Accueil > Le regard des Cigognes.... > I- Rurab et BasmAllah - éléments et mystère-

I- Rurab et BasmAllah - éléments et mystère-

idéographie...

jeudi 21 juin 2007

(A-éléments) Les docteurs de l’écorce prônent, ceux de la brique s’étonnent... de l’interdit, plus exactement de la minimisation postulée d’emblée, quand aux traductions du Coran en langue profane .

Mais continuons notre petit détour par le pays de Colchide...

Si le Râ est le soc (ou la défense du sanglier blanc) déterrant la perle (noire ) - le point sous le Bâ (1) -

le Zâ est le serpent, couronné de cette gemme (2)

le Zir de Uazir apporte avec le I (transcrit yah) le seul hiéroglyphe dédoublant, sous le trait, le point (la conscience en Soi, indifférenciée)-

**************

(B-Mystère) le I, notre Cygne, abrite quand à lui sous ses Ailes, les deux extrêmes de la conscience divine et humaine (nos deux points) -

Ou plutôt, à la différence de l’Alif qui traverse les mondes (3) il réunit, dans une géométrie proprement sphérique, les deux extrémités de l‘Alif-

en termes gnostiques la conscience subjective émotionnelle (féminine) et la conscience objective intellectuelle (masculine)- dont la conjonction fait pleuvoir le Ciel et rend fertile la Terre-

Par quoi nous avons nommé le Mîm et le Nûn - graphiquement les demi-cercles correspondant ; pour le N à l’Arche, et pour le M à l’Arc en Ciel - soit les deux moitiés Nocturne et Diurne, visible et invisible -

L’une éminemment fragile et destructible : le corps (dit encore temple du Saint Esprit chez les infidèles ...)- l’autre renvoyant à l’omniprésence de l’Esprit (au sens non duel) qui n’est détruit qu’en mode illusoire (comme la lumière lorsque tu met un volet sur ta fenêtre, pour te cacher du Jour ...)(4)

***********

Par ailleurs c’est en Esprit que se résorbe le corps (4), ou le Feu qui donnait vie et mouvement à cette Argile (5)-

Encore que ce ne soit là que le tout premier moment du devenir posthume - Puisque une fois ton être parvenu au terme du Voyage celui-ci, qui commença « en haut » (dans une représentation purement mentale), se termine « en bas »

Par quoi il faut entendre la transmutation de la possibilité corporelle...(6)- sortie et retour dilatant les Trois mondes, au fur et à mesure du développement des Temps..., comme de leur cristallisation en Espaces (du Ciel de la Terre, enfin du monde subtil, où sont Enfers et Paradis).

(note 11)

***********

(C- discursif) Maintenant si tu examines la BasmAllah tu voie que les Attributs divins sont formés sur la même racine que l’Esprit soit Ruqh (200+6+8) générant Raqh-man et Raqh-im, ne différant que par les Finales (40+1+50) soit 91, et (10+40), soit 50- (note sept)

En première approche Mîm-Alif-Nûn, formant Cercle, s’entends de ce que Dieu donne à la fois la vie et l’esprit (l’arche du corps et la capacité céleste) - alors le Yah-mîm, où ne subsiste que le Demi cercle supérieur, renvoient à la condition éthérée ...(ou astrale)

Bien entendu, si tu interroges les pythagoriciens, ils te répondront que 91 vaut six carrés (qui sont comme les Six directions de l’espace), alors que 50 renvoie à la Perfection à laquelle cet espace est ordonnée (8) ; leur raisonnement étant içi que 50 (soit Yah-mîm) est égal au total des surfaces (des carrés) construit sur le premier triangle, que Dieu a caché dans ta main (9)

Mais examine ce Yah Mîm - et tu verras que dans ce Voyage les deux point ne sont pas séparés, car ils sont l’âme et l’Esprit, le blanc et le Noir, les extrémités de l’Alif...

Tu sauras alors pourquoi les saints préfèrent le pain au beurre, le beurre à l’huile, et l’huile à l’Eau, qui te ferait mourir...10)

(châtons barbouilleurs très occupés, mais planches bientôt quand même...), suite J- Plume de Corbeau

& & & & & & &

3 Août 2011- Sur ce thème, le commentaire ésotérique de la Basm’ Allah de Karim el-Jîlî * (XV siècle) est un peu décevant..., dans son « classicisme »... Le lecteur curieux, ne fut-ce que du point sous le Bà..., trouvera beaucoup plus dans ouvrage à paraître début septembre... dont le logiciel en quelque sorte remonte au VII siècle /Kufà...P- des abstractions transcendantales ou Kitab el sukun

traduit par Jabîr C. François, Albouraq 2002. Sur 260 pages, 160 pages en citations et paraphrases de René Guénon, saupoudré Schuon, Burckhartd... etc....


