Accueil > CC : Cycles Cosmiques, collectifs, individuels (humain...) > D— du Fer, du sang, des femmes, et de la Mort...

D— du Fer, du sang, des femmes, et de la Mort...

mardi 23 septembre 2014

révision - Septembre 2014- (article un peu plus ancien, mais les dates sautent !!!) -

TEXTE- Les développements trop abstraits ou mythologiques (Ogoun...) ayant le défaut de faire retomber l’érudit dans ses propres fantasmes, très vaguement spirituels..., il est bon d’enfoncer dans son crâne quelques clous préalablement rougis au Bleu...

On posera donc que le Fer et son double (le nickel), donc le magnétisme, donc les sidérites, l’alchimie stellaire...― renvoient au pouvoir de "condensation" des influences subtiles...En mode corporel ou plus exactement physiologique...

Notons que le Fer est essentiel au sang, lequel à son tour apporte au corps l’oxygène, donc le combustible par excellence, renvoyant à la "dissipation" donc au Feu...

Le Fer est donc également la concentration en vue de la volonté magique ― dont "la force de volonté" du singe blanc n’est que le double inversé in Inféris...

comme le Feu est l’ascèse, dont le désir (la " libido " des médiévaux) est " l’objection " au sens étymologique.(1)

En effet vient nécessairement un moment où le désir, le plaisir ― de sommité, donc Feu, tourne à l’Eau croupie, pourrissant les racines de l’Arbre, mâle...

Car l’Arbre femelle, la femme enceinte, précisément, a transmuté ― son désir enfante la Vie... Comme celui de l’homme, de l’adulte arrivé au milieu de la vie, inéluctablement se dirige vers la Mort...

Car il n’est pas de " faire " engagé dans " le faire-du-monde ", qui ne travaille pour la Mort dirait le Sorcier ...
****************

la Mort, donc la Vie, le Yinn et le Yang de " la sphère de Lune " (2) reprend le Vieux Chat...Car (ker...) une fois rompu le lien avec le corps physiologique, les désirs engagés dans " le Val sans retour " emportent l’âme - d’abord en mode léger, bucolique, doux zéphyrs....

Se muant peu à peu en un Torrent irrésistible, puisque il n’y plus de retour possible dans la réalité du " Tonal "...
*************

Il se peut que le Torrent prenne la forme d’un " Cheval " ou de tout autre véhicule...

Furieux pour le damné, Magique pour le sauvé...

Il se peut encore que le voyageur, gravissant à pied la Montagne, débaroule, toujours plus grave..., vers les gouffres infernaux ―

Où il goûtera toutes les délices de ses Idées, idéologies... utopies devenues, ne disons pas " réelles " (3), mais douloureusement tangibles ...

l’Enfer Niraya, " douloureux à l’extrême " comme diraient les bouddhistes.(4)

Comme le pèlerin, sorti du Purgatoire approprié..., tôt ou tard découvrira les gîtes, étapes monastères Verdoyants, ou églises, où il réalisera les Objets de sa croyance, voir l’Unité de ses désirs sur Terre éparpillés, comme la poussière dont il est issu...

Cette " poussière " qui cherche obstinément le ventre des femmes ou des femelles...

Par ailleurs poussière aveugle, résultant de la décomposition de " l’âme composite " pour les bouddhistes (la " prostituée " des kabbalistes) ― du dépouillement des métaux, donc des passions, pour dire techniquement le Purgatoire ...
***************

Par ailleurs il n’est pas que le Fer, tous les métaux, mieux toutes les substances minérales, y compris artificielles, déchaînées par la convoitise humaine..., sont simultanément condensateurs et condensés, verbe et substantifs, ou encore adjectifs, " vertus " soigneusement hiérarchisées...

Ce qui est condensé, ramassé, traité en permanence par " le disque dur " (voici avec le rêve de l’âme, l’état de sommeil profond, où se réveille l’Esprit...) au cours de la vie terrestre ― étant cela même dont la conscience se trouve inéluctablement dépouillée ou... écorchée (le proprio, l’Actionnaire, l’industriel, le banquier...)

Pour celui que le Ciel approuve, ses œuvres, ses "peaux", ses vêtements, le revêtent à nouveau...

Pour celui qui n’est que convoitise, cela brûle assurément mieux qu’un pneu...

Car l’âme est souple... infiniment complaisante envers elle même... Je jouis, je suis beau, disent le caoutchouc et l’ébonite ...

