Accueil > A comme Apocalypse de Jean > D- Appollion ou d’une science des nombres à rebours

D- Appollion ou d’une science des nombres à rebours

mercredi 2 novembre 2005

09-12-11- à propos du retournement contre-initiatique de la science de nombres Appollion dans l’Apocalypse de Jean

très bon lien Google- Blog Jorion, décembre 2011 -rubrique "comment la vérité et la réalité furent inventés " par les néo-platonicien / pythagoriciens italiens -

&&&&&&&&&&&&&&&&&&& 23-10-2009- 1006 visites -

Techniquement "la science des nombres" s’entend d’une mathématique de l’entier dont la géométrie, prolongeant les intuitions symboliques (le Haut, le Bas, la verticale, l’horizontale)(1), servira de base aux Idéographies les plus diverses.

Nous disons bien de Base, car une fois retenues les formes (géométriques), éventuellement quelques nombres associés aux dites formes (2), la science des nombres s’efface, pour laisser place à l’Idéographie proprement dite...

Mosquée lointaine

/« la confusion des langues » étant d’abord celles des idéographies à base géométrique, comme ne dirait pas Dante... mais comme le suggère la surate XLII verset 14 (note3)

JPEG - 18 ko
Deux cent seize

Ce point souligné...on peut se contenter, comme le chinois, de déterminer le nombre des racines soit 240 (540 clefs, en ajoutant les quinze-vingt cher à saint Louis)(4),comme on peut, en développant l’Arcane, constater qu’il suffit de deux nombres pour générer la Base 20 ...

La systématisation est le fait de la tradition chaldéènne, à laquelle revient de droit la fameuse date de 3761 av JC.

En effet ce n’est que lors de la seconde captivité en Babylone que le sacerdoce selon Aaron reçut, des mains d’un sacerdoce infiniment plus vénérable..., un alphabet idéographique digne de ce nom,

Mais cela va s’en dire sans l’ossature mathématique, qui se limite, pour l’hébreu dit « carré », au langage naturel des formes géométriques.

***************

Tout autre semble à cet égard la révélation coranique, qui pose d’entrée de jeu " la science des nombres " comme témoin de la Hauteur où se situe son inspiration. En effet pour qui sait lire 114 est de la Musique, 29 de l’Architecture...(5)

Il existe au demeurant dans un « catéchisme » maçonnique des plus tardifs (1720), cité par J Reyor un autre témoignage irréfutable (pour le lettré digne de ce nom...)

de la transmission par les musulmans de ces principes aux très chrétiens bâtisseurs,

témoignage qui une fois décodé enverrait par le fond toutes les « légendes » destinées à effacer cette filiation ...(6)

***************

Au fait comment et pourquoi ce legs, (par ailleurs d’une pédagogie toute divine), encore attesté dans les caractères brâhmi formant l’alpha et l’oméga du Deva-nâgari, fut-il tant de fois retrouvé et perdu ???????

(jolies reproductions dans les très divertissants ouvrages de Ouaknim sur l’alphabet, la kabbale (enfin presque...) chez Assouline ...)

La réponse, Cyclique, tient à l’apparition comme au développement de cette faculté rationnelle, se substituant peu à peu à des capacités de combien plus divines..., à la prudence des élites en charge de ce travail..., enfin à une sorte de rosserie sinon Divine du moins Angélique...

(les « nombres » fixant les caractères hébraïques ou arabes, les règles propres à cette arithmosophie, ne rejoignent qu’incidemment " la science des nombres " à proprement parler).

Par ailleurs et vu l’attraction de la logique (donc de la philosophie comme Art du raisonnement), partant de la mathématique chez les barbares..., mieux valait réserver cette science à des esprits spirituellement adultes ...

**********

Question- existe-t-il des critères pour distinguer, dans la profusions d’ouvrages dits "antiques" ceux rédigés par de vrais initiés de ceux développés par les « savants de l’écorce » ??

Réponse- il existe bien des détails précis comme ; Les approximations « classiques » de pi, dont 22/7 (soit 29...comme Février ou l’Artisan de l’oeuvre...) renvoyant /entre autres choses.../ à la détermination géométrique de la Base Vingt et par la même à l’origine Atlante (entendez maya) des alphabets dits sémitiques...

En moins obscur la détermination par de A. de Tyane (qui ne fut vraiment étudié qu’au XVII et encore grâce aux manuscrits des musulmans dixit Itard) d’une Parabole à partir d’une sécante à cette courbe et de la tangente à ce point-

mais la plupart des solution proposées par les " anciens " (surface contenue par la dite courbe à partir d’une intégrale vulgaire) sont exotériques (7)

Par contre abondent les pseudo-arcanes où « nombres substitués » comme la tétraktys profane (8), le tétracorde dit de Philolaüs (sur lequel l’indigence d’un Réghini, pourtant maître maçon !!! arrivera à brancher l’octave modale de Do ***), la trisection de l’angle, la quadrature du cercle, la duplication du cube -

et autres énigmes dont la formulation trop précise donnerait quasiment la solution, d’où ces formulations « décalées » générant des problèmes sinon insolubles du moins sans réelle profondeur mathématique...

Méthode suivie par les algébristes « arabes », dont on veut oublier la démarche..., pour des ouvrages pourtant expressément destinés au plus grand nombre, et par là même se limitant à quelques algorithmes qui sont pourtant autre chose que l’Arcane, mieux l’Idée mathématique ainsi condensée...

