Accueil > As – Les Douze Soleils > J - Soleil Noir

J - Soleil Noir

dimanche 2 août 2009

texte A - Ce matin autour du pain d’épice, de fil en aiguille, on glisse des couples se faisant, défaisant au petit bonheur la chance, des enfants (beaux, laids, vivants ou opaques, car tout s’imprime, des actes à la psyché particulière des des parents...)

au Signe par excellence - Dit « la mort » chez ceux qui au grand jamais ne réfléchissent...

En effet si, vivant ????, le moindre caillou, épine, moustique... fait frémir le corps celui-ci, abandonné par le souffle, retourne très vite au stade de pierre...

Ce qui l’informait est donc parti...

Ceux...

Puisque l’âme individuelle est toujours portée par l’âme ancestrale, les esprits-animaux eux-mêmes, dans leur vitalité ou leurs dons..., la beauté ou le charme...comme fonction de ce qui fut semé autrefois, pur, impur, généreux ou ignoble, grandeur du prédateur ou mesquinerie, exploitation...-

Car bien entendu aucune ruse, aucun mensonge, aucun profit, aucune Idée... qui tôt ou tard, dans la balance de la Fortune.. ne pèse de tout son poids sur les plateaux du destin... De ceux qui naïvement ou très consciemment héritent, « car le jeune homme avait de grands biens »...

Donc si l’âme au petit matin a décidément tiré sa révérence..., déménagé (pour les plus simples... à la cloche de bois...), c’est donc que le corps biologique est très loin d’être le tout...

Hors non seulement l’homo occidentalis s’est voulu un animal parfait mais de de proche en proche, Idée de science aidant..., il s’est retrouvé « décollé » (le mot est d’Aurore...) réduit non même plus à une tête, mais une cervelle ...

Insatiable cervelle du chercheur, de l’ingénieur, de l’industriel et de ses bailleurs de fonds.

La banque fonctionnant comme la plus impitoyable des maquerelles, au service du Parrain * par excellence : l’Actionnaire ...

Ou plus exactement l’Actionnariat ; partagé entre plusieurs tendances, tumeurs, discordantes et malignes...

**************

Le paradigme oriental - corps âme esprit (en idéographie arabe un Aïn couché dans un Nûn) - que dire alors de la vraie signification de « l’Homme Universel » (1)...- est donc tout autre chose que l’esprit ramené à l’âme et l’âme à la cervelle.... universelle....des cyber-rampants... ou patinants...

Du corps de gloire au cyber-cafards....

En revenant sur certaines études sur la psyché médiévale, il semble bien que, contrairement à son prédécesseur roman, que l’homme du gothique était bien parti pour ne rien comprendre au Liber Mundi...(2)

Que dire alors de l’Arbre de la Vie...(3)

En effet de la Luxure aux déserts, des huit cents* perroquets, au lacs de cendres et de souffre, des arbres géants aux cinq cents * colibris, des manchots et des loutres au tigre blanc de Sibérie, tous ces paysages, ces vortex, ces horreurs, ces Vertiges... disent une chose très simple...

**********

JPEG - 10.8 ko

Le Monde est autre chose que ce que tu vois...,bien qu’il soit ce que tu vois...à condition d’en percevoir la Splendeur, les signes...

Il n’est pas centré sur ton corps..., et pourtant tu le perçois « dans » ton corps... Bien que de toute évidence tu ne puisses ni saisir ni définir ces facultés... dont tu ne connais que les organes, le support...

Que la mort transforme aussi sec en sac de pierres...

Un Ailleurs sous tes yeux perpétuellement t’invite..., et pourtant cet Ailleurs ne saurait être "infiniment" Autre ... comme le clament les barbus...

****************

Donc le Cosmos n’est pas fait pour être exploité mais contemplé...

Et la Contemplation, si elle prend appui sur l’Outil pour s’envoler sur le Mantra, la danse, la musique voire l’objet immobile... - se passe de machines...

Le grand secret des civilisations, des élites, d’Autrefois...

Permettre à chacun, par la perfection même de ses activités, fonctions, dûment hiérarchisées..., d’accéder, franchir... la porte du Silence...

De la franchir en plein « jour... » c’est à dire en pleine conscience...

Car bien entendu tout le monde la franchit...

Chaque Nuit que Dieu Lune...

*********

texte B - En relecture la Plume, mue par quelque démon..., ne peut s’empêcher de préciser, affaiblir peut-être - cela donne alors :

« Et la Contemplation, si elle prend appui sur l’Outil pour s’envoler sur le Mantra, la danse, la musique voire l’objet immobile...- se passe de machines...

Lesquelles, en somme, ne devraient jamais faire plus que de produire des outils, des outils pour Artisans, dans une Lignée artisanale...

