Accueil > Science moderne, seconde Bête : la composante idéologique. > I- Scolastique, cap 666...

I- Scolastique, cap 666...

ou quand le culte de la Raison se prévalait de la théologie

lundi 3 décembre 2012

suite de l’attaque en piqué N- de quelques idées chrétiennes devenues folles.. ......

3 décembre - Mettant à nu le procès que la théologie fait à la philosophie grecque, et plus exactement la nécessité, chez les "Pères" de l’Eglise

(N’appelez personne "Père", car vous n’avez qu’un seul Père, qui est aux Cieux) dixit Aïssa, alias J.C alias le Messie (wanted...)

d’apprendre la logique (pour les guénoniens, la dialectique (qui prédomine chez les ariens >< la morale chez les sémites)(1),

Frithjof Schuon ne peut évidemment que déplaire à ceux qui s’efforcent de remettre en selle "saint" Thomas, voir "saint" Bonaventure - dont nous parcourons en ce moment la philosophie par Gilson...*

Disons le tout de suite, les bras vous tombent de tant d’efforts dépensés pour compenser ce qui, pour un immédiat successeur de François d’Assise, a du apparaître comme une tare, pardon !!! une infirmité de principe ;

la totale incapacité à "la vie extatique"...

Mais il y a pire...

La "philosophie" du saint, c’est à dire son idéologie, ordonnée tout entière à prouver la supériorité du christianisme (partant de l’ancien testament ) sur la philosophie païenne, dont il pompe en bon théologien la langue, la méthode, et tout le système des arguments ― se fonde tout entière sur une double et même une triple béance....

En effet, primo, question sciences, Aristote ne représente que ce qu’il y de plus extérieur dans la Sagesse de l’antiquité classique, qui étant d’ordre traditionnel au sens de René Guénon, ne pouvait pas ne pas procéder de mystères autrement réels que toutes les divagations de la raison..., et de son ombre portée la logique...

Deuzio, les sciences, telles qu’en hérite le christianisme n’ont plus rien à voir avec les mystères, l’idée même de "science sacrée", lui étant parfaitement étrangère,que ce soit sur le plan de la médecine ou de la musique (2),

Voire de l’architecture, qui passé la période romane, n’est plus qu’ordonnée au sacré - nuance - le gothique faisant de plus en plus appel au Fer... Et plus que jamais, dans statuaire, versant dans l’allégorie, nous voulons dire la traduction, en images..., de la lettre de l’ancien comme du nouveau testament...

Tertio, la théologie chrétienne, qui confond régulièrement l’allégorie avec le symbole, ne parlant que grec pire, latin..., ignore par définition tout de l’hébreu comme langue sacrée..., c’est à dire des principes comme des méthodes, utilisées pour extraire tout leur jus de textes à plusieurs niveaux de signification...(3)

Enfin et surtout, rançon de la discipline ecclésiastique, l’incapacité de nos grands scolastiques à toute espèce de rêve, songe, contemplation

- comparons les délires paralogiques de Thomas d’Aquin, de Trinitate..., aux visions de sainte Hildegarde) -

les refoule vers une sorte de... masturbation purement incantatoire..., comme diraient de nos jours les commentateurs un peu avertis de dessous de la vie politique ...

&&&&&&&

Brochant sur le tout cette idolâtrie obtuse de la Sainte Trinité, sorte de sous-produit de la théorie des "Avataras" des hindous, mixée avec "la porte des Dieux" des grecs, le tout abominablement touillé avec les "middoths" de la kabbale...(4)

Car comme nous le disions ailleurs, le système en bouclier de David, s’il fonctionne à peu près "in divinis" demeure horriblement boiteux en ce qui concerne Jésus Christ...

Dont le générateur est l’Esprit Saint, ou l’Ange Gabriel, ou "le jeune homme qui passes", qui est plus que tout autre, le Fils de l’Homme, c’est à dire Adam (5)...

Bref tout sauf "le Père"..., qui en sémitique s’écrit Alèph ou Alif-Ba, autrement dit l’Etre et sa polarisation cosmogonique, 1 et 2, donc le Ciel et la Terre, la substance et l’essence, ergo la matière et la forme, ce qui n’a strictement rien à voir avec la dite Trinité, comme ne dirait pas Gilson..., dans son rebutant pavé sur la philosophie du "saint" (6).