Par exemple celui, géométrique, obtenu en quelques traits ou segments totalisant 29,73,137, etc soit 941 pour le neuvième terme (coïncidant avec un tzadé 9,4,1,)

série hors de laquelle il ne saurait être question des " Trois tables " qui portèrent le Graal et autres adages..., encore moins des sourates à Enquerre, dites encore Aelm el Qhuruf.

***********

Mais le départ entre l’intérieur et l’extérieur se remarque à la définition comme la place, dans la hiérarchie mathématique, accordée aux « irrationnelles »...

ce qui fait du discours des prétendus initiés vociférant le nombre d’or (fameux gardien ...) le braiment même de l’âne...

Cette science se transmet donc d’orient en occident, manifestement via les calligraphes initiés au Coran...

Sa trace la plus visible est " le quatre de chiffre " qui ne doit rien, strictement rien à la trop fameuse « kabbale »

comme la lettre G, de beaucoup plus tardive, ne doit rien au "iod" qui vient après coup, une fois le tracé achevé (ici R. Guénon, pour ne pas changer, soit ignore soit intoxique...)

En effet en hébreu la main s’écrit bien comme le iod (nous voulons dire 1+6+4), mais c‘est bien entendu la Main qui compte, cette preuve par excellence non seulement de la Création, mais de la création par Dieu ou par les Élohim (gnostiques par définition) d’une créature rationnelle, mieux capable de logique mathématique..., nous y reviendrons...

*****************

Après la désintégration intellectuelle du Haut moyen âge, la propagande italienne vouant au mépris le gothique comme s’efforçant d’effacer la dette colossale de l’occident latin envers l’Islam...

voici les aliborons algébristes de la Renaissance, partant le fumeux prodige des nombres dits « imaginaires », découverts à l’occasion oh combien symbolique de l’« équation » du troisième degré..., suivie de toute une pléïade ignorant tout des principes, comme par exemple la distinction entre parabole vulgaire et Parabole selon la science, intersections à l’avenant ...

Le progrès consistant dès lors à revenir aux grecs, ou plutôt aux travaux non des maîtres mais bien des apprentis, dont les thèmes comme les figures seront étudiées en dehors de toute synthèse " organique ", dans un continu anticipant sur les illusions d’une algèbre, que plus rien désormais ne rattachera aux principes ...

Qui trop embrasses ...

***reformaté ce 5-12-07

*** sur "l’art des Lettres" à proprement parler Art des lettres, science des "nombres" ... apporte un peu d’oxygène aux chercheurs et croyants asphyxiés d’érudition ésotérique...12-03-09, Clèbs

********************

sur Google site « Persée », Tannery et la science médiévale...compte rendu par Sergescu 1954 - nullité de l’occident aux alentours de l’an Mil...- reconnaissance du rôle joué par les Arabes -

petit défaut de perpective chez Tannery, puisque si racines et « triplets » étaient connus des babylonniens deux bons millénaires avant les grecs...la géométrie ne saurait être une invention de ces chers hellènes,

comme le montre tant le renvoi mythologique au petit déluge de Deucalion - la guerre de Troie, les Argonautes, nos barbares allant chercher en Orient les principes de la connaissance - enfin Dame-Intelligence, vite perdue de vue... (Platon par Revel "petite histoire de la philosophie occidentale" )14-04-09 Ptah-

*** Sur une théorie des nombres musicaux vraiment fondée sur les principes...journal de bord, U.V ...- Avril - Avis de parution " Livre de Ptah " ou directement www.okopsa.com


(1) La droite et la gauche ou le Soleil et la Lune soient les consciences diurne et nocturne ; la verticale ou la transcendance, le Soi - l’horizontale ou le devenir, l’immanence,le moi,l’âme à proprement parler etc.

(2) En arabe trois et quatre rythment littéralement l’alphabet (cf RG études sur l’ésoterisme islamique et le taoïsme nrf)

rubriques illustrées : Art des lettres, science des "nombres" ... ;Le regard des Cigognes.....

(note 3)surate XLII, 14 Coran (al-Buraq)- mais 13 chez Kasimirski, v française 1990, Lazarus...) :

"ils ne se sont divisés qu’après avoir reçu la science (el Aelm, impliquant " science sacrée" / principes / Oeil-de-Faucon 23-10-09.

(4) 240 obtenu en sommant trois Carrés longs- 540 plus un quatrième de même proportion que le premier...

(5) Les 114 sûrates, soit 6 x 19 soit six fois le double intervalle de quinte, lui même égal à la différence entre deux Cubes - Les sûrates à enquerre au nombre de 29, Trait d’octave ...

(6) " Pour un aboutissement de l’oeuvre de R. Guénon " ch XIX... Nous avons trouvé beaucoup mieux depuis lors, dans un autre cathéchisme à peine plus récent * / mais ce que sous tend l’expression française, c’est du kufique géométrique.../2-2-10.

(7) Pour celui qui connait vraiment la géométrie du Carré Long..., la surface de la Parabole s’obtient par un algorithme n’utilisant que des entiers ...

(8) Sur cette tétraktys profane ** (1+2+3+4) égal 10, en faisant correspondre 1 au centre du cercle et 9 à la circonférence, Guénon brode ou savamment distrait..., les prétendus maîtres...

* "dictionnaire thématique /.../ de la FM " ch "les 3 grandes lumières. 2..." - 1993 éditions du Rocher...

** nous insistons...