Accueil > le Monde subtil > I- Le nuage " intérieur " individuel, et collectif

I- Le nuage " intérieur " individuel, et collectif

condensation, courants , rythmes

dimanche 1er octobre 2006

précédent H- golems et égrégores

L’égrégore, en plus « primitif » (1) le Nuage intérieur généré par l’activité extérieure, peut être décrit comme une condensation (en flux continu) d’instants, mieux d’intervalles...,

résultant de la double attraction de la mémoire comme de l’imagination, du passé comme du futur, de la Lune comme du Soleil- image des fonctions psychiques mesurant les révolutions (2) de la Terre du corps...

Décrire de tels instants comme infinitésimaux, voire quantiques..., tout en fantasmant sur le bionique et autres implants pour damnés..., serait tomber dans le travers déjà pointé par le Bouddhisme,

à cela près que non content de remonter « la flèche »(3), d’analyser son bois, de tayloriser sa fabrication, de programmer sa conception, on s’attaquerait à la Forêt, de façon à rendre Fatal le gouffre...

On serait mieux inspiré de parler de « grain » au sens météorique, associant la semence et la pluie- ou encore de « poussière » au sens kabbalistique (4),

au prodige près de la conversion du sec en humide, de la sensation (enregistrement quasiment atomique, d’instants que rien ne corrèle)(5), en perception - vivifiant l’instant comme pierre plongée dans l’Eau de la mémoire, ou l’effervescence du désir....

L’étape suivante - la conversion de ces courants imperceptibles, de ces tourbillons minuscules en courants, flux, propres la conscience au quotidien...-

(soit dit en passant, avec le bonheur, bête noire des occultistes de pacotille rêvant de pouvoirs..., sur fond de frustration et de sentimentalité moite) est encore assez connue....

Ce qui l’est moins c’est l’énergétique de ces courants s’équilibrant en rythmes, rythmes se modifiant selon « les heures » (au sens Antique), dont la théorie se retrouve, encore qu’en mode médical, en Acupuncture...(6) Par quoi nous arrivons dans un domaine sensible surtout par ses parodies contre initiatiques...

Soit en termes prophétiques le Roux dragon... dont relèvent ces gnoses à rebours, tout en singeries de l’emploi du temps monastique...(7), ne fusse que par complète incapacité à admettre l’existence des Anges mieux, des Paradis...

Car qui dit Ange dit encore pouvoirs, Puissance, en attendant le Totalitarisme dans lequel versent invariablement ce genre d’ascète, dont les prétentions comme l’ignorance n’ont d’autre compensation que des méthodes de plus en plus dures, et paradoxalement hors sujet ...

Comme sont hors sujet les méthodes chères aux sciences expérimentales, dès qu’il s’agit d’aller un peu plus loin que l’extérieur ...

**********

En effet si, comme le dit le Sorcier, « la description se reflète elle même » le premier pas, pour arrêter de « nourrir le démon »
(qui dans sa stupidité table sur le visible pour conquérir l’Invisible),

est de faire jeûner l’âme avant le corps -

l’âme et ses puissances, comme totalement prisonnières de ce que le sorcier appelle le Tonal - mettons le gigantesque Aimant maintenant en place le monde..., actuel (8)

Démarche cela va s’en dire infiniment plus facile dans un monde « imprégné de religion », que dans une société ou la science profane (la seconde Bête) écrase, de toute sa puissance jusqu’à ce « catholicisme intégral »

dont la formulation est l’exemple même des techniques reprochées aux mystiques politiques athées...(9).

Car il y aurait lieu de développer les propriétés de ces courants mentaux (terme au demeurant fort peu approprié à ces mystères)

seul moyen d’entendre la façon dont un scientifique, mieux un contre-initié lui même..., peut être aspiré dans un Vortex sans fin de révélations illusoires...(10)

mais qui dans notre civilisation trouveront toujours le chemin vers des applications de plus en plus inhumaines, monstrueuses, conduisant vers la désintégration totale du point Oméga...(11*)

suivant J- démons et cyborgs ...


(1)- Entendons une fois pour toutes que, plus c’est « primitif », plus cela s’approche de la vraie science - chapitre XXVI " chamanisme et sorcellerie " dans « Le règne de la quantité » RG

(2)- Encore connu des magiciens de la Renaissance, le nombre d’années imparties au sujet se traduit par autant de Tours ou révolutions etc.

(3)- Célèbre parabole de la flèche que tout un chacun rencontre au sortir de l’enfance - en plus religieux, mais renversant la séquence, il n’y a pas de serpent sans Paradis ...

(4)- Poussière, plomb, cœur - racine èphèr (70+80+200).

En mode érudit chapitre « intelligence de la liturgie » dans « Au coeur de l’écriture » par le père Boon, Dervy 1987 -

en mode humanité souffrante..., chapitre « afar » dans « La mémoire de l’Eden » de Paul Nothomb, la Longue Vue (Bruxelles).

(5)- Le sujet (pour ne pas dire « le jeune ») ne corrélant plus rien, assimile moins encore, d’où frustration, tourbillon, violence... cf " bavit6 ", et ses dérivés, en russe...

(6)- C’est seulement au niveau de l’alchimie propre au taoïsme que l’on comprend vraiment ce qu’est la maladie, par exemple la disharmonie entre l’âme individuelle et ancestrale, qui dans notre civilisation ne peut que s’amplifier sous l‘action de facteurs passifs, mais également d’agents parfaitement conscients de leurs actes ...

(7)- Grand classique ; se réveiller à minuit et retourner un gros galet au dessus l’armoire (au lieu, comme les moines, de prier dans le dernier tiers de la Nuit...). A déconseiller aux jeunes personnes voulant garder leur teint de lys et de roses ...

(8) le Tonal - mettons le gigantesque « Aimant » maintenant en place le monde, (la création relative) dans son état actuel... Cf Apocalypse de Jean, le monde gardé dans son apparence (et ses lois...) par une « Parole » etc ...

et cela va s’en dire " les déterminations qualitatives du temps " chapitre V " note 1 ...

(9)- L’église catholique se séparant (de toute la morgue de sa prétendue autorité...) des église orientales dès 1053, et l’ésoterisme chrétien sous forme latine s’évaporant dès le XIV siècle,

ce label (traditionnalisme intégral) relève de la technique du « gros mensonge »...intégral...

(10) Ce qui ne veut pas dire dénué d’applications... Sur cette possibilité, paradoxale, asymptotiquement optimisable..., suivantJ- démons et cyborgs ....

(11)- Horrible personnage que ce Teillard de Chardin...F- Oméga - .

Mais le moyen (pour l’exquis représentant des classes dites instruites...), de ne pas préférer Gurdjieff à Guénon, Lang à Fumarolli, Claudel à Montherlant, Watts à Coomaraswamy...(Ptah, de mémoire).