&&&&&&&&&&&&&

Par ailleurs dégoulinant d’un fatuité toute cartésienne, se repaissant de l’homme maitre et possesseur de la nature, en oubliant totalement "la Chute", et même serions-nous tentés d’ajouter les étapes de la Chute... "le péché originel", et tout le tremblement...

Autrement dit si la tête d’Adam dépassait les nuages,
notre positiviste gras (Gilson), héritier de toute la morgue de la bourgeoisie industrielle, rampe dans la suie des mots...

&&&&&&&&&&&&&&&

On conclura ce discours (qui est un peu plus qu’un billet d’humeur...), en notant que tout le bien qu’un certain Revel dit de la philosophie, s’applique à cette théologie,
toute latine...

Car et comme le notent les connaisseurs, si la scolastique à toujours fasciné les chrétiens orientaux, cela s’est toujours d accompagne d’une certaine méfiance pour ne pas dire répugnance...

Notamment vis à vis des... prodiges (7), de saints s’abreuvant à une Kénose totalement défigurée, par la réalisme proprement satanique, qui depuis le XI siècle semble inséparable de toute représentation de la Passion...(8)

En somme il n’y en a que pour la chair et le sang, ce qui est quand même étrange pour les disciples d’un prophète affirmant précisément que

"ni la chair ni le sang n’héritent du royaume"...

Ce qui n’empêchera pas les rédacteurs des évangiles de nous bassiner avec
les 3 x 14 générations, qui donnent d’entrée de jeu un goût de plomb à cette
mise en scène, grevée de toutes les illusions du "peuple élu"...

Après quoi des générations de théologiens s’étonneront de l’apparition de l’Islam,
en qui ils ne manqueront pas de voir l’Antéchrist, comme si celui-ci n’avait pas de meilleurs serviteurs que nos barbares, les premiers en somme à célébrer, sous prétexte de théologie..., le retour de la Déesse Raison...

Pour clore sur le mode occidental, si la théologie est à la théognosis ce que la poupée gonflable est à la femme..., la méthode expérimentale, telle une experte prostituée, n’aura de cesse qu’elle n’ait transformé en "savant" notre mandarin...

&&&&&&&&&

Car évidemment vu du côté bouddhiste, que l’homme soit
"la créature la plus parfaite de l’univers" (9). /Il l’est/"en raison de
son âme douée d’une volonté libre et d’un connaissance raisonnable"
,
semblera d’une puérilité donnant la juste mesure des docteurs venus de
l’occident lointain...(10)

Si maintenant en bon routard, ou "cavalier Bleu", on s’élève jusqu’aux relations de voyage de Castaneda. l’assertion comme quoi
"par son intellect" (assimilé avec la plus plate raison),
"l’homme s’empare des essences de tous les êtres",
rendra un son parfaitement grotesque...

Le reste de la phrase"par sa volonté il domine tout les animaux
et toutes les choses pour les utiliser à son gré",
achevant de nous faire
basculer dans l’imbécilité et surtout dans l’odieux...

Comme quoi "le nombre de la Bête" à une longue histoire, et l’enfer est pavé de théologiens...(ou de mollahs ou de rabbins...).

&&&&&&&&&&&&&&

4 décembre- Gonde partie, le poêle (baptisé Béhémoth) allumé, on discute...

Clèbs (embarqué malgré lui dans cette galère) croit discerner çà et là des
conceptions directement décalquées de..."la métaphysique Orientale", par exemple sur la matière..., entendue selon Bonaventure (mais ici avec les mots de Gilson),

Lecture ; "potentialité absolument indéterminée ; Principe du devenir elle n’est rigoureusement ni ceci, ni cela, ni autre chose. elle n’est donc ni corporelle ni spirituelle, mais deviendra indifféremment corps si elle reçoit une forme de corps, et esprit si elle reçoit une forme d’esprit"....(VIII les Anges, contre saint Thomas, etc).

Chien-huskie : je peux ???

Fennec - à voté !!

Huskie : ça me fait penser à "la Mer" chez Simone Weil...

Ptah : oui ???...

