Accueil > Art des lettres, science des "nombres" ... > D- Celtique et Kufique

D- Celtique et Kufique

études en Svastika (carré, spirale carrée, spirale détachée, clavigère....)

mardi 27 décembre 2011

Rien de plus étonnant, pour un français découvrant l’arabe, que le son propre à la troisième barquette gondole, Nef..., flottant à la surface du devenir (1), bientôt suivi de quelques autres, so distinguished..., et que les manuels contaminés par les transcriptions de la trop fameuse linguistique rendent, pour ne pas changer, par des composites conçus par des taupes, guidés par de scolopendres...(2)

Mais laissons là les bagatelles animales, sensibles, (toutes en vélaires, fricatives et autres affriquées), pour considérer le pur Intelligible, graphique, géométrique, antérieur au Kali-Yuga- nous avons nommé, à partir des formes carrée du kufique le Cristal, hypersynthétique, en forme de svastika dit celtique...

Mentionnons sans plus la construction savante du dit signe, dont les Quatre carrés, cantonnant le Puits (carré central) comme dirait Ptah, ne seront parallèles aux coordonnées que chez les profanes confondant les nordiques et les hyper boréens...(3), car cette orientation, suffisante pour notre exposé, suffit...

Soit donc notre Svastika enfantin, sémaphorique...

En analysant selon la science (transcendante et véritable...) il vient deux éléments, soit le Carré, ou « Ha » de Allah, et la Spirale (Carrée de même) du « Mîm », soit le lotus Incréé du coeur et la potentialité propre à cet état central, dit humain ...

Comme nous le soulignions (en planche du précédent)(4), afin de distinguer la pure potentialité de ses actualisations déterminatives et successives, les Mages concepteurs, dans un premier temps, détachèrent le carré de sa ligne (passant de quatre à cinq ou six etc traits), soit en multipliant cette forme,le svastika dit maintenant Clavigère ...

On procède alors à la différentiation des Clefs, soit pour le Lotus (cette fois créé) du cœur, le « Waw » dont la ligne se raccourcit une fois détaché du carré propre au « Ha », carré pur, dont le rayonnement génères le « Fa », et le « Qaf », pointés une et deux fois, (de façon à souligner l’absence de point propre au « waw » (5).

JPEG - 110 ko
qaf

Ne reste plus alors qu’à trouver le caractère complétant notre svastika, soit le « Yah », qui présente la particularité d’être ouvert,(6)(comme en hébreu le B de valeur 2, sur carré diminué trois quarts...)

Nous reviendrons sur ces assonance, comme celles accordant les formes Tétragrammatiques (du nom de Dieu) dans le premier et le troisième testament- (immédiatement) simples variations graphiques, ne dissonant que pour les sourds..., ou encore ceux dont l’instrument, mal accordé, rend faux, pénible, ce qui dans une Lyre naturellement divine, délivre les souffles cachés dans le cœur ...

Car notre Poisson, pour disparaître dans un Nuage de bulles, nous dit encore deux ou trois choses... A que nombre de caractères minuscules latins, sont des arabes.... B qu’au moins deux chiffres, six et neuf, ne sont pas d‘ici... C qu’enfin et surtout les neumes au départ sont du kufique, ou du celtique, bref ces « Clefs du saint sépulcre » mandés par le Rashid à Charlemagne... R comme resh, ou encore comme Gamma....(7)

PS pour Cats, près à s’embarquer avec Court de Gébelin ...
lequel pour précéder de Maistre, nous semble fort peu équipé pour visiter " le monde primitif " ... Travail de planches terminé, mais vous pouvez à votre tour essayer de crayonner, comprendre..., au lieu de faire des phrases à la Gillis (Charles André pour les dames ...)


(1) Le Fh , valeur 500, trois fois pointés, de « hadith » - en forme d’esquif, kayak, chassant Scaf, le phoque, animal à moustaches, signature propre à la parole des Anges, proche (bientôt, Oxalà, rubrique Chats...)

(2) Entre autres désastres le aïn 70 (arabique ou hébraïque), rendu par une virgule- on ne saurait mieux avouer sa radicale impuissance à comprendre quoi que ce soit ..., et surtout à tout embrouiller par une science, malgré le départ (le modèle sanskrit) arrogante, autiste, partant profondément faussée....

(3) Il pour le moins révélateur de voir le Svastika, des éditions Pardès (bonne iconographie, contrairement au Dragon ...), faire l’impasse la plus complète sur la géométrie savante de ce signe (même remarque à propos des Runes). Mais que dire alors de Ouaknim, qui dans ses recherches paléographiques (" les mystères de l’alphabet " édité par assouline 1997), sacrifie à tout les pseudo- dogmes " marqués au front et à la main ..." du genre ; au commencement était la pictographie ...)

(4) « de la Pomme et des nombres, tels que joués en Paradis » Le Qaf 100, le Waw 6, le Fa 80 (soit en hébreu le quoph, composée, 186 )-Le Yah 10 - le Mîm 40 - enfin le Ha 5, (valeurs simples. Total 241, soit 7, dirait Ibn Arabi... ....

(5) Si le Ha est le lotus incréé, en dehors des sept, le Waw est le coeur dans sa spontanéité ou primordialité, donc sans les déterminations sensibles (le point du Fa) et psycho-intellective (les deux points du Qaf)

(6) Les deux point pour le Yah peuvent être lus comme le double pompom des marins (ici argonautes, ayant franchi les deux Océans) soit le moi et le Soi, enfin réunis.

(7) Ces clefs, pour Jérusalem, expression Visible (donc contingente, fragile et dangereuse) du mystère de la Cité divine), revenant de droit aux palestiniens... Mais le moyen de faire entendre la courtoisie aux nains de la Thorah ...