Du " roi nègre (façon Mugabé) au " bonobo " (burjuiï soit disant bohème...)― du tyran au " supérieur inconnu ", préparant pour les autres quelque abominable fournaise..., sans jamais songer un seul instant à la station Terminus...
**********

Donc la femme est branchée directement sur " la sphère de la Lune..."

Et c’est cette poussière d’étoiles, mêlée d’Oxydes et de temps, d’angoisses et de mémoire... qui sourd de son ventre au cours des fameuse périodes... un ventre qui a tout d’un haut fourneau....

Dans des conditions normales le yang du Soleil domine le yinn de Lune.... l’enfant grandit sans trop de problèmes... Et, quand la femme est bénie, il arrive même qu’elle donne naissance à un héros ou à un " dieu ", (un Avatâra ou un prophète)(5)
***********

Mais dit la Gorda, (6) exprimant la doctrine du Sorcier ...

La femme (la sorcière au sens Toltèque ) peut aller beaucoup plus loin, en choisissant ces " périodes " pour s’exercer à " stopper le monde " ― ce qui pour le mâle est de beaucoup plus ardu...

L’intégrisme n’étant jamais que la vengeance de barbus parfaitement ininitiables..., sous doués vaniteux et obtus..., dont le zèle impur en fait tôt ou tard des " rapprochés " de l’Enfer....
**********

Le pèlerin convié à ces mystères, après avoir franchi dans un demi-brouillard un certain nombre de... " cols ", se trouve à un moment donné à même de percer ces " nuages ", conditionnant l’hérédité...

Et, les perçant, par la grâce de quelque " prière " donc mantra..., de tout à la fois de récupérer l’énergie, et l’information de ces lambeaux de mémoire...

Comme de briser la Fatalité inhérente à ces Nuées Obscures- à commencer par celle conditionnant sa propre naissance - on parle alors de " naissances antérieures " mais c’est évidemment une façon de parler ...
**********

Voilà, c’en est assez- pour les notes on attendra que cela ait un peu macéré dans vos caboches.... Oh !!! souris chauves ...

23 Septembre 2014- En révisant le texte (trop bref pour étancher la soif du voyageur) il viendrait à propos de "peaux", "bandelettes", "cols" ou encore "Nuages" plus d’un développement...― En mode chrétien : passages traitant de la Résurrection (dans une théologie décidément carencée en Sel, prétexte à tout un matraquage..). ― En mode islamique... ; le rite du manteau ou « Kirka », correspondant à un gage mieux, un premier pas (sur le chemin de dix mille « lis »), vers la réalisation de ces mystères...

Mais vu le titre de l’article, nous verrons cela ailleurs....

se Deus Quizer, (Oxàlà... ou Dyonisos...


(1) "Ob" -ce qui entoure, les objets formant cercle ou Jante autour du moyeu ou conscience/ pouvoirs de perception-mémoire - en forme de Cercle, le samèqh des kabbalistes, le "serpent" des désirs inhérents à l’individuation- les passages dans l’Évangile, où tout le monde se défile, ajournant aux calendes la métanoïa...

Enfin dans la légende bouddhiste, les jeunes gens interpellés par l’Éveillé, leur suggérant de rechercher le Soi, posé comme transcendant la condition naturelle, donc déchue * de l’ego empirique- donc " la bulle de perception " propre au Tonal, des Toltèques.

(2) René Guénon in " l’homme et son devenir selon le Védanta ".

(3) Jurubi veut dire " concrètes " à cause du brésilien, " concreto " le béton armé... Le Fer pour l’idée..., le béton pour le " faire " déterminé par ce " démon du Bien "...

Sur la signification "poétique" dudit béton, et de plus armé .... Bruno Hapel dans son pavé sur le Vieux Chat est très bon (R.G et le Roi du Monde - Trédaniel 2001-chapitre " nombre forme et vie ") et cela va s’en dire " la Grande Implosion", 1999 Pierre Thuillier...

(4)-A.K. Coomaraswamy " textes fondamentaux " déjà cité ...* Pour le brahmanisme, plus ancien, le Ciel n’est pas encore tout à fait séparé de la Terre, Atmâ de jivâtmâ...

(5) La caverne cosmique in " symboles /.../ de la science sacrée "- néko-No-myo-jutsu/ Gallimard .(6) le second Anneau ...