(1) Le point diacritique sous le Bâ -

(2) le Zâ c’est le même arc de Cercle que le Râ, mais avec le point ou la plume sur la tête, cette fois.

(3) Ou encore les degrés de réalité, dont cette conscience, présence, Pouvoir, est susceptible. cf symbolisme du chapelet chez le Vieux Chat.... plus que jamais myo-djutsu ...

(4) D’où l‘image classique de la Glace, de l’Eau, et de la vapeur Bue ou aspirée par le Soleil- (ou réside la Tête de l’Alif- alors que sa pointe est dans est dans ton œil, lorsque celui-ci voit droit, ou perce les ténèbres ...)

(5) Comme le montre l’aveugle, le sourd, et la dépouille corporelle- dont s’est retiré la vie, la conscience et le souffle .

(6) Ainsi Aïssa, ressuscité, partage avec ses disciples le pain et le poisson - en mode Antédiluvien l’Immortel (des taoïstes) apparaît sous forme de libellule, et la déesse nous voulons dire Athéna, sous forme de jeune fille, ou d’hirondelle...dans l’Odyssée.

(7) Notons sans plus, à la façon des Anciens Rois, que le Râ le Waw et le Qh sont dans cet ordre - la défense (du sanglier) ou le soc déterrant la gemme - sa réintégration dans la caverne du coeur - enfin la main qui montre, donne, ou communique le souffle...(planches article G)

(8) L’espace orthonormé, ordonné à la commensurabilité (quelque peu négligée par les modernes...) non déductible de la simple forme arithmétique - comme pour montrer les limites de la logique... finalité cachée de la mathématique chez les Anciens...

(9) Le carré du Dragon, de périmètre quatorze, de diagonale mesurées par les doigts de ta main ... soit les carrés de trois cinq, quatre, ce qui fait cinquante...*

(10) A la vie de l‘Esprit, qui contient l’intelligence (dont la limite inférieure est la logique (Ptah...) comme le Soleil les rayons, distinguant le rouge du vert, et la Mer du Ciel...

cf Gentizon " l’esprit d’Orient " l’avare désireux de se perfectionner en avarice...(éd G.Crès & Cie 1930)

(11) Gnou ; j’entends mal l’arabe mais il me semble que vos chatons ont barbouillé un Alif de trop dans vos...(il hésite, Ptah lui souffle...) Attributs...

Les chatons ; il est sourd ... - Clèbs docte et marabesque ; quand Mîm et Nûn se suivent, Alif devient invisible. Gnou ; un peu de logique, pour le barbare svp... Ptah ; la lame droite, fend courbe...Gnou ; courbe ?? ; Clèbs ; la pomme, idiot !!! les deux moitiés du Monde .. ; le Jour et la Nuit...les chatons : là ! Là !! le Faucon...

Gnou à Frédégonde ; vous ne dites rien ??- Frédégonde ; je regarde ces caractère étranges, en forme de Main...(le Qh 8) on dirait des mains de noirs... - Clèbs ; le monde Subtil...-Ptah ; chut...

*12-Sep- l’Alif de trop, délibérement rattaché au Nûn !! Après enquête il vient que, Clèbs abcent,les chatons ayant intercepté les Corbin à destination d’Oeil-de-Faucon, ont trouvé très drôle d’illustrer le Palmier qui occupe tout un chapitre de "corps spirituel et terre céleste" tout en intoxicant Ptah !!!

" corps spirituel et terre céleste " Corbin, édité par B-Chastel 2005 II 2 "la terre qui fut créee du surplus de l’argile..."

//23-12-09- on pourrait peut être faire plus clair ?? O-d-F ///

note(9)* 18-10-08- Gonde : mais alors 26 ?? (10+5+6+5) soit iod+hé+vav+hé en hébreu)

Clèbs : (12+14) pour le fond soit (S+P)... 25<X<27 cest du Ouaknim pas vrai Ptah ?? (grosse grimace...)

Oeil-de-Faucon : et nous alors ?? les vrais fidèles...

Clèbs : Lah soit [Lam+ha = 30+5 = 35]-(66 soit Al-Lah cest encore plus fort...) mais tes petits copains analphabètes * feraient bien de se reporter en MOC ou la maçonnerie entre Occultisme et Cécité ;D- un lézard parmi les ruines.

* Aurore : ll veut dire tout barbouillés de filouzouphie et surtout de linguistique occidentale ...