Accueil > René Guénon et la Nef des Fous ... > Enfer ou Sh-é-o-l, une Obscurité qui en dit long... (pierre noire, pierre (...)

Enfer ou Sh-é-o-l, une Obscurité qui en dit long... (pierre noire, pierre blanche...)

mercredi 8 janvier 2020

Lien vidéo https://youtu.be/xgvvmtT0Jhs
images en cour...

La récente explication entre Alexandre Palchine (blog) et certain primate, nous donne l’occasion d’approfondir le thème des "rendez-vous manqués", du grand Guénon, avec à peu près tous ceux qui, à son époque, prétendaient, en toute bonne foi, représenter telle ou telle tradition...

A commencer par le christianisme, ergo le judaïsme, bref la kabbale, sorte d’abrégé des merveilles des Cieux... (pour emprunter à la Bruyère...).

En effet, question christianisme, RG ne trouve pas les mots pour montrer aux catholiques que la violente querelle qui opposa Jésus Christ au docteurs est un procès en intégrisme... avec deux conséquences majeures...

L’une négative, côté juif, perte totale de tout ésotérisme digne de ce nom, l’autre positive, résurgence et surtout transmutation dudit ésotérisme chez les disciples d’un Christ, plus grec, ou, si l’on préfère, arien que sémite...

Ceci posé, et pour nuancer, si nous avons côté perte Vous aviez les Clefs de la science, il est quand même question, à côté du Vin nouveau, du Vin vieux...

Donc de la doctrine renvoyant à la réalisation jadis obtenue par les prophètes, qu’il convient d’entendre comme les yogis de ce temps là... Et à propos de laquelle JC dévidera les paraboles renvoyant à la structure subtile de l’être humain.

Bref les 7 Sceaux 7, ergo les 7 Dons du saint Esprit, ergo les 7 pêchés capitaux, tous mystères recouverts ou voilés, avec quelque retards et beaucoup de complications, par la doctrine des 7 sacrements comme ne dirait pas Luther ou... Borella...

Doctrine strictement ésotérique, du temps de J C complètement ensevelie sous la minutieuse observation de rites confinant à la pure superstition... Au point, à suivre les historiens, d’effacer complètement de la religion juive, tout intérêt pour l’Au delà...

Du Paradis, dont sadducéens comme pharisiens n’avaient que faire, aux Enfers,
réduits en somme au Schéol, sorte de concept à peu près vide, contrairement à ce qui se passait chez les grecs, ou même l’Hadès recevait parfois la visite de quelque héros, Orphée, Ulysse, Hercule, tout en bénéficiant de toute une géographie, mieux une Orographie souterraine...Du Cocyte au Tartare et du Styx au Phlégéton...

Il est pourtant un mot, rédigé en hébreu..., dont l’analyse témoigne une fois de plus du caractère plus que tardif et surtout lacunaire de l’AT, dont la rédaction ne saurait remonter au delà d’Ezdras, donc au delà du VI siècle < Jésus-Christ, —586 pour les puristes, qui est en fait le vrai départ de l’ère juive...

Nous avons nommé le Sh-é-o-l, qui fait partie de ce qu’un islamisant nommerait les rhaûâmidh el Lurha, ou obscurités de la Langue, rhaûâmidh, au Rhaïn français près comme Ramadhân, avec un R russe, et autres Chats Gris, comme la Cendre...

C’est pourtant dans un tel Cendrier, l’hébreu idéographique, que gît Intelligence... Notons pour commencer que la 1ère et la dernière lettre, soient Sh-L forment l’adverbe Qui, entre lesquelles il suffit d’intercaler Alèph et Vav pour obtenir notre Shéol ou Enfer,

Shîn est la lettre du Soleil donc du Feu, symbole d’Ascèse, Lamèd est en somme la finalité, puisque c’est la seule lettre à largement dépasser vers le haut et nous avons déjà noté dans une précédente vidéo, sa signification de Fil sur lequel sont enfilées les grains du chapelet, en plus hiératique, les Mondes..., ou états de conscience, des plus célestes aux plus infernaux...

Autrement dit le thème de ce cartouche idéographique, n’est autre que celui de la descente aux Enfers et de la remontée au Ciel. En plus lapidaire, (pour ne pas dire en plus ærabe) le passage du Feu, Nâr, de la passion ― à la lumière, Nûr, de l’entendement.... et ce d’autant plus que les lettres intercalées, soient A-V, renvoient, à un Resh près, à la Lumière...A-V-R...

Maintenant si Shîn est l’ascèse, qu’en est-il de son objet, ou plutôt sujet, l’Alèph... Graphiquement sorte de N latin, l’Axe penché représentant l’être soumit au devenir, complété par deux segments pointant dans deux directions opposées ...
Soient le moi et son double, en termes de Lettres deux iodîm, pour rester simples....