Et non pour bricoleux acharnés, après une journée passée dans une activité harassante et débile... à faire tourner les rouages nécessaire à la méditation du Roux Dragon (1)...

Dont les « adeptes » n’ont toujours pas compris le grand secret des civilisations, élites, « métaphysiques » (2)- cet d’Autrefois... qui pour l’occident latin se clôt avec le style Roman...

Tympans Tétramorphes...

Sirènes sur chapiteaux, marguerite au Dragon et poutres de Gloire...(3)

Franchir ??? franchir comment ?? sous quel Abbé, houlette ???

Par la vertu de quel Prince ?? on n’ose dire gouvernement ....

Permettant à chacun, par la perfection même de ses actes, fonctions, métiers, dûment hiérarchisées..., d’accéder, franchir... la porte du Silence...

De la franchir en plein « jour... » c’est à dire en pleine conscience...

Car bien entendu tout le monde la franchit...

Chaque Nuit que Dieu Lune... »

***********

Texte C - En troisième lecture la Plume a précisé en forme de Nûn (1) -

« Ce corps....

La maison de ton âme, « promise » à ton Esprit...(2)

Ta maison donc ta pirogue, ta hutte sur pilotis.... »(3)


* dernier Montaldo (sur les bandits de la Phynance...) - en quatrième, portrait d’un certain Modzilla - on jurerait dépêché pour contrarier Woïtyla...

* 800,500,3000 sous entendu "espèces de" singes, perroquets, chauve-souris...

Note texte A

(1) El-Insan el-Kamil - la possibilité centrale dont le déploiement constitue un monde - pour nous la naissance « humaine » -puis Adamique (fait de chair et de sang) - le blé séparé de la balle dans les greniers (pour un kabbaliste les Silos au shin près......) de la Cité Divine...

(2) on est bien obligé ici de renvoyer, question "qualité/prix", aux « Quatre sens de l’écriture » de M.Fromaget (éditions du Félin... 1992) - qui trouve le moyen de gâcher des données particulièrement éclairantes en amalgamant (Epilogue etc...) de façon particulièrment hypocrite et douceâtre, humilité et « lâcher-prise », idolâtrie et « Non-agir »...

Bref toujours cette envie jaunâtre, verdâtre, avec en arrière plan une négation acharnée de toute Voie... au prétexte d’une « grâce » négatrice de toute hiérarchie... - pour ne pas dire nivelleuse, pardon, démocratique..., comme si le divin maître était venu pour sauver, de préférence..., les moches, les fades, les barbus, les bigots...

Avec cela et sous les dragée de baptême..., la morgue et la haine des docteurs..., plus que jamais maqués, via l’incontournable « kabbaliste » de service, au Politique...

(3) avec la "devotio" moderne, l’arbre "sanglant" de la croix, "l’imitation...", le diable est plus que jamais le singe de Dieu...(Chaunu, le temps des réformes...)

Il est heurex pour Bernanos, de s’être arrêté question "corruption"... à la Renaissance...

texte B - Roux Dragon : nucléaire, biotechnologie, nano..., conquête de Mars... et scientologie...

(2) concept impossible... puisque il s’agit ici de la "réalisation" on ne peux plus expérimentale..., des « états multiples de l’être » comme dirait a peu près le Vieux Chat - états de réalité non ordinaire pour les fans de Castanéda - degrés du « Vide » etc.

(3) Poutre de gloire - transversalle à la Nef, vomie par un Dragon et engloutie par un Autre -le chemin de la naissance à la mort - sur les meubles ou toits chinois, les dragons in extréma peuvent être remplacés par des pagodes et la Croix centrale chrétienne, par un Svastika....

Texte C - (1) Nûn, notre point d’Orgue, ou Orque, vu la robe Polaire, en Noir et Blanc ...

(2) dans la bouillie judéo-chrétienne (prostituée, fiancée, vierge, menstrues et autres accouchements...)-

on perd complétement de vue le symbolisme « classique » qui met l’âme au féminin et l’esprit au masculin (les deux demi-cercles du Aïn en arabe, les deux points diacritiques etc).

(3) Si le toit est Poisson (écailles, tuiles), le rites funéraires ont presque partout fait grand usage, des vikings aux chinois, de petites embarcations en forme de coque de noix portant un petit cierge... -

a contrario le chrétien dans son cercueuil de marbre... voue un culte à la charogne conclusion logique de celui voué au « crucifix » -

dans son réalisme une belle singerie, tout à fait diabolique... de la Kénose*... - en attendant la résurrection de la viande (da carne, bem podre..., pour faire plaisir à Jurubi), à laquelle travaille dur les bio-scientifiks...

* mieux de l’Avatara...(R.G ce thème...)

PS "pilotis" cf article I "du diable et de ses Anges" note 30-07 "permis de comprendre"//