Accueil > Art des lettres, science des "nombres" ... > N - Chien Jaune―Sanglier Bleu

N - Chien Jaune―Sanglier Bleu

mardi 31 janvier 2017

pour compléter, in "Le blog d’Alexandre Palchine"
13h41 30 janv. 2017, article "Z.clebs et le retour du gourdin"

31 Janvier 2017. Pont Chien Jaune―Sanglier Bleu, quelque peu labyrinthique...

A décourager Indiana Jones, d’autant plus que la musicologie érudite, qui n’a jamais prêté attention à "Nombre et Musique" d Aurore et Zoltan, semble n’avoir eu que venin et sarcasmes pour "le Tempérament Musical" de D. D...

Résumer ces travaux est presque impossible mais "situer", ou contextualiser,
dans une histoire des Arts basés sur le nombre, nous semble abordable...

Celui de D. D (qui désire l’incognito) illustrant parfaitement, dans un domaine très particulier, ce qu’un René Guénon nommait la création d’un "état d’esprit" au sens Noir..., la recherche et la facture des instruments dit tempérés glissant de proche
en proche des légitimes espérances des musiciens aux obsessions calculatoires
de très mauvais physiciens...

Celui d’AM Cadour et Z Jordania remontant aux
non moins défectueux mathématiciens de la petite antiquité...
théorisant l’échelle des quintes à partir de 1― 2/3 au lieu de 3/2―1― 2/3,
(confusion de l’unité arithmétique avec l’unité de mesure),
envisagé de façon purement théorique par Guénon, qui pourtant ne trouvera rien à redire à la certaine "démonstration" d’un Réghini, procédant de la dite confusion...

Pour revenir au Sanglier Bleu, les physiciens, obsédés par la résonance "naturelle"
des corps sonores ne tiendront jamais compte de l’épaisseur, c’est à dire du timbre..., en plus savant (ou plus cuistre...) des harmoniques...

Par définition consubstantielles à tout son, naturel, ou produit
par un instrument de musique... Et cela va s’en dire à toute voix...

Et pour revenir au Chien Jaune, les Procustes du mode occidental,
réduiront le système parfaitement symétrique des Sept octaves modales
au couple grotesque et contrefait de DO majeur et LA "avec sensible",
histoire de vicier une bonne fois pour toute la sensibilité des musiciens.

Question ésotérisme, nos théoriciens, connaisseurs mais inégalement critiques
de René Guénon (et ses très inégaux disciples), ça se complique...

Question "état d’esprit" au sens Noir, donc contre initiatique du terme,
"le Tempérament Musical" , va dans le même sens que celui pointé par Thuillier dans sa "Grande Implosion", et même de la "brève histoire du temps" d’un certain Attali...

A savoir prendre prétexte du nombre pour tout mesurer, chiffrer, quantifier...
même quand cela est impossible (les trop fameux" nombres imaginaires"
sont à ranger dans le même panier que les "dimensions" déjà pointées
"les principes du calcul infinitésimal"...), dérive qui remonte au delà du XIV siècle latin...

Autre séduction, bientôt gouffre, pointé dans le sous titre de "Nombre et Musique" ,
"des 7 notes au 7 sceaux", la manie de rechercher dans des structures de nature mathématique, (par exemple 7 comme résumant le système orthonormé...)
la raison de nombres purement symboliques, ce qui n’est possible qu’en remontant
très au delà d’Euclide...

Ce qui est absolument impossible à partir des travaux du Vieux Chat...
mais devient envisageable dans les études, pourtant idéographiques,
éditées au éditions Oko-Pçà, donc okopsa.overblog.com.

Les conclusions pratiques, on n’ose dire "opératives"...
de ces deux sommes seront donc...

Pour les musiciens, d’autant plus confortés dans leurs doutes qu’au fait du "Tempérament Musical", de rechercher, en matière d’instruments "tempérés",
celui le plus en accord avec le timbre des instruments sollicités,
pour les chef de chœur de bannir tout accompagnement du genre piano,
nous n’osons dire Orgue... instrument démoniaque par définition...

Pour les profs de maths, d’acquérir "Nombre et Musique"
qui de planches arithmétique en géométrique nous montre
comment l’algèbre procède de la théorie des échelles,
(une note c’est un monôme, un mode un polynôme...)
d’où les étranges motifs du genre ornant la couverture...

En souhaitant aux érudits, adhérents ou non des sociétés discrètes...,
de cesser de se prosterner devant la momie du Vieux Chat,
et ses lévites (Charles André Gilis, Bruno Hapel, Jean Hani) (1) ...

Voire les représentants, prétendument certifiés..., des "organisations traditionnelles" ...

Et plus menteurs que 36 000 mouchent à merde
qui sucent de la menthe, conclurait Céline...AMZ