L’Oiseau de Feu - éléments -.

contrairement aux contes revus et corrigés par Andersen, les frères Grimm, La Fontaine... qui n’ont pas la moindre idée du symbolisme.

Plus difficile, les contes des Indiens des grandes plaines, (dont les versions trop récentes attestent de l’intérêt des nécrozones, comme dirait Faulkner...).

(8) La cruauté des mythes grecs (qui tant étonne un Lacarrière), résultant précisément du choc en retour (cosmique) ou encore du châtiment, (par les puissance Angéliques...), frappant un héros (ou une héroïne- le mythe d’arachnée) incapables de voir au delà des petit mystères...

En attendant 1914, 17, 39 et 45, réponses de la Terre comme du Ciel (et même du Ciel physique ; Krakatoa, la Belle Comète, le grand Aérolithe..., ont précédé de peu ces points d’Infernalles Orgues...) à " la sagesse " de la livre, du mark, du rouble, et du dollar (plus humaniste que nos initiés, tu meurs ...)

(9) Fonctions cosmiques, Archanges, Puissances Cardinales- en plus monothéiste omniprésence des Noms ou Attributs divins ...

(10) Spirituelle - en effet le héros, s’il se garde de défier les Puissances (le « tu ne tenteras pas le seigneur ton Dieu » de JC hissé sur le toit du Temple) n’a pas non plus à s’incliner- (le marin, l’alpiniste, le touareg, face à la Mer, la Montagne, le Désert... pour dire autrement le combat de Jacob avec...).

(11) La distinction (entre miracle et prodiges voire « prestiges »), pour pertinente quelle soit, reste d’une certaine façon typique de la théologie chrétienne.

(12)F. Schuon dans son « comprendre l’Islam » revient sur les formidable écueils que constitue à la longue, et ce même pour le simple croyant (théologien, mystique) le volontarisme comme la morale et autres sous produits de « l’âme immortelle » (en quelque sorte un Oxymore, aussi nocif que le trop fameux « peuple élu » ...)

(13) la Nuit c’est la maîtrise de l’état de rêve, le jeune de « la Soif », la chasteté qui en résulte autre chose que la continence, comme le silence est une écoute, et non violence faite à toute motion de la psyché profonde, donc surdité au Saint Esprit...

(14) Cela commence par l’apprenti qui s’épuise, car il n’a pas le bon geste, où « n’est pas à sa main » comme disent les vieux ...

(15) hébraïsmes relatifs à la Voie ...