Accueil > A comme Apocalypse de Jean > C- Le nombre de la Bête, ou pourquoi ce huitième roi fait partie des (...)

C- Le nombre de la Bête, ou pourquoi ce huitième roi fait partie des sept

" nombre " de la raison pure... et de sa compagne, la logique....

mercredi 2 novembre 2005

précédent B- le squelette conceptuel 03-09-10- visites 1093-

Christ verbe-épée, clef de la science- faites passer...

En passant sur l’interversion des deux lotus inférieurs propres au séphirotisme, il vient deux sens de lecture de cette Croix Longue, dont nous ne retenons ici que la lecture du Bas vers le Haut - donc de l’état naturel dit de l’homme déchu, à celui du saint au sens ésotérique du terme...

*************

Dans une lecture axiale, SEPT "lotus" ou "rois" ou "sceaux" suffisent ;

dans une lecture polarisée (dédoublement des lotus ombilical, guttural et frontal), nous arrivons à TREIZE,

ou DIX (en ôtant cette fois les TROIS lotus centraux)(1)

C’est cette dernière lecture qu’il faut avoir en vue pour bien entendre " le nombre de la Bête ", dont le code est à vrai dire des plus humbles ....

666 n’étant jamais que le triangle de 36 et celui-ci le triangle de 8, ce " huitième roi , qui pourtant fait partie des sept" en comptant de Bas en Haut, correspond très exactement au lotus nommé " Binah " soit le sous bassement rationnel de l’activité intellectuelle...

***********

En effet l’entendement n’atteint réellement les régions supérieures qu’en traversant le Lotus frontal, pour arriver en " Khoqhmah " la Sagesse, résumant en mode Idéographique l’équilibre, la contemplation

et en Kether... le Mystère des mondes supra-sensibles..., dont l’interférence avec le notre provoque prodiges et miracles.

**********

Le " nombre de la Bête " est donc celui de tout homme collectivité, civilisation qui, après s’être limitée au seul domaine du rationnel, systématise ce rationnel (image de la triangulation) pour en faire l’alpha et l’oméga de toute activité -

tendance qui implique à terme l’éradication non plus même sournoise mais violente, de toute forme de religion, ou plus exactement de tradition (il n’y a à proprement parler que les trois monothéismes sémitiques à être revêtus de forme religieuse)-

Ces tendances émergent de façon très nette dans la Grèce dite classique, comme dans l’empire romain enfin en Chine avec le terrible empereur auquel on attribue " la destruction des livres " quelques deux siècles avant J.Christ - encore que la légende signifie ici autre chose que le légisme exacerbé en lequel dégénèrera à terme un confucianisme se voulant indépendant du taoïsme...

Ce sont donc ces Tendances, on jurerait inhérentes au gouvernement des grands empires sédentaires, mais amenées à refluer sous l’influence du Bouddhisme (contemporain du judaïsme proprement dit), six siècles plus tard du Christianisme, six siècles plus tard de l’Islam -

que condense, conceptuellement parlant, " le nombre de la Bête", « nombre » résumant très exactement l’histoire de l’occident, tout spécialement latin..., depuis au moins le XIV siècle...

Mais qu’est ce que l’occident latin ???

**********

Ethniquement parlant, et dès le VI siècle, le remplacement progressif du celte par le barbare descendu du Nord - religieusement le remplacement d’un christianisme celtique encore très ésotérique par un dogmatisme latin des plus rigides - politiquement la volonté de se poser en héritier de la Rome antique, d’où rivalité avec Bysance...

Rivalité donc propagande (2) se doublant de celle, formidable, opposant les papes à un Troisième monothéisme, porté par une civilisation à son Apogée, celle de l’Islam,

amenant avec la méthode expérimentale, le renouveau mathématiques, la logique, laquelle sous sa forme philosophique séduira jusqu’aux juifs, manifestement des plus perméables à cette séduction.

S’ajoute le facteur Cyclique - en effet si avec le roman comme la matière de Bretagne, l’ésotérisme chrétien est encore très présent, les splendeurs du gothique vont de pair avec sa résorption, et surtout avec la corruption progressive du dogme, au sens savant, ici hébraïque du terme...(3)

***********

Qu’est-ce donc que "le dogme", et que signifie au juste « la langue des catacombes », par d’aucuns identifiée tout uniment à l’usage du latin ???

Disons tout simplement que le dit dogme ressemble beaucoup à « la lettre qui tue », jadis en connaissance de cause, mais depuis plusieurs siècles déjà...,

au nom d’une doctrine plus superstitieuse que chrétienne, vu la disparition de la Tiare comme des Clefs de la doctrine....

notes rv 3-4-z7-

F- Antéchrist et Christ selon les séphirots.... planches Couleurs...


(1) Dans une étude datant de 1933 (reéditée dans " Etudes sur l’hindouisme " par E.T) R Guénon donne la stricte correspondance entre les sytèmes hébraïques et hindous - à la plus grande fureur des intégristes, surtout latins....

En effet si " la Croix Longue " est un abrégé de séphirotisme, et celui-ci un sous-produit des doctrines hindoues, où va le monde, et que deviennent les prétentions du vicaire du Christ...,

et tant qu’à faire de "Dieu" , "le fils..." vu les invraisemblables amalgames des trinitaires, aboutissant à postuler à l’origine de l’Univers..., un prophète, buddah, Avatâra...à la place du Créateur...

Vous avez dit Orgueuil ??? " lettre qui tue " ??? démence peut-être ...

(2) de Maistre " du pape " infaillibilité, on se bidonne...Encore un initié pétaradant et minuscule...qui n’a jamais rien compris à Dante...nonobstant une incontestable intelligence, dans ses limites...

A contrario " l’orient chrétien et l’essor de la papauté " donne à réfléchir, beaucoup trop poliment du reste...(Meyendorf et Papadakis - Cerf 2001)-

à compléter dès maintenant par ceux de G. Corm - et pour les chercheurs, 141 le mythe de la décadence Bysantine - 171 le mythe de la renaissance- in "mythes et polémiques de l’histoire ",T II-studyrama perspectives 2009 (02-d-z9)

(3) Hébraïque et non judaïque - en effet d’un point de vue vraiment supérieur... " l’Art des lettres " est en quelque sorte quelque chose d’entièrement indépendant du point de vue religieux-

D’où la paradoxe, à savoir que la meilleure « kabbale », est celle qui est la plus étrangère aux discours des rabbins...

" aperçus sur l’ésotérisme chrétien " ch III " R.Guénon, éclairera mieux, à ce propos, la lanterne des traumatisés du "peuple élu"...oxymore savant et....fallacieux...