Chien-huskie :"la pesanteur et la grâce", mais sans la Grâce...

Aurore en grand maîtresse des novices -
nous te décorons de l’ordre de l’Etoile polaire...

Ptah sur sa lancée ; Passons sur le dualisme des primaires, corps /esprit, sur l’absence de catégories (a fortiori de distinction) entre "materia prima" et "materia secunda", pour admirer la définition du "métaphysicien", qui "élève sa considération jusqu’à l’essence même des choses et à leur substance en tant en telle",
en empilant des raisonnements, trente années de suite, sur cents volumes,

et l’on comprendra que la dissolution de l’enveloppe corporelle d’un tel docteur, ai pour résultat d’infester le milieu cosmique de "vasânas" ultérieurement recyclés dans la psyché de Descartes, la Mettrie et autres Locke, comme dirait à peu près de Maistre ...

Mais Chien-huskie n’écoute plus...

Elle rêve, avec le Chat gris, (baptisé Grizzly), de phoques, de narvals..., de glaciers, Rubis et Emeraudes, embrasés par le couchant...

3 Août 14 - Il arrive que de purs littéraires, mais participant encore de l’ancienne culture classique, recoupent de façon remarquable nos thèmes de prédilection...
Ainsi Benjamin Fondane dans son étude sur Baudelaire * retraçant
la grande histoire d’amour entre l’Eglise catholique et la Raison...

Cela dure quelques pages (de 303 à 310) formant le chapitre XXVII, et cela vaut le détour, bien que le Poète, comme tant d’autres..., recherche dans l’Océan d’en Bas
ce qui ne peut se trouver que dans les Monde Célestiels... pour rester simples...
(ou encore dans le cadre conceptuel d’un René Guénon...)

(* Baudelaire et l’expérience du Gouffre - 1972, Archipel, Seghers)...


* la philosophie de saint Bonaventure, Etienne Gilson, Vrin, 1943.

(2)-sacrée, au sens de revélée dans ses principes : acupuncture, feng-shui, curare...-
le chaos des modes grégoriens copié-collé, sans le moindre discernement de la bouillie grecque...

(3)- fussent-ils rédigés, corrigés, refondus, en mode plus politique que gnostique (à peine 5% du la Thorah, ou si vous y tenez, du Pentateuque...). cf H- des Quatre Gamma de la Croix du Verbe......

(4)- par exemple D- La Trinité ; un dogme au service du diable, de façon générale D- code D comme " dogme."....

(5)- ni au père ni à la mère, mais au jeune homme passant, proverbe russe (ptah).

(6)- chapitre VII de l’analogie universelle ; « tout être se définit et se détermine comme une essence /.../ a son tour constituée de trois principes, la matière la forme et la composition de cette matière avec cette forme ».

Trois lignes plus loin et au prétexte d’Unité, Le Père, Le Fils et le Saint Esprit, ce dernier toujours rédui, selon la théologie des latins, à un vague copule entre les deux termes d’un couple quelque peu sulfureux (le Père ne désire que le Fils le Fils ne désire que le Père..., diable, diable...- vous dites ??? combattre les tendances des grecs ???).

(7)- "le prodige" c’est les saints des autres, à commencer par les saint bretons, peu ou prou assimilés à des sorciers..., "les miracles" c’est nous, avec firman de la sainte inquisition... Et dire que ces momies, ces robots, ces cloportes..., attendent Pierre le Romain, sans doute pour le 21 Décembre...

(9)- Le Coran est plus nuancé, puisque si le modèle humain est crée dans la proximité divine, de facto le dit humain est précipité au plus bas de l’échelle, comment dit - déjà Chien-huskie ?? de perception...

(10)- chapitre X "les animaux et les raison séminales", ("les anges" , VIII, c’est un peu mieux...) ―

A noter que pour saint Thomas, la raison, qui distingue l’homme des animaux, est et une différence purement... animale, c’est à dire tout sauf transcendante...― ne fut-ce que parce que les Anges ont l’intelligence ...

Bien entendu entres les Anges et les hommes il y les esprits, mais c’est trop demander à nos têtes d’œuf d’autruche, frites à la graisse de hyène et de chacal - car le christianisme, vis à vis des autres traditions, c’est la haine...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.