La descente aux Enfers renvoie donc au Iod inférieur, donc pierre noire, ou conscience nocturne, prisonnière du marais du subconscient, ou encore des énergies sous le joug des puissances Ancestrales... (l’âme Réservoir des bouddhistes...).

Au fur et à mesure de sa libération, cette conscience collabore avec le Iod supérieur ― donc pierre blanche ― ce qui graphiquement se traduit par un redressement de l’Axe de l’Aleph, comme le fait que les deux Iodîm se rejoignent de part et d’autre de ce qui est maintenant un Vav, soit le symbole de la division mais via une rotation de 90 degrés...

Ne reste plus alors qu’à gravir le Lamèd, sorte d’échelle de Jacob, avec trois portes (dalétîm) ouvrant sur trois Palais ou réservoirs ou ’champs de cinabre (les trois Maîm dans la question de Moïse à l’Ange du Buisson ardent. "Li Ma Shé-Mo Ma", etc ....

Gravir moyennant un certain nombre d’épreuves et surtout de péages...Car à chaque marche son serpent, bientôt son crocodile, surtout pour celui qui s’est détourné du Ciel...

On peut encore commenter le total, [300 + 1 + 6 + 30] = 337 comme 300 et 37, mais ici on remplace Sh par S de même valeur, 300, comme renvoyant moins à l’archaïque Dieu Lune, qu’au Soleil de Minuit... et 37 par Lu-z c’est à dire l’Amandier ou encore le germe d’immortalité...

Le concept est donc bien un résumé de "la descente et de la remontée" (abordé dans la précédente vidéo, sous le Signe de 19 au sens Coranique) et le fait qu’il soit dégradé en Schéol au sens rabbinique.... traduit bien, une fois de plus, l’état de profonde ignorance, ou encore d’absence d’Inspiration..., des rédacteurs de la Thorah...

Que dire alors des talmudiques, longtemps à cran avec toute idée d’ésotérisme, se reconstituant peu à peu à grands renforts d’emprunts plus ou moins entendus, aux grecs aux chrétiens, enfin aux musulmans... 05-01-2020.

Voilà nous sommes en 2020.. A propos de "la théorie du geste" amorcée par RG,
ce serait élégant de la part des habitués de nos video, qui ne se sont pas trop ruinés en sottises de fin d’année, de commander nos ouvrages, ou de renvoyer à nos travaux...,ou de faire un don aux éditions Okopsa@laposte.net... C’est que le temps passe, le matériel s’use, et nous de même . Ceci dit nous allons continuer à fêter les Rois à notre façon, les Rois Mages....


1-Questions- Un hébraïsant trouvera ta Lettre L ou Lamèd un peu étrange d’autant que tu proposes deux variantes ....... tu développes ??? ― Lamèd replié, et en gradins, ce sont les fonctions vitales, dormir, se nourrir, se reproduire...

2- çà c’est facile mais ce L ou Lamèd déplié, compliqué de tout un texte ??? ― Le M de LaMèD c’est un ensemble de possibilités, réparties en spirituelles, intellectuelles, psychiques physiques, en plus grec Nous Psyché Soma, d’où Migdal, la Tour.

3-Et le petit texte, en lisant de bas en haut ?? Li MA ShéMo Mà...― C’est dans l"ancien testament Moïse pose une question à l’Ange du Buisson Ardent, et tout à fait classiquement, les finales de cette question contient les fameuses 4 lettres
-Iod, Hé, Vav, Hé- sur la planche, toujours de bas en haut,
commentées à la façon des grammairiens, comme "Je suis celui qui est"...

4- Que tu traduit tout à fait autrement ???
―Oui, en idéographie, le Iod c’est le germe, le Vav la tige, donc le sommeil et l’éveil...

5-Içi un hébraïsant trouvera étrange que tu attribues la Vie à la lettre Hé, 5, au lieu de la lettre Khèt de valeur 8...― Oui j’ai anticipé, Khèt de valeur 8, c’est la vie sur terre du corps physiologique, Hé, 5, ce sont les deux entités psychique et spirituelle, autre interprétation pour la lettre Alèph...

6- Pour revenir sur la planche consacrée à cet L, ce complexe d’idée venue de l’hindouisme, se retrouve de façon presque invisible chez nos monothéistes ???
― Chez les musulmans c’est archi-visible, je pense à toutes les variations des calligraphes sur le Lam-Alif, et chez les chrétiens par la Croix à Triple Traverse de papes... Chez les juifs, à part quelques borborygmes kabbalistiques, il n’y a en effet pas grand chose....

7-On peut arrêter là, Bonne Fête... des Rois